leral.net | S'informer en temps réel

Par-delà la clameur… - Par Amadou Tidiane Wone


Rédigé par leral.net le Vendredi 16 Janvier 2015 à 12:56 | | 2 commentaire(s)|

Par-delà la clameur… - Par Amadou Tidiane Wone
Sombre début d’année pour les gens de toutes les confessions et de toutes les races…. Jugez-en : partis pour « venger » l’offense faite à plus d’un milliard de musulmans, les frères Kouachi ont exécuté 12 personnes dans les locaux du journal satirique Charlie hebdo. Parmi celles-ci, des journalistes et des caricaturistes se proclamant athées, un musulman, Mustafa Ourad mais aussi un policier d’origine maghrébine et de confession musulmane : Ahmed Merabet.

Pendant ce temps, et d’un autre côté de Paris, un noir musulman, Amedy Coulibaly, tuait sans raison apparente, une policière noire Clarissa Jean Philippe. Puis, il prendra en otage les clients juifs d’une épicerie Kacher dont il tuera certains avant d’être, lui-même, éliminé par les forces de l’ordre. Tout cela presque en direct et en mondovision ! Notons que la plupart des otages de l’épicerie Kacher ont eu la vie sauve grâce aux diligences d’un immigré, musulman, africain et noir d’origine malienne, Lassana Bathily. Certains ont réclamé, et semble-t-il obtenu aujourd’hui, la reconnaissance de son mérite par l’octroi de la nationalité française et de la légion d’honneur... Les voies du Seigneur sont impénétrables !

La première observation qui se dégage de ce rappel brut des faits c’est qu’aucune simplification hâtive ne permet de dire qu’il s’agit ici d’une guerre de religions, de races ou de civilisations : les victimes se comptent dans toutes les races, toutes les religions et toutes les civilisations !

La série de tueries ayant eu pour théâtre Paris en ce début d’année 2015 aura, finalement, mis à nu la bêtise humaine dans toute sa laideur surtout à travers la hideuse représentation qu’en diffusent les médias dominants.

En effet, et en dépit des moyens colossaux mis en œuvre par les médias occidentaux pour conforter l’idée d’un Monde civilisé attaqué par des hordes barbares hostiles aux valeurs de liberté qu’il incarne, les faits semblent établir que c’est l’occident qui a un problème avec lui-même, son histoire et sa duplicité au regard des valeurs qu’il proclame. Il apparaît en effet de plus en plus clair que l’Occident ne respecte les valeurs inscrites au fronton de ses édifices qu’en fonction de ses intérêts, de sa survie et du maintien de la domination de son modèle sur toutes les civilisations, toutes les races, toutes les ressources...

Il va donc falloir aller plus loin que la réduction de l’aspiration planétaire a des valeurs de Paix et de Justice au slogan ‘’ Je suis Charlie’’. D’abord en s’entendant sur la question préalable : qui était Charlie ? Si l’on s’en tient à la la mention sous-jacente au titre du journal Charlie Hebdo, cette publication se définit comme un « Journal irresponsable ». Sur fond rouge. Par ailleurs, et lors de plusieurs interviews rediffusées depuis le drame, les principaux membres de la rédaction de Charlie Hebdo se sont proclamées athées. Ce qui est leur droit le plus absolu. Charlie serait donc ‘’irresponsable et athée’’. Les questions qu’il faut alors légitimement se poser sont, entre autres, les suivantes : des athées ont-ils le droit de juger et de se moquer des symboles de la Foi des Croyants ? La liberté de ne pas croire autorise-t-elle à tourner en dérision les Prophètes, dogmes et préceptes des religions et de leurs adeptes ? Au nom de quelle conception de la liberté ? Ne dit-on pas que « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ? »

Quant au fond, la tuerie de Charlie Hebdo révèle surtout le malaise profond de la plupart des pays occidentaux aux prises avec leur propre Histoire. Elle expose crûment, en l’occurrence, les réalités de la nouvelle humanité qui sort, douloureusement, du passé colonial de la France. En vérité, tous les protagonistes de cette sombre affaire sont français de naissance et de nationalité. Ils font partie de l’histoire de France, celle de ses conquêtes et de son développement industriel. Celle de ses guerres, remportées au prix du sacrifice de troupes levées dans les territoires coloniaux. Et pourtant, les médias feront tout pour ne les rattacher qu’à des « filières djihadistes » hors de France… Sans exclure ces hypothèses, qui donnent du grain à moudre aux services de renseignements, et fournissent de bons prétextes pour aller faire la guerre loin des frontières de l’hexagone, il faudra se pencher plus sérieusement sur le mal vivre des millions de français d’origine étrangère, notamment africaine.

