leral.net | S'informer en temps réel

Patrick David, représentant de la Fao : « Les autorités africaines doivent donner une attention particulière à la pêche continentale... »

Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye, a présidé, ce mardi, à l’ouverture de la session extraordinaire du Comité de Pêches Continentales et de l’Aquaculture pour l’Afrique (Cpcaa). Le comité compte sur la participation des Etats membres pour promouvoir la pêche et l’aquaculture afin d’atteindre les 62 % de la production halieutique en 2030.


Rédigé par leral.net le Mardi 14 Juillet 2015 à 16:03 | | 8 commentaire(s)|

Conscient de la baisse progressive des stocks des ressources halieutiques, due à une demande en perpétuelle hausse, la surexploitation et les mauvaises pratiques de pêches, le Comité de Pêches Continentales et de l’Aquaculture pour l’Afrique (Cpcaa) a tenu, ce mardi, à Dakar, une session pour réévaluer le Comité et trouver des voies et moyens d’améliorer son efficacité comme organe régionale de pêches afin de développer la pêche continentale. « Face à ces défis, le Sénégal et les pays membres ont décidé d’engager un processus de développement de la pêche continentale et de l’aquaculture afin de renverser la tendance actuelle », a déclaré le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime en marge de la cérémonie d’ouverture de la session du Cpcaa. Selon Oumar Guèye, la Pêche et l’aquaculture occupent une place prépondérante dans la nourriture de l’homme et leurs parts dans notre alimentation ne cessent de croire d’année en année et particulièrement dans le secteur de l’aquaculture. D’ailleurs, dit-il, « le Président Macky Sall accorde à la pêche et à l’aquaculture une attention particulière en dotant à cette dernière d’un plan de développement accéléré de l’aquaculture dans la mise en œuvre du Plan Sénégal Émergent.

Le représentant de la Fao au Sénégal, Patrick David d'emboucher la même trompette : « L’Aquaculture constitue plus de 50% des besoins en produits halieutiques dans le monde. C’est un véritable moteur économique et social qui contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, crée des emplois. Il a aussi des effets multiplicateurs sur les économies locales ». D’ailleurs, ajoute-t-il, « c’est pour cela que le développement de la pêche continentale reste une priorité du Comité ». En effet, M. David invite les autorités à donner une attention particulière à la pêche continentale, parce que la valeur des pêcheries continentales est souvent sous-estimée. Or, d’après les études menées, entre autres, par la Banque mondiale et la Fao, 49% de la production halieutique mondiale est aquacole. Les prévisions halieutique en 2030 sont de 62% de la production halieutique mondiale qui sera aquacole, aussi 10 à 12% de la population mondiale tire ses revenus de la pêche ou de l’aquaculture.

Fara Mendy






Hebergeur d'image