leral.net | S'informer en temps réel

Plus de 5 000 étudiants encore orientés à l’Uvs: Quand l’Etat surfe sur l’irréel

Les 5 000 étudiants orientés cette année à l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) et les 2 000 qui les ont précédés partagent tous le même sort : Ils sont admis dans un établissement plus irréel que virtuel et qui peine à prendre son envol.


Rédigé par leral.net le Lundi 29 Septembre 2014 à 20:12 | | 1 commentaire(s)|

Plus de 5 000 étudiants encore orientés à l’Uvs: Quand l’Etat surfe sur l’irréel
Cette année encore, ils sont 5 000 étudiants à être orientés à l’Université virtuelle du Sénégal en plus des 2 000 étudiants déjà sur place. Parmi ces derniers, plusieurs ont récemment manifesté à Kolda pour dénoncer cette université qui reste pour le moment dans le chapitre de l’irréel. Interpellé sur la situation, cet étudiant de la première promotion de l’UVS souligne : "depuis la création de l’UVS, nous, bacheliers de 2013, n’avons jamais fait cours pour ne pas dire que nous avons fait une année blanche.

Le pire, c’est que le ministre de l’Enseignement supérieur Mary Teuw Niane a organisé sa campagne de propagande avec la télévision sénégalaise en allant dans une école de Guédiawaye pour montrer que les étudiants de l’UVS ont déjà commencé les cours et qu’ils ont reçu chacun leur machine alors que tel n’est pas le cas. L’UVS, c’est juste un mirage". L’étudiant de prédire que cette année scolaire risque d’être encore une année blanche à l’UVS. Ce qui risque d’hypothéquer l’avenir des 5000 autres étudiants orientés à l’UVS.

Un acte incompréhensible, selon Abdou Khadre Fall, professeur à l’université de Thiès, qui souligne : "la réalité, c’est que l’UVS ne fonctionne pas. Maintenant, la question que je me pose c’est, qu’est-ce qui a réellement motivé l’orientation de 5 000 autres étudiants dans une université qui n’existe que de nom" ? Abdou Khadre Fall de poursuivre pour le regretter, l’ouverture promise mais jamais effective d’Espace numérique ouvert (ENO) dans chaque département. "Il était dit que chaque ENO allait être équipé de 100 ordinateurs et d’une connexion haut débit mais à ce jour, aucun espace n’a été ouvert", fustige l’enseignant à l’université de Thiès. Qui s’empresse de faire part de l’inquiétude des parents dont les élèves ont été affectés à l’UVS.

Réunis à travers un regroupement dénommé, Fédération nationale des parents d'élèves du Sénégal (FNAPES), plusieurs parents d’élèves ont manifesté le refus de voir leurs enfants orientés à l’UVS. Créée par décret n° 2013-1294 du 23 septembre 2013, l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) "devrait s’inspirer de toutes les expériences réussies en matière d’enseignement à distance dans les établissements d’enseignement supérieur", lit-on dans ledit décret. L’UVS devrait offrir des formations initiales, continues et certifiantes.

Aussi, participer à la diffusion de la culture africaine à travers des formations destinées à des apprenants établis hors du territoire national. Pour l’année 20132014, il était prévu que l’UVS démarre avec cinq licences ; sciences juridiques et politiques, sociologie, anglais, sciences économiques et gestion, mathématiques et informatiques. Le siège principal de l’Université virtuelle du Sénégal sera, comme le souligne le décret, installé à Diamniadio, au niveau de la Cité du savoir. Une année scolaire après son ouverture, L’UVS peine à prendre son envol.


EnQuête






Hebergeur d'image