[ Photo inédite de Serigne Touba ] le visage du saint homme, qui a tout obtenu, une lumière pour toujours

Rédigé le Mardi 2 Février 2010 à 10:50 | Lu 19086 fois | 24 commentaire(s)

XIBAR.NET - L’inédite photographie de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du Mouridisme et de Touba, publiée par Le Quotidien, atteste bien une de ses déclarations contenue dans son poème intitulé « Jawartou » ou « Le viatique pour le Paradis » ; à savoir : « illayakhadallahou malam Yakouni, walla yakounou abadane lil moume kini » ou « Dieu m’a accordé une faveur qu’il n’avait jamais accordée au paravent ».



[ Photo inédite de Serigne Touba ] le visage du saint homme, qui a tout obtenu, une lumière pour toujours
La force de l‘image est là : Au-devant du cheval sur lequel il est à dos, marche résolument et fièrement son « lieutenant » Cheikh Ibra Fall. Il regarde loin et marche fermement. C’est lui qui a créé la révolution mouride pour avoir été le premier prince, de naissance, à se mettre au service d’un homme de Dieu. Pour son guide, il était prêt à tout et ne voyait que lui.

Aux côtés de Cheikh Ibra Fall dont les disciples Baye Fall sont ce que sont les soldats pour les civils, arrive Cheikh Issa Diène. Il tient l’autre rêne du cheval entre ses mains, le regard résolument pointé vers l’horizon. La tradition rapporte qu’avant de fréquenter Serigne Touba, il était combattant de renom de descendance guerrière. Il a fondé sur ordre de son marabout les villages de Ndiéné et Laghan dans le département de Gossas, qui se singularisent par de forts taux de productions agricoles.

Derrière eux, marche Mame Cheikh Anta Mbacké, le regard seulement rivé sur son marabout, Serigne Touba, dont il est pourtant le frère cadet. Il lui obéissait en tout. Il est l’un de ses rares disciples à être allé au Gabon, pour retrouver le marabout qui y était exilé. C’est Mame Cheikh Anta, surnommé Borom Gawane, du nom de ce village qu’il a fondé, qui était l’argentier de la communauté mouride.

Derrière les quatre marche Bour Sine Coumba Ndofféne Diouf. Comme l’indique son titre, il était un roi, réputé par sa bravoure et son attachement à la vérité. Il est le roi qui mis sa vie en jeu, en témoignant du détachement de ce bas monde de Serigne Touba devant le colonisateur.

La photographie aurait été prise au début du 20éme siècle, vers 1903, au moment où celui-ci avait fini de faire main basse sur le Sénégal. N’empêche, il ne réussit pas à dompter Serigne Touba, vers lequel tous convergeaient, attendant sa moindre volonté pour l’exécuter à cœur joie. Ce que voulait, mais ne pouvait obtenir, le colon.

Si Serigne Touba avait ordonné une insurrection contre l’occupant, il est évident que celui-ci aurait fort à faire. Mais, le fondateur du mouridisme préféra la guerre par l’âme au profit de celle par les armes. Il est le seul à cheval. Il avait rappelé que la couleur de la peau n’altérait en rien l’intelligence, encore moins l’engagement. C’est ainsi qu’unique objet de l’attention de ses compagnons, il arbore sa tunique blanche de Soudano-sahélien.

Pendant que les Colons s’échinaient à recouvrer difficilement les impôts, ses disciples couraient lui apporter tout ce qu’ils avaient. Contrairement à l’occupant français, le saint homme ne cherchait pas à soumettre ceux qui venaient vers lui, mais, il leur inculquait la crainte révérencielle, le combat contre les mauvais penchants, etc. L’histoire lui a donné raison : 83 ans après sa disparition, il lègue au monde une communauté religieuse des plus disciplinées et unies, parce qu’obéissant à une seule voie : celle de son Khalife général à Touba.

