leral.net | S'informer en temps réel

Pas de Picasso en politique, les obstacles face au gouvernement de rupture du président Macky Sall

L’Afrique c’est l’avenir ! Cette phrase sort de la bouche de tous les analystes et observateurs de bonne foi. Bien entendu, vu les forts taux de croissance enregistrés dans ses espaces économiques nationaux, sa population essentiellement composée de jeunes, ses richesses naturelles et minières, ses ressources humaines et sa réceptivité à l’émergence, il y a de quoi être optimiste. Mais ce fort sentiment qui nous anime et qui nous donne espoir, ne doit en aucun cas, occulter les vrais problèmes presque identiques d’un pays africain à un autre.


Rédigé par leral.net le Dimanche 17 Février 2013 à 11:21 | | 8 commentaire(s)|

Pas de Picasso en politique, les obstacles face au gouvernement de rupture du président Macky Sall
Au Sénégal, après plus d’une décennie de régime libéral, le président Macky Sall, dépositaire d’un patrimoine national doit faire face à bon nombre d’obstacles. Par conséquent, si son régime entend incarner un gouvernement de rupture en promettant d’adopter la sobriété, l’humilité et la rigueur, force est de constater que l’actuel locataire du palais peut trouver du mal à élaborer ce nouveau paradigme en matière de conception de politique de développement. Dès lors, s’attaquer d’abord aux vrais problèmes qui gangrènent la société sénégalaise avec courage et détermination ne serait pas un crime, encore moins une abomination. Le nouveau gouvernement a bien hérité d’un déficit budgétaire de 7,4% du PIB et il est tout à fait normal de prendre des mesures drastiques pour juguler cet énorme creux. Mais il serait difficile de redresser la barre dans un pays où le civisme et le patriotisme s’effritent. La désobéissance aux règles de citoyenneté, l’expression sans gêne d’une remise en cause de l’ordre établi et de l’autorité légitime, sont devenues de véritables psychoses auxquelles l’Etat doit faire face audacieusement, sans complaisance. Dans ces temps de crises économique et sociale, le besoin de s’attaquer à l’anarchie et au désordre est une entreprise à la fois essentielle et incontournable pour surmonter les difficultés et se préparer à affronter les défis du siècle.
L’occupation anarchique des voiries, le comportement déplorable sur les routes, la recrudescence de l’insalubrité permanente surtout dans Dakar la capitale, montrent encore une fois que les responsabilités sont partagées. Il s’agit de prime abord, d’interpeller le citoyen sénégalais qui, par devoir, est appelé à se conformer aux principes inaliénables du civisme. Deuxièmement, l’effort d’assainissement et d’aménagement du territoire incombe bien à l’Etat, mais il ne saurait le réussir sans l’apport de tous, pour gommer définitivement ce visage hideux du Sénégal. Aujourd’hui, les trottoirs doivent retrouver leur liberté et nos villes leur propreté, seuls espaces du territoire national qui s’amoindrit, conséquence de la surenchère foncière et du bazar. Désengorger les avenues et les grandes artères est un véritable travail de titan car il s’agit en même temps, de recaser les déguerpis, sans quoi ils continueront de déclarer la guerre au pouvoir. L’exemple le plus illustratif est celui des marchands ambulants qui s’adonnent à un métier générant une croissance économique non négligeable. Mais, aucun recasement ne serait possible sans un travail d’identification et de recensement par secteur d’activité.
Si Dakar est dans un engorgement croissant cela est aussi dû jusque là, à l’échec, de la politique de décentralisation, laquelle consiste par exemple, à la fondation d’une nouvelle capitale, afin de revaloriser et rendre attrayantes les autres régions en luttant contre la macrocéphalie. Dakar à elle seule enregistre plus de 25% de la population totale, soit 3215255 habitants en 2011 contre 300000 habitants en 1960 pour seulement 0,28% du territoire national, soit 55000 hectares. Absorbant plus de 85% du tissu productif national, la capitale sénégalaise subit de plein fouet le phénomène du déséquilibre socioéconomique entrainant ainsi, une croissance urbaine difficile à maitriser. L’espoir de réussite que suscite la ville en Afrique surtout pour le monde paysan, découle de l’absence d’une véritable rupture de politique agricole depuis la fin de la colonisation. Une agriculture pluviale orientée généralement sur la persistance de l’économie de traite a encore du mal à enrayer le monopole de l’arachide et à occuper le paysan plus de trois mois sur douze. Cette pistache bien qu’utile, servait de produit de substitution suite à l’abolition de la traite négrière et à la crise de la gomme arabique. Il est alors crucial pour l’Etat de rompre avec la monoculture de rente en modernisant et en valorisant la diversification de ce secteur, moteur de croissance et de lutte contre la pauvreté.
Face à l’internationalisation des économies et au libéralisme sauvage en Afrique, il est temps de doter nos appareils étatiques de systèmes de gouvernement qui nous sont propres tout en s’ouvrant au reste du monde. Ceux hérités de la colonisation vont à l’antipode des défis de la politique de rupture. Quand un pays perd de plus en plus son identité politique et culturelle, il emprunte la voie des suiveurs. L’adage wolof ne dit il pas que : « Ku eumb sa sankal eumb sa suturė » ? Je ne joue pas les cassandre, mais en voilà encore un obstacle de taille ! Il s’y ajoute la culture de l’ignorance et celle des festivités qui ne cessent de conduire la jeunesse dans un obscurantisme alarmant. Cette jeunesse n’a plus de repère et les valeurs ancestrales comme la dignité, l’abnégation, le courage d’affronter avec philosophie les épreuves de la vie ont pris congé de notre paysage donnant naissance désormais, au clientélisme, au fatalisme et au culte du favoritisme. Devons-nous privilégier le pouvoir et l’avoir à la place du savoir ?
Répondre aux préoccupations des sénégalais c’est aussi accorder à la recherche scientifique, au savoir et à l’innovation une place capitale dans la conception des plans de redressement national. Notre génie créatif et notre capacité organisationnelle doivent être pris en considération depuis les hautes instances de décision. Il va falloir en faire, un cheval de bataille afin de mieux assimiler professionnalisation et méthode de travail en responsabilisant chercheurs, universitaires, associations. La démagogie politicienne et le hameçonnage ne pourront pas hisser les secteurs comme l’éducation, la santé et l’agriculture à un niveau escompté. Autant d’obstacles dans l’héritage post-Wade qui font qu’il serait difficile pour le président Macky Sall de s’ériger en messie sauveur ou en Picasso politique. Attendre tout de lui, les yeux fermés et les mains grandement ouvertes n’est pas la solution. Chaque sénégalais, où qu’il se trouve quelle que soit sa profession peut jouer un rôle capital dans la construction nationale par son patriotisme, son civisme, sa dignité au travail tout en sachant au plus profond de lui-même, que le vent de la conscientisation collective a soufflé et que les peuples n’accepteront plus que l’on fasse l’histoire à leur place.




