leral.net | S'informer en temps réel

Plusieurs millions disparaissent de la Polyclinique de la Médina : Le caissier vide le coffre

Le caissier principal de l’hôpital Institut d’hygiène sociale de Dakar, ex-Polyclinique, est activement recherché par la police depuis hier. El Hadji Layti Ndiaye a pris la poudre d’escampette avec pas moins de 30 millions de francs, représentant les primes des agents de l’hôpital et les recettes journalières.


Rédigé par leral.net le Mardi 11 Novembre 2014 à 14:20 | | 1 commentaire(s)|

Plusieurs millions disparaissent de la Polyclinique de la Médina : Le caissier vide le coffre
Les agents de l’hôpital Institut d’hygiène sociale de Dakar, ex-Polyclinique, se sont réveillés hier avec une gueule de bois, suite à la disparition depuis vendredi de leur caissier principal. Celui-ci s’est en effet taillé avec toute la caisse, contenant des salaires d’agents, des primes de motivation, des primes du Nepad ou encore des recettes journalières. Ce n’est pas moins de 30 millions de francs qui sont disparus, confient des agents, trouvés hier dans ledit établissement. Des agents complètement désarçonnés, qui se posent de nombreuses questions sur l’attitude du caissier, répondant au nom de El Hadji Layti Ndiaye, né le 1er janvier 1985, donc âgé seulement de… 29 ans.

Le bonhomme recruté en tant que contractuel et originaire de Mbacké a été affecté à l’hôpital Institut d’hygiène sociale de Dakar, ex-Polyclinique, depuis l’année dernière. Mais en l’espace d’un an seulement, il a gravi les échelons, jusqu’à être porté à la tête de la caisse principale. Cette nomination est très récente, mais assez suffisante pour alimenter toute sorte de discussion sur son niveau de vie et ses airs de jeune bourgeois. Néanmoins, ses responsables hiérarchiques semblaient nourrir une confiance aveugle à son endroit.

Selon des témoignages recueillis, la direction n’a pas vu le coup venir, tellement El Hadji Layti Ndiaye a bien mûri son plan. D’abord, il va récupérer les primes trimestrielles du Nepad au ministère de la Santé et de l’Action sociale, soit 150 mille par agent sur près d’une centaine d’agents. Ensuite, il récupère les recettes journalières de jeudi et de vendredi derniers, puis réunit les salaires de quelques agents en plus d’autres primes versées par l’hôpital, avant de prendre la poudre d’escampette. Des agents interrogés ont assuré l’avoir vu pour la dernière fois vendredi vers les coups de 18h 30mn. Mais il était venu pour vider son bureau y compris le coffre-fort au nez et à la barde des agents préposés à la sécurité. Ce que la direction a fait constater hier par un huissier, dépêché sur les lieux.

La thèse du vol est d’autant plus réelle que ses responsables hiérarchiques ont appris le déménagement de Layti Ndiaye de son domicile vendredi dans la nuit. En réalité, le sieur Ndiaye a pris le temps de nettoyer ses arrières pour ne pas laisser de traces et pouvoir échapper à la police. Une police qui a déjà enregistré une plainte de la direction de l’hôpital pour vol. Des recherches ont été ainsi déclenchées depuis hier par les éléments du commissariat central de Rebeuss. Même la police des frontières a été saisie puisque, selon des agents de l’hôpital, le jeune homme n’a jamais caché son intention de voyager. A-t-il réussi à sortir du pays avec le magot ? C’est une éventualité qui rend déjà malade une bonne partie du personnel, pas en état actuellement de prodiguer des soins de qualité.

Le Quotidien






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image