Les Mourides sont connus, également, pour leur attachement au travail, à l’Islam et à la doctrine de leur maître, Bamba. Le mouridisme a fini de faire le tour du monde. Son fondateur compte des disciples dans toutes les races et catégories sociales. C’est dire que le colonisateur n’avait pas tort de cacher cette photographie inédite, qui montre un prince, un roi, un guerrier et un très proche
parent, avec leur marabout : Serigne Touba, qui a fait sauter les inégalités sociales et mis tous ses disciples sur un même pied d’égalité et derrière une seule cause ; l’adoration d’Allah et le respect de la tradition léguée par le prophète Mouhamet (Psl).

La photo inédite, où les Sénégalais, en particulier, voient pour la première fois le visage de Serigne Touba, plus de ¾ de siècle après sa disparition, explique fort bien pourquoi le colonisateur ne donnait l’appellation de « Grand marabout » qu’à Serigne Touba. Il pesait bien ses mots. Sur la photo, on peut lire : « Afrique occidentale française ; arrivée d’un grand marabout ».

Aujourd’hui, le Mouridisme, qu’il a laissé à l’humanité s’enracine dans l’orthodoxie qu’il a tracée, tout en s’ouvrant aux valeurs positives de la modernité. Son visage serein de foi et adoré de tous sera magnifié, ce mercredi 3 février, à l’occasion de la 115éme édition du Magal de Touba. Cette commémoration, qui verra affluer des millions de talibés venus des quatre coins du monde, célèbre le départ en exil de Khadimou Rassoul, comme pour dire que il n’y a de récompense que pour les services rendus à Dieu. Un enseignement à méditer pour notre monde de compétitions et de confrontations, au quotidien.




1.Posté par Gaye le 02/02/2010 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis talibé cheikh de coeur, mais j'aime trop cheikh ahmadou bamba la fiérté des musulmans et surtout de l'homme noir.
Dieuredieuf serigne touba Mbacké. Qui n'aime pas ce saint homme? seul les demons.
Merci Bamba

2.Posté par soyibou le 02/02/2010 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

diadieuf serigneTouba

3.Posté par dija le 02/02/2010 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

en regardant cette photo je me suis sentie vraiement fière detre musulmane.

4.Posté par serigne mbacke lo le 02/02/2010 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cette photo n'est pas le celle du cheikh c'est ce lui de SAMOTY TOURE accompagne de ses diciples.Si idendifie clairement cette photo .vous devrais savoir que les diciple mourides notament les sites sur cette photo neporte pas de bonne ,ni de cala(turban) devan le cheikh pour signe de respect. VOUS LES JOURNALISTE OU CELUI QUI A PUBLIE CETTE PHOTO AVANT DE PUBLI IL FAUT L'AUTENTIFIE , L'IDENTIFIE CLAIREMENT .
JE LE DI HAUT ET FORT QUE CETTE POTO N'EST PAS CE LUI DU CHEIKH.

5.Posté par FREE le 02/02/2010 12:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

UN GRAND HOMME DE DIEU UN GRAND WALIYOU ET REPRESENTANT DE DIEU SUR TERRE MERCI POUR TON TRAVAIL ET ACCORDE NOUS TA PRIERE FAIS DE NOUS DE VRAI CROYANT AMINE.

6.Posté par SF le 02/02/2010 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est pas la photo de Serigne de touba
preuves:
Cheikh Ibra n'a jamais de tingadé sur la tête, ou sont ces rasta
devant Serigne Touba, les discuples enlevaient leur chapeau par respect pour lui et on le voit tous les jours
en plus Bour Sine n'a jamais accompagné Serigne Touba en marche et il avait tjrs son armée, ta canne, etc
Allez sur le site de majalis vous en saurez plus
menteurs de journaliste, aucunes recherches de votre part

7.Posté par thierno toulouse le 02/02/2010 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ANALYSE DE L'AUTHENTICITE D'UNE PHOTO PRESUMEE DE CHEIKH AHMADOU BAMBA

