leral.net | S'informer en temps réel

Pierre Sané, ancien Secrétaire général d'Amnesty international aux journalistes : "N'utilisez plus le terme droit-de-l'hommistes, mais plutôt..."

Le Sénégalais Pierre Sané invite la presse à ne plus user du terme "droit-de-l'hommistes" pour désigner ceux qui font ce travail, mais plutôt "défenseurs des droits humains". Car, pour lui, cette appellation est péjorative. Il s'exprimait, hier, en marge du point de presse organisé par Front Line Defenders.


Rédigé par leral.net le Mercredi 9 Septembre 2015 à 12:03 | | 2 commentaire(s)|

Pierre Sané, ancien Secrétaire général d'Amnesty international aux journalistes : "N'utilisez plus le terme droit-de-l'hommistes, mais plutôt..."
Selon Pierre Sané, en utilisant cette terminologie (droit-de-l'hommistes), cela tend à faire de nous tous des Défenseurs des droits de l'Homme alors que tel n'est pas le cas. "Nous devrions tous être des droit-de-l'hommistes, mais quand on l'utilise dans la presse pour désigner les Défenseurs des droits de l'Homme, ça veut dire que... Deuxièmement, c'est un terme péjoratif qui tend à sous estimer le travail que font les Défenseurs des droits de l'Homme sur le terrain", affirme l'ancien sous-directeur général des sciences sociales et humaines de l’Unesco. Il ajoute que ceux-ci abattent un travail colossal, avec toutes les difficultés qu'ils subissent dans certains pays, pour la restauration des droits aliénés des populations (liberté d'expression des journalistes, aide aux victimes de torture à préparer leurs plaintes et à les déposer à la justice, travail à côté des avocats pour la cause de ces victimes, droits des enfants et des femmes...).

Il convient donc, à travers la presse, de leur donner un qualificatif de leur rang. "Dans beaucoup de pays, ces gens là sont victimes d'exécutions, de tortures, de disparitions... Parce que tout simplement, ils sont convaincus qu'il est nécessaire, pour qu'on puisse vivre dans un monde de paix et de justice, que les droits de tous soient soutenus. Donc, on demande à la presse sénégalaise de travailler, au sein de leur rédaction, pour ne pas utiliser ce terme "droit-de-l'hommistes" qui est un terme péjoratif, mais utilisez le terme : Défenseurs des droits humains", a affirmé le co-fondateur de l'organisation Front Line Defenders qui a tenu un point de presse, hier, pour communiquer sur la fin de la mission de plaidoyer qui l'a mené en Côte-d'Ivoire, au Bénin et au Sénégal (dernière étape), entre le 31 août au 8 septembre.

"Front Line Defenders est une organisation basée à Dublin (Irlande) et que j'ai fondé avec la Directrice, Mary Lawlor, il y a 15 ans, et dont l'objectif est d'assurer la protection et la défense des Défenseurs des Droits humains", assure M. Sané. Selon Mme Lawlor, Directrice exécutive de l'Organisation, "la situation des défenseurs des droits humains est très grave au niveau mondial. Plus de 150 défenseurs des droits humains ont été tués en 2014". Elle ajoute : "Dans l'espace de dix jours en fin août, 5 défenseurs des droits humains ont été tués au Brésil, Honduras, Philippines et Soudan".

Oumar Dembélé (stagiaire)









Hebergeur d'image



Hebergeur d'image