leral.net | S'informer en temps réel

Parcelles Assainies: 6 jeunes arrêtés pour diffussion d'une vidéo à caractère pornographique

Née en 1994 et élève au British Council, R. Djigo n’oubliera pas de sitôt la fête de l’Aïd-El-Fitr 2016. Une fête qu’elle a passée dans les locaux de la brigade des mœurs du Commissariat central de Dakar, en compagnie de Mohamed S, Mohamed B., Ida G., Ndèye N. D., Viviane S. Ils sont tous impliqués dans une sombre affaire de diffusion d’images obscènes à caractère pornographique.


Rédigé par leral.net le Jeudi 7 Juillet 2016 à 17:13 | | 5 commentaire(s)|

C’est sur la table des enquêteurs du Commissariat de la police des Parcelles assainies qu’une plainte a été déposée pour une sombre affaire de chantage sur fond de diffusion d’images obscènes à caractère pornographie. Une affaire dans laquelle sont mêlés des jeunes filles et des garçons qui sont tous âgés entre 21 et 23 ans. A savoir, R. Djigo, qui est la victime du chantage - car c’est elle qui apparaît nue sur la vidéo objet du délit - mais aussi deux jeunes hommes, Mohamed S., Mohamed B., ainsi que trois jeunes filles que sont Ida G., Ndèye N. D. et Viviane S.

Revenant sur les faits, la plaignante, R. Djigo, élève au British Council, a explique dans sa déposition qu’elle a été filmée grâce à son téléphone portable, par l’une de ses amies, dans sa chambre, toute nue, avec sa permission. Une vidéo qu’elle devait envoyer à son copain qui se trouve aux Etats-Unis. Ce qu’elle n’a finalement pas fait.


Cependant, a indiqué la jeune fille qui est née en 1994, un jour, elle a voulu envoyer la vidéo en question à un autre de ses petits amis. Sauf qu’au moment de transmettre le film, elle s’est rendue compte qu’en réalité qu’elle s’était trompée de destinataire. Mais le message était déjà parti.

Poursuivant ses explications, elle a renseigné que peu de temps après, elle a perdu son téléphone portable qui contenait la vidéo pornographique. Elle a confié aux policiers que des gens avaient ramassé le portable et qu’ils se sont mis à lui envoyer des messages de menaces. Ils voulaient aussi la faire chanter en lui réclamant de l’argent en échange de leur silence. Mais la jeune fille n’a pas cédé aux menaces et a décidé de saisir la police.

Et comme le dit un proverbe français : «Un malheur ne vient jamais seul». En effet, après avoir déposé sa plainte au niveau du Commissariat des Parcelles assainies, R. Djigo a vu l’histoire lui retourner à la figure. Car ceux qui la faisaient chanter, à savoir Mohamed S., Mohamed B., Ida G., Ndéye N. D. et Viviane S., tous nés en 1993 et 1995, ont été interpellés par la police.


L’affaire a fini devant les enquêteurs de la police des Parcelles assainies, qui, après avoir visionné la vidéo, ont placé en détention tout ce beau monde mardi dernier, sans épargner R. Djigo. Après leur audition, tous les mis en cause dans cette affaire de diffusion d’images obscènes, à caractère pornographique, ont été transférés, en début de soirée du mardi, au Commissariat central de Dakar , à la Brigade des mœurs qui a hérité du dossier.

Les quatre jeunes filles et les deux garçons, qui ont passé la Korité derrière les barreaux en garde-à-vue, devraient être présentés au procureur de la République ce jeudi. Et c’est le parquet qui déterminera, en définitive, les charges qui seront retenues contre eux. Il est fort probable qu’ils soient jugés à la prochaine audience du tribunal des flagrants délits de Dakar.
Il est à noter que le rappeur sénégalais «Soul J» a été aussi interpellé dans le cadre de ce même dossier. Cela, pour apporter son témoignage. Car la vidéo est tombée sous ses yeux et il aurait menacé les maîtres chanteurs avec une arme. Parce que, nous apprend-t-on, le copain «américain» de la fille R. Djigo, actrice du film, ne serait autre que son ami.

Le Populaire






Hebergeur d'image