Constamment insultés et indexés comme étant les responsables de tous les maux de la France, exclus du système éducatif et des principaux canaux d’ascension sociales, des millions de jeunes gens, nés en France n’ont, pourtant, aucune attache hors de France ! il est navrant de constater que le discours d’exclusion et de stigmatisation, jadis d’extrême droite, est aujourd’hui largement relayé par les médias au point d’en devenir institutionnel ! C’est donc en France, et dans la plupart des pays d’Europe qui ont du mal à ‘’digérer’’, certains disent ‘’intégrer’’, leurs citoyens à l’origine étrangère de plus en plus lointaine, que se trouve la vraie cause du problème. Refuser de regarder cette réalité en face est porteur de grands périls. Pour des raisons strictement démographiques et culturelles, les populations d’origine étrangère font plus d’enfants et sont donc plus jeunes.

Dans 100 ans, il est à parier que le profil du français moyen aura largement évolué ! Un sens élevé des responsabilités devrait pousser à créer les conditions d’un dialogue, social et religieux inclusif, pour refonder la République française sur des valeurs conformes à la réalité citoyenne de la France de 2015. Cela suppose une capacité de dépassement des élites et un effort pédagogique sans précèdent à l’endroit des français de souche. Le médias devraient, dans ce sens, mesurer le sens de leurs responsabilités au lieu de formater les esprits dans le sens d’une fuite en avant sans issue autre que des gestes désespérés et désespérants.

Alors, la liberté d’expression ? Oui ! Mais jusqu’où ? C’est l’une des questions essentielles de notre temps. La mondialisation a pour conséquence de rendre le monde sans frontières. D’une hutte de la savane ouest africaine, l’on peut écouter les délires haineux de Monsieur Zemmour. Il suffit d’une batterie solaire, d’une petite télévision et d’une parabole chinoise ! On peut l’entendre débiter des propos insultants et sans fondements autres que sa connaissance très limitée de l’histoire du monde et de ses flux migratoires. Le déni de tous les déplacements de populations qui permettent une mutation du profil de l’Humanité et aboutissent à un métissage de plus en plus prononcé de l’espèce humaine sous le signe de la diversité culturelle qui en est le sceau. Ce qui a produit, soit dit en passant, un français dénommé Zemmour ! Liberté d’expression certainement, mais alors reconnaissance et respect des différences !

Et c’est là l’enjeu de savoir qui contrôle les medias les plus puissants du globe ? Quels intérêts défendent les agences de presse qui fournissent les dépêches, orientent et influencent les lignes éditoriales ? Il est temps de s’interroger sur le rôle qu’ont joué les medias dans, je ne dirai pas la création, mais l’amplification du phénomène terroriste ? Sous ce rapport, l’acte premier qui donne un sens à tout acte terroriste étant la revendication par voie de presse aux fins d’une diffusion planétaire, il va falloir analyser, froidement, l’articulation entre terrorisme et medias : comprendre les dessous des relations quasi incestueuses entre journalistes, agents de renseignements et terroristes connus, fichés et… en liberté !

Nous le voyons, la complexité des enjeux de ce qui ressemble à une troisième guerre mondiale largement entamée ne résiste pas à des simplifications binaires (les bons contre les méchants !). Le jeu d’ombres qui s’insinuent dans la trame des tragédies humaines qui font des centaines de milliers de morts à travers le Monde ne sont pas réductibles à une stigmatisation de telle ou telle communauté religieuse ou raciale. Il va falloir développer une grande capacité d’écoute et de réflexion entre gens de bonne foi et de bonne volonté de toutes les races, de toutes les religions et de toutes les cultures, pour entamer un véritable dialogue qui replace l’humain au cœur des enjeux de La Civilisation.

Je sais qu’il peut sembler de mauvais ton de le dire dans les circonstances actuelles : Bonne année quand même !

Amadou Tidiane WONE
Ecrivain
Ancien Ministre
Ancien Ambassadeur
woneamadoutidiane@gmail.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image