Depuis quelques temps, circule sur le web une photo d’archives montrant cinq personnages africains, vêtus de tenues traditionnelles sénégalaises, dont l’un monté sur un cheval et apparemment un notable, est considéré par certains pour être Cheikh Ahmadou Bamba, alors que les quatre autres l’escortant à pied sont tenus, dans les nombreux emails transférés un peu partout, pour être (de gauche à droite) : Cheikh Ibrahima Fall, Cheikh Issa Diène, Mame Cheikh Anta MBacké et Bour Sine Coumba Ndoffène Diouf. La légende inscrite sur la photo portant une mention considérée comme assez explicite semble à priori étayer ou justifier cette affirmation « AFRIQUE OCCIDENTALE : Arrivée d’un grand marabout ».Sollicitée par un grand nombre de condisciples internautes ayant reçu cette photo dans leur boîte électronique, pour s’assurer de son authenticité historique, la Commission Scientifique Majalis a ainsi entrepris d’analyser minutieusement ladite photo, afin d’y trouver d’éventuels éléments et indices à même de confirmer ou d’infirmer sa véracité. Ce passionnant exercice, auquel nous nous sommes prêtés avec un certain intérêt (même si, il est vrai, l’authenticité ou non de la photo en question peut paraître d’une importance moindre aux yeux de certains) nous a permis, en même temps, de mesurer comment la compréhension des éléments culturels, sociaux et idéologiques d’une communauté peut être importante pour déchiffrer les subtils indices à même de la particulariser et de l’identifier de façon assez unique.Les Couvre-chefsUn des éléments directement discernables sur la photo et qui frappent inévitablement un observateur attentif bien imprégné de la philosophie mouride du respect envers son autorité spirituelle, à fortiori celui des premiers disciples envers Cheikh Ahmadou Bamba, est la présence très visible des chéchias et autres couvre-chefs (« laafa » ou « tengaade ») chez presque tous les accompagnateurs à pied. En effet, il a toujours fait partie des signes de révérence et des règles de bonne conduite (appelée « adab », « teggiin » ou « ag taalibe ») chez les disciples mourides de se découvrir la tête en présence ou en compagnie de leur guide spirituel. Et bien qu’il puisse arriver que des disciples non formés à ces règles ne s’y conforment pas, il est assez difficilement imaginable que les premiers talibés enfreignent tous ensemble cette règle élémentaire de la Mouridiya, surtout si l’on considère le statut particulier précisément reconnu à ceux mentionnés sur la photo (dont Cheikh Ibrahima Fall, que l’hagiographie mouride et l’histoire éleva au niveau d’archétype du véritable disciple) et l’autorité envers qui cette faute aurait été commise : le Cheikh en personne. Eléments supplémentaires qui aggraveraient, en réalité, le caractère inconvenant de ce comportement, par rapport au code de bonne conduite mouride. Cette remarque peut également être reconduite pour ce qui est des pièces d’étoffe enroulées autour du cou (« col ») que beaucoup de disciples, même devenus notables, avaient également pris l’habitude d’enlever en présence de Cheikh A. Bamba, en signe de respect et de profonde révérence.Les Différences d’âgeMalgré ce que semblent implicitement assumer certains récits populaires, la différence d’âge entre Cheikh Ahmadou Bamba et Cheikh Ibrahima Fall est de quelques années seulement. Car l’année de naissance du Cheikh communément retenue est 1270 de l’hégire, soit 1853-54 de l’an roman, alors que celle correspondant à la naissance de Cheikh Ibrahima Fall est déterminée aux environs de 1855 de l’an romain ; soit au maximum 3 ou 4 ans de différence. Cependant, l’observation superficielle de l’âge du « Cheikh » figurant sur la photo peut suggérer un âge avoisinant les 70 ans (ou même plus), alors que celui du « Cheikh Ibrahima Fall » de la photo ne peut raisonnablement en faire un septuagénaire, du moins à première vue. D’autre