Dr Daouda DIOP, historien-économiste
Diplômé de l’Université de Strasbourg
Croissance économique/Inégalités entre nations
diop.d@laposte.net




1.Posté par MAKHOU le 17/02/2013 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

EN AVANT LE GOUVERNEMENT HAL PUULAR

2.Posté par amadou le 17/02/2013 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le president na rien encor fais de bon

3.Posté par visionnaire le 17/02/2013 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VOICI LA STRUCTURE GOUVERNEMENTAL QUI POURRAIT SORTIR LE SÉNÉGAL DU GASPILLAGE, DES INTERFÉRENCES ET DE L’IMPRODUCTIVITÉ:

LE GOUVERNEMENT
Premier ministre
SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT

MINISTRES D’ETAT:(5)

• Affaires étrangères
Coopération Internationale
Sénégalais de l’Extérieur
• Garde des Sceaux, Justice
• Intérieur - Porte-parole du gouvernement
• Forces Armées
• FONCTION PUBLIQUE ET EMPLOI
TRAVAIL ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES

MINISTRES:(9)

• ECONOMIE ET FINANCES
Ministre délégué auprès du Ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget ;
COMMERCE
PME
INDUSTRIE
TRANSPORTS AÉRIENS
TRANSPORTS TERRESTRES
TRANSPORTS MARITIMES ET FLUVIALES
ENERGIE

• SANTÉ - ACTION SOCIALE
Santé
Action sociale

• EDUCATION NATIONALE ET CULTURE
ENSEIGNEMENT ELEMENTAIRE, DU MOYEN ; SECONDAIRE ET DES LANGUES NATIONALES ;
ENSEIGNEMENT TECHNIQUE;
FORMATION PROFESSIONNELLE;
ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET RECHERCHE SCIENTIFIQUE;
CULTURE

• AGRICULTURE
AGRICULTURE
AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
ELEVAGE
ENVIRONNEMENT ET PROTECTION DE LA NATURE ;
HYDRAULIQUE

• EXPLOITATIONS MARITIMES ET FLUVIALES
PÊCHE
PISCICULTURE
BASSINS DE RÉTENTION, LACS ARTIFICIELS

• URBANISME ET HABITATS
TÉLÉCOMMUNICATIONS
INFRASTRUCTURES
ASSAINISSEMENT
ECOVILLAGES,
TRAVAUX PUBLIQUES ET EQUIPEMENTS

• TOURISME
ARTISANAT

• SPORT ET JEUNESSE

• RESSOURCES MINIÈRES
ENERGIES RENOUVELABLES
MINES

4.Posté par aly diop le 17/02/2013 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci visionnaire (GRAND BOUDA DES SOLUTIONS) NOUS POPULATION SUNUGALIEN PRENONS ACTE AU CAS OU LE FUTUR GOUVERNEMENT NE FONCTIONNERA PAS.ASSTAH FIROUL LAAH

5.Posté par doune le 17/02/2013 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sa ne sera pas mal

6.Posté par badou le 17/02/2013 13:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nimporte quoi. Et yen a marre dans tout ça

7.Posté par AISSATA SALL le 17/02/2013 13:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca a l'air interessant, pardonnez moi de l'expression mais j'ai tendance a dire que c'est une equipe, premiere vue qui a de la gueule. Esperons que la plus part des attentes du peuple (les priorites)seront assurees.

8.Posté par deug deug le 17/02/2013 13:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Macky Sall n'apportera pas la rupture dont la nation sénégalaise a besoin.Car en ne démissionnant pas de son parti et en prêtant serment dans un hotel privé, après avoir fait son premier discpours dans un autre hotel privé, Macky Sall veut servir trois maîtres à la fois: son parti, les lobies affairistes et l'Etat.Ce qui est impossible.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image