leral.net | S'informer en temps réel

Plaidoyer pour préserver le Village des Arts de Dakar et redéfinir son mode de fonctionnement.


Rédigé par leral.net le Lundi 27 Avril 2015 à 10:33 | | 1 commentaire(s)|

Plaidoyer pour préserver le Village des Arts de Dakar et redéfinir son mode de fonctionnement.
L'avenir du Village des arts de Dakar est très sombre et sa pérennité n'est plus garantie. Ainsi, tous les artistes et les acteurs culturels doivent dénoncer avec force la situation actuelle de cette vitrine culturelle sénégalaise, tant au niveau de son fonctionnement que de sa préservation.

Inauguré le 23 avril 1998, ce joyau unique au Sénégal compte aujourd'hui cinquante-cinq ateliers, un restaurant et une galerie d'environ 300 m2 qui par ailleurs, est une des meilleures cimaises du Sénégal.

Aujourd'hui, un véritable doute légitime se pose face non seulement à la préservation et à la pérennité de ce bijou culturel mais aussi, à son mode de fonctionnement actuel.

En effet, sur la parcelle de 4 hectares attribuée au Village des Arts et pour laquelle un décret avait été promulgué par le Président Abdou Diouf, il ne reste qu'environs 2 hectares. Des sociétés comme Orange, la CSS ainsi que les magistrats se sont vus attribuer les autres superficies sans que pas grand monde ne sache selon quel critère et par qui.

D'ailleurs, ces derniers ont fait un lobbying auprès du Ministère de la culture pour faire passer une route « provisoire » dans le village afin de faire passer les voitures servant à la construction des dits chantiers. Cette situation a mis tous les occupants du village sur le qui- vive.

J'en appelle aux autorités Sénégalaises pour rétablir cette injustice et ainsi remettre les 4 hectares au Village des Arts de Dakar.

L'autre scandale est le mode d'attribution des ateliers du Village des Arts. Il y a des artistes, de surcroît des sommités des arts plastiques, qui y ont un atelier depuis toujours. Cette situation est scandaleuse et est à dénoncer. Une telle structure ne saurait profiter à une minorité qui a par ailleurs les moyens de trouver un atelier ailleurs et de céder la place aux artistes qui sont vraiment dans le besoin, surtout les jeunes.

Sur les 55 ateliers que compte le Village des Arts, les 39 devraient être attribués aux artistes des 13 régions du Sénégal, à savoir 3 ateliers par région pour une durée maximale de 3 ans. Il faudrait en attribuer 6 aux artistes dakarois pour la même durée, réserver 2 ateliers aux artistes sénégalais de la diaspora, mettre 5 ateliers à disposition des meilleurs étudiants sortants de l'Ecole Nationale des Arts et les 3 ateliers restants pour des résidences.

Une telle répartition serait bénéfique pour les artistes des régions qui n'ont pas accès au marché dakarois. Elle permettra également aux étudiants fraîchement diplômés de l'ENA d'avoir un lieu de travail pour s'inscrire dans la continuité de la recherche et de l'affirmation. Les artistes de la diaspora sénégalaises pourront envisager de rentrer au bercail pour y mener des projets spécifiques. Enfin, le fait de mettre trois ateliers pour les résidences pourrait encourager les créateurs venus d'ailleurs à partager leur savoir faire avec nos artistes locaux. Ainsi, le Village pourrait s'inscrire dans les réseaux mondiaux de résidences d'artistes.

Les Centres Culturels Régionaux pourraient proposer des dossiers d'artistes au Ministère de la Culture qui se chargerait de la sélection et de l'attribution sous forme de bourses. La direction de l'Ecole Nationale des Arts pourrait proposer 5 étudiants méritants. Les artistes sénégalais de la diaspora ainsi que ceux des autres pays intéressés pourraient adresser leurs dossiers au Ministère de la Culture.

Enfin un loyer symbolique pourrait être demandé aux occupants afin de prendre en charge les frais de gardiennage et de conciergerie.

À méditer

Ousmane DIA

Gestionnaire et médiateur culturel / Artiste plasticien / Enseignant d'arts visuels à Genève






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image