part, sachant que Mame Cheikh Anta est le frère cadet de Cheikh Ahmadou Bamba de près de 8 ans (sa naissance étant généralement située aux environs de 1861, à Porokhane), il apparaît également étrange que son âge sur la photo soit à première vue supérieur à celui du « Mame Cheikh » de la photo. En tous cas, même s’il peut arriver que l’apparence physique de certains personnages ne reflète pas leur âge réel, l’on peut se permettre de supposer que l’âge apparemment plus jeune du « Cheikh Ibra » de la photo, aussi bien par rapport au « Cheikh » que « Mame Cheikh Anta » soit un indice infirmant l’identité présumée de ces personnages. L’erreur d’identifier le personnage de gauche à Cheikh Ibra pouvant être aussi expliquée par son âge qui semble correspondre à celui que semble avoir Cheikh Ibrahima Fall sur sa célèbre photo et par le geste d’engagement affiché (avec "pastéef") dans sa manière de tenir les rênes du cheval du « Cheikh ». Une analyse des âges des autres accompagnants pourrait également fournir d’autres indices intéressants sur la vraisemblance ou non de l’identité réelle des personnages cités. Le ChevalIl est connu, dans le milieu et l’hagiographie mouride, que le cheval sur lequel voyageait souvent le Cheikh au cours de ses périples et déplacements durant sa vie était invariablement appelé « Ngelemu », dénomination provenant en réalité d’une race de chevaux singularisée par un jeu de couleurs assez particulier. Ainsi le dernier cheval que le Cheikh eut à monter, auquel il fut d’ailleurs attribué un certain nombre de comportements assez singuliers pour un animal, appartenait à cette race et fut traité avec beaucoup d’égards jusqu’à sa mort. Même après la disparition du Cheikh, son dernier Ngelemu vuvant vécut dans un environnement très favorable où il faisait l’objet d’une attention très particulière avant d’être enterré à Touba, à Ndamatou précisément, dans un site historique devenu célèbre. Le type de coloration caractéristique qui particularisait les chevaux de l’espèce « ngelemu » consiste à : des pattes et un front de couleur blanche, avec un torse et des flancs de couleur brune ou quelconque. Cependant, une rapide observation du cheval qui porte le « Cheikh » de la photo montre que celui-ci ne semble pas obéir à ces caractéristiques. Même si l’on ne peut affirmer de façon absolue qu’il n’arrivait pas au Cheikh de chevaucher d’autres types de chevaux, sa prédilection pour ce type de montures est très largement connue par tous ses biographes. En tout état de cause, la règle de l’usage l’emporte ici sur l’exception, jusqu’à preuve du contraire. D’autre part, l’âge apparent du « Cheikh » sur l’image impliquerait que la photo ait été prise à partir de l’étape diourbelloise. Or durant l’étape diourbelloise, le Cheikh ne se déplaçait que très rarement, du fait de l’interdiction des autorités coloniales qui l’avaient confiné en résidence surveillée à Keur Gu Mag. Et il était connu que les quelques déplacements recensés auxquels les colons l’avaient autorisés (vers Dakar, Khourou Mbacké etc.) se faisaient habituellement en voiture et non plus à cheval.Les BottesA propos de cheval, il serait peut être intéressant de noter le détail d’une des bottes que semble porter le « Cheikh » de la photo, visible au pied droit posé sur l’étrier (même si le manque de clarté de cette partie de la photo peut créer un certain doute). Le fait est qu’il ne faisait pas partie des usages vestimentaires du Cheikh de porter des bottes, d’après tous les récits sur ses habitudes émanant de proches. Il leur préférait plutôt des sandales semblables à celles qu’il porte sur sa célèbre photo prise par Paul Marty (après que celui-ci l’ait sollicité de lui, à la sortie de la prière de ‘Asr, devant sa mosquée personnelle de Diourbel) ou des chaussures de l’époque appelées « carbattes » caractérisées par des sous-pieds en bois ou autres. La