leral.net | S'informer en temps réel

Pèlerinage 2016 : De nouvelles dispositions pour un bon Hadj

Le ministre des Affaires étrangères a effectué une visite à la Délégation générale au pèlerinage, ce matin, pour s’enquérir de l’état des préparatifs du hadj 2016. Selon Mankeur Ndiaye, des dispositions ont été prises pour un excellent pèlerinage 2016. Pour ce faire, l’Etat a mis en place une structure nouvelle, avec une mission nouvelle et un personnel nouveau.


Rédigé par leral.net le Vendredi 17 Juin 2016 à 15:39 | | 0 commentaire(s)|

Face à la presse, ce matin, après à sa visite à la Délégation générale au pèlerinage, Mankeur Ndiaye a listé les dispositions prises par le gouvernement du Sénégal, pour un bon hadj, dont le transport aérien est confié cette année à la compagnie saoudienne Flynas. Mise en place, suite à la dissolution de la Commission générale au pèlerinage, cette délégation générale au pèlerinage va travailler sur de nouvelles bases.

A en croire le ministre des Affaires étrangères, parmi ces dispositions nouvelles, il faut noter la réduction du quota de la mission d’encadrement alloué à la Présidence, à la Primature et au ministère des Affaires étrangères. « C’est une décision historique prise par le président de la République sur les quotas des missionnaires, et même mon département qui est le ministère de tutelle est concerné. Il nous arrivait d’avoir plus de 120 missionnaires, mais cette année, nous avons décidé de le réduire jusqu’à 20 missionnaires », a déclaré M. Ndiaye. Et pour combler ce gap, il annonce que la délégation va travailler avec des vacataires mais aussi mettre à contribution nos compatriotes qui vivent en Arabie Saoudite.

L’autre décision prise pour un bon déroulement du pèlerinage, Mankeur Ndiaye, soutient que l’Etat travaille à réduire aussi la durée du hadj. Parce que, dira-t-il, autant le pèlerinage est long, autant les pèlerins sont confrontés à des problèmes. « Cette année, nous tournerons autour de 23 à 24 jours. L’année prochaine, nous allons faire le pèlerinage au maximum sur deux semaines », annonce le ministre qui ajoute que l’autre décision prise par l’Etat concerne la privatisation du pèlerinage. Sur ce point, même s’il reconnait qu’on ne peut pas envoyer plus de mille pèlerins à l’étranger et s'en laver les mains, Mankeur Ndiaye indique que l’Etat poursuit son processus de privatisation et progressivement les quotas du gouvernement vont être rétrocédés au privé.

Saly Sagne
(Stagiaire)







Hebergeur d'image