Coïncidence des Quatre DisciplesBien que les disciples eussent l’habitude d’accompagner souvent le Cheikh dans ses déplacements, il nous paraît assez étrange que trois disciples aussi prestigieux que les trois premiers mentionnés accompagnent ensemble le Cheikh dans ce périple. Surtout si l’on considère que la période à laquelle devrait correspondre cette photo (le « Cheikh » de la photo étant vraisemblablement septuagénaire) est celle de la résidence surveillée à Diourbel, entre 1912 et 1927 ; ce qui correspond aux 15 dernières années de sa vie (le Cheikh ayant été déplacé dans cette ville à l’âge de 60 ans). A cette époque, il serait d’un caractère très rare et exceptionnel que ces disciples, devenus des notables, entourés presque toujours par un grand nombre de disciples lors de leurs déplacements, puissent tous les trois à la fois être ainsi convoqués pour conduire l’escorte du Cheikh en l’absence de tout autre disciple visible. Cette coïncidence des trois disciples est rendue plus extraordinaire par la présence de Bour Sine Coumba Ndoffène qui, bien qu’ayant témoigné auprès des autorités coloniales de la sincérité et de l’innocence du Cheikh pour les fausses accusations envers sa personne, et ayant bénéficié de la reconnaissance de celui-ci pour cet acte historique, n’était pas habituellement connu pour faire partie d’un quelconque cortège accompagnant le Cheikh, comme le faisaient les autres disciples.Bour SineEn outre, les évènements historiques qui constituèrent le prélude des rapports entre le Cheikh et Bour Sine eurent lieu dans la période charnière, juste après le retour d’exil du Gabon (Novembre 1902), soit en l’an 1903 (donc bien avant l’étape diourbélloise qui débuta en 1912). En 1903 (1320h), le Cheikh venait tout juste d’avoir cinquante ans, ce qui semble être bien en-deçà de l’âge du « Cheikh » figurant sur la photo. Une telle remarque nous semble de nature à militer pour la réfutation de l’identité de Bour Sine, à moins qu’il ne soit prouvé que celui-ci eut des rapports ultérieurs avec le Cheikh au point de pouvoir être compté parmi les disciples habituels de son escorte.Par ailleurs, l’habillement typique des figurants de la photo (avec boubous « thiawali », gris-gris etc. tendance « ceddo ») qu’arbore également « Bour Sine » ne semble pas correspondre, à notre avis, à l’accoutrement typique des rois sérères, qui était habituellement plus solennel et plus pompeux, avec des attributs de la royauté (comme les manteaux etc.), même si des circonstances exceptionnelles pourraient éventuellement expliquer l’absence de ces symboles royaux sur la photo. Cheikh IssaIl est également connu que Cheikh Issa Diène fit allégeance à Cheikh Ahmadou Bamba durant l’étape de Diourbel, probablement durant la dernière partie de ladite étape. Ce fait historique incontesté écarterait donc sans aucune sorte d’ambigüité que la photo, si avérée, soit prise avant 1912, ce qui contredirait l’éventualité d’un Bour Sine accompagnant le Cheikh, durant l’étape charnière précitée de 1903.Comparaison avec des photos existantesPour mieux confirmer ou infirmer l’identité des figurants de la photo, il serait d’un certain intérêt de les comparer avec les photos existantes de ces derniers. Il semblerait ainsi, à priori, que leur ressemblance puisse être remise en cause, notamment concernant le « Mame Cheikh Anta » de la photo, même s’il faudrait un rapprochement avec des agrandissements plus poussés pour se prononcer davantage.En outre l’argument consistant à soutenir que l’un des personnages puisse être mal identifié ne remet pas forcément en cause celle de l’identité des autres s’oppose, à notre avis, à celui de la nature des preuves réelles ayant conduit à ces suppositions. Car, jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons connaissance d’aucun élément prouvé et historiquement valable à même de confirmer sans aucune contestation l’identité des figurants. Ceci, en dehors des classiques supputations auxquelles nous ont habitué les « rumeurs » ou « qisas » non vérifiées, et les inductions logiques semblables à celles ayant fait circuler dans le passé une autre photo de jeunes enfants talibés présumée être celle des fils du Cheikh (dont Serigne Saliou), au temps du daara. Photo à laquelle des facultés mystiques ont été même attribuées, sans aucun fondement prouvé. Ainsi, l’inexactitude de l’identité d’un seul personnage de la photo laisserait plutôt suggérer celle des autres figurants, à défaut d’éléments probants autres que les seules suppositions visuelles. Le « Grand Marabout »A contrario, il semblerait que la formulation de la légende de la photo ait pu (inconsciemment peut être) suggérer une interprétation ayant abouti à ces suppositions. Ainsi la formule « Grand marabout » qui y est mentionnée se traduisant en wolof par « Serigne bu mag bi », qui qualifie communément Cheikh Ahmadou Bamba dans le langage mouride, a pu ainsi ressembler à une allusion envers le Cheikh, selon notre propre entendement mouride.Qui est-ce donc ?Une autre question que l’on serait tenté de se poser, une fois l’identité des figurants ainsi remise en cause, est : qui peut bien être ce « grand marabout » si ce n’est pas Cheikh A. Bamba ? Il est clair que des historiens et des archivistes plus familiers aux figures historiques sénégalaises et africaines seraient les mieux indiqués pour trancher cette question. Mais, en tout état de cause, sans être totalement affirmatif, nous avons noté une ressemblance assez frappante entre ce personnage et le célèbre résistant religieux guinéen, l’Almamy Samory Touré dont les photos sont très connues, surtout après sa capture et son exil au Gabon par les colons français. D’ailleurs, il serait très intéressant de se rappeler que Samory fut exilé au Gabon trois ans seulement après Cheikh Ahmadou Bamba (en 1898) qu’il y retrouva d’ailleurs, bien que résidant en des endroits fort lointains et ne s’étant jamais rencontrés physiquement. L’histoire rapporte cependant que Samory eut à entretenir une correspondance avec le Cheikh. Le résistant guinéen fut déporté à Njolé où il trouvera d'ailleurs la mort le 2 juin 1900. Il est rapporté que le Cheikh effectua, lorsqu'il apprit la nouvelle, la prière des morts à son intention depuis Lambaréné, conformément à la Sunna Prophétique à l’occasion de la mort du Négus en Abyssinie. [Pour une biographie de Samory Touré : http://fr.wikipedia.org/wiki/Samory_Tour%C3%A9]. Voici quelques photos assez ressemblantes de l’Almamy avec le « Cheikh » de la photo, sans toutefois être catégorique sur sa véritable identité, mais qui ressemblent moins, il est facile de le constater, à celle de Serigne Touba que tout le monde connaît. ConclusionAu vu de tous les éléments ci-dessus énumérés, la conviction de la Commission Scientifique Majalis est que la photo soumise à son analyse ne lui semble pas être vraisemblablement celle de Cheikh Ahmadou Bamba et des compagnons y étant énumérés. Ceci, bien qu’il soit d’une probabilité quasi certaine qu’il existe d’autres photos du Cheikh dans les archives coloniales ou ailleurs auxquelles nous n’avons pas encore la chance d’avoir accès.Tous les éléments et indices relevés dans le comportement, les accoutrements, l’âge, les détails visuels, biographiques, sociologiques etc. convergent tous vers la remise en cause de l’identité réelles des personnages figurant sur la photo. Et à moins que d’autres éléments ultérieurs vérifiés, avec une argumentation historique incontestée, soient trouvés et viennent démontrer l’authenticité de cette photo, il nous semble permis d’affirmer sans risque de nous tromper que le Cheikh de la photo du web, n’est point celui qui fonda Touba, ce Serviteur du Prophète qui revivifia l’Islam et apporta ce Message Universel au monde et à toute l’humanité…

Quiconque est en possession d’autres arguments infirmant ou confirmant ces analyses,peut les envoyer à la Commission Scientifique, à cette adresse : majalis@majalis.org.* * *

La Commission Scientifique Majalis tâchera de poursuivre cette passionnante aventure sur la portée de l’image en milieu mouride, en analysant notamment les interprétations et les réactions que n’ont pas manqué de soulever l'illustration d’un article de géostratégie publié récemment sur Majalis intitulé « Bamba, Obama et la Paix dans le Monde » écrit par S. A. Aziz Majalis. Le fait que le président des Etats-Unis ait pu figurer sur une même image que le Serviteur Privilégié du Prophète et la mosquée de Touba avait notamment soulevé nombre de commentaires indignés qui considéraient, d’une certaine manière, comme « blasphématoire » qu’un « mécréant » puisse être représenté à coté de Serigne Touba et de notre cher « Lamp Fall »… La Commission Scientifique.

8.Posté par lamine le 03/02/2010 07:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam, le concept d'égalité des sexes en Islam sur

www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net www.tidjania.net

Allez jeter un coup d'oeil et bonne lecture!

9.Posté par Badou le 03/02/2010 09:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En tout cas, si le photo date de 1903, il ne peut s'agir de Samory qui était déjà mort à cette date là (il serait mort en 1900 ou 1901 selon les sources). On peut toujours chercher quel marabou d'Afrique occidentale vivant en 1903 était susceptible de se déplacer comme ça entouré de disciples. Je crians cependant que l'énergie que nous déployons pour authentifier cette photo ne confine à l'idolâtrie. Je l'ai reçue il y a quelques semaines dans ma boîte mail, sans accorder trop d'importance ....

10.Posté par Gaye Modoubousso le 03/02/2010 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai bien lu l'analyse de Thierno de Madjalis qui a retenu toute mon attention.
Franchement au départ, tout comme lui, je voulais une preuve rigoureuse.
Je me suis posé les mêmes interrogations notamment sur les bonnets. Mais voilà les élements qui me permettent aujourdhui de penser de mon côté que c'est bien Serigne Touba.

1- Le personnage présent sur la photo ressemble étrangement à Serigne Abdou Khadre Mbacké qui a toujours été présenté comme le portrait craché de son père

2- Le nez du personnage ressemble effectivement au nez du vrai serigne TOuba révélé par la seule photo que nous avons aujourdhui. Ceux qui iront dans Wikipédia verront que ce nez est complètement différent de celui de Samori. Le personnage ne peut pas être SAMORI aussi dans la mesure où, si c'était lui, le colonisateur qui le connaît bien comme résistant politique mettrait bien son nom sur la légende ou le titre.

3- Le personnage est habillé en blanc couleur que Serigne Touba aimait beaucoup.

4- Je n'ai vraiment pas vu de chaussure sous forme de botte. Ce qui en ressemble est complèrtement disproportionnné par rapport à la photo d'ensemble.

Par ailleurs je voudrais attirer l'attention du lecteur sur la ressemblance évidente entre le personnage supposé être Mame Cheikh et l'une des photos de Mame Cheikh où, il était en boubou noir. Remarquons aussi que Mame Cheikh n'a pas porté de tingandé contrairement à ce qui est affirmé. Au contraire il a la tête nue.

Pourquoi les autres sont en bonnet? Je pense que l'explication est donné par le titre même de la gravure: arrivée d'un grand Marabout. Serigne Touba a dû faire un long voyage et donné le ndiguel a ses disciples de porter ces bonnets pour se protéger du soleil par exemple. Cependant Comme nous connaissons le degré de Talibé très pronocé de Mame Cheikh, celui ci a sans doute préféré comme à son habitude braver toutes les épreuves. Ce qui explique qu'il n'en ait pas porté.

Pour toutes ces raisons je suis de ceux qui pensent que cette photo est vraiment authentique


11.Posté par INS le 03/02/2010 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis un fervent tilibé Cheikh et j'aime , j'aime ,j'aime beaucoup Serigne Touba, Cheikh Ahmadou Bamba

12.Posté par PACO Diop Finlande le 03/02/2010 22:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Regardez bien comment Serigne Touba est assis sur le cheval. Cette photo est fausse. Il n y a pas LA MOINDRE TRACE D OMBREdes personnages sur cette photo. Aggrandissez LA PHOTO A la taille de 300%, vous verrez en bas de bas de gauche A droite que qu il y a des traces non conformes: c est du montage. Pire c est du blaspheme de la calomnie. SENEGALAIS REVEILLEZ- VOUS. CECI EST DU cheikh cherifou nouvelle version.

13.Posté par PACO Diop Finlande le 03/02/2010 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Regardez bien comment Serigne Touba est assis sur le cheval. Cette photo est fausse. Il n y a pas LA MOINDRE TRACE D OMBREdes personnages sur cette photo. Aggrandissez LA PHOTO A la taille de 300%, vous verrez en bas, gauche A droite que qu il y a des traces non conformes: c est du montage. Pire c est du blaspheme de la calomnie. SENEGALAIS REVEILLEZ- VOUS. CECI EST DU cheikh cherifou nouvelle version.
NB: Sur la seule ET vraie photo de CHEIKH AHMADOU BAMBA, on y trouve de l ombre couvrant son SAINT PIED DROIT.

14.Posté par Abraham Boj le 04/02/2010 00:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une fois de plus je demande au roi de ceder sa place (Ecclesiate 4-13a16) s il ne peut pas regler les problemes de ses concitoyens . Il connait le probleme de la rebellion casamancaise et il a fait un deal avec Robert Sajang l ancien ministre et maire , avec la France et le vatican qui financent les rebelles. Il faut mettre fin a ces assassinats, ces deplacements de population et ces complots sur le dos des innocents. Le Prince de ce monde, satan n echappera pas a plus forte raison les autres dirigeants. C est la fin de l empire romain. La fin des mechants. La France paiera ses crimes en Afrique et partout dans le monde. Le mensonge et l iniquite ne gouverneront plus ce monde. C est le Messie qui vous ecrit. Adorez le Seigneur et gardez vous des croix et des idoles (Exode 20-3a5).
LE FILS DE L HOMME

15.Posté par ndolette le 04/02/2010 05:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et si l'afrique etait la nouvelle destination de predilection?

et si elle devenait la meilleure terre d'asile qui soit?

http://www.avamag.com/2012-L-Afrique,-nouvelle-terre-d-asile_a406.html

16.Posté par ndolette le 04/02/2010 05:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cela annoncait deja la periode des independances, en ouvrant le bal ils ont commencer au cameroun

50 ans d'independances

www.avamag.com

50 ans d'independances du cameroun

17.Posté par Abraham Boj le 04/02/2010 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Depuis le debut de l evangelisation , la colonisation jusqu a nos jours, l Afrique n est jamais ete independant. Ces soit disant un peu d autonomies sous forme de colonisation nouvelle formule que le chanteur appelle : Independance sous surveillance; seront bientot finies. L Afrique sera bientot libre de la presence des armees etrangeres et des colons deguises en diplomates, chefs d entreprises, etc... Bientot les riches deviendront pauvres et les pauvres recevront leurs part de l heritage. L armee francaise va quitter l Afrique et c est une realite absolue. Fini la colonisation. Les emmigres peuvent rentrer et laisser l occident aux occidentaux.
LE FILS DE L HOMME

18.Posté par sokhna mbacke le 12/08/2010 21:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bon DIEU sest samory la seul photo du cheikh cest celui kon voi tt les jours mm si les blancs disent kil on une autr foto d lui et kil refuz d montrer mai s ki est sur sest po lui sur cette tof en plus il a une tres longu barbe

19.Posté par Edouard P. Gomis le 27/10/2011 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je cherche informations sur Mr Gomis, receveur de poste à Saint Louis du Sénégal, qui a eu des relations amicales avec serigne touba durant son séjour au laboratoire de sor à Saint louis. La seule photo de serigne Touba fut prise au domicile de mr Gomis

20.Posté par padane le 20/12/2011 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je m excuse mais cette photo n est pas le cheikh .le cheikh n a q une photo .

21.Posté par Cheikhouna Mbacke le 04/08/2012 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nice mais ces hommes aui apparaissent sur cette photo sont diferents du cheikh et de ses compagnons
j ai des preuves

22.Posté par sophia mou serigne fallou le 26/03/2013 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Serigne touba amoul morome si dounya moy bayou serigne fallou borome na am mou ame dou am dou am

23.Posté par baxx baxa le 28/07/2013 01:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

se nest pas serigne touba

24.Posté par Sokhna le 29/11/2013 06:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n,est pas KhadimRassoulilahi SAW.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

SUNURADIO TV VIA LERAL


TELEVISIONS & RADIO SENEGAL

    
 

    

    

    






SUNURADIO TV VIA LERAL