leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Polémique autour du pétrole, gare à la malédiction

Jadis réputé pour sa paix, sa stabilité et la cohabitation harmonieuse entre les religions, ethnies, confréries et autres atouts qui en font un pays d'exception, le Sénégal risque, si l'on n'y prend garde, de perdre toutes ses précieuses richesses à cause du pétrole.


Rédigé par leral.net le Mercredi 17 Mai 2017 à 18:07 | | 0 commentaire(s)|

Polémique autour du pétrole, gare à la malédiction
Depuis l'annonce de la découverte d'immenses gisements, l'air est devenu pollué à cause des exhalaisons de cette ressource. Au lieu de faire bloc pour une bonne gestion des blocs découverts ça et là, pouvoir et opposition allument le feu.

Une brèche dans laquelle, risquent de s'engouffrer les multinationales qui se bousculent à nos portes, et qui ne se priveraient pas d'attiser le feu dans l'unique but de faire main basse sur ces ressources naturelles, objet de toutes les convoitises.

Le Sénégal pourra-t-il échapper à la malédiction du pétrole? Cette question s'impose car bien qu'aucune goutte de pétrole n'ait encore été extraite, pouvoir et opposition se tirent dessus.

L'opposition ne rate aucune occasion pour accuser le régime de procéder à une gestion nébuleuse des richesses alors que la transparence voulue, aurait due être de mise. Malgré les tentatives de réponses apportées par le Premier ministre et son gouvernement, l'opposition campe sur sa position et la polémique va crescendo.

Pourtant ces richesses devraient être considérées comme une bénédiction pour ce pays et inciter le chef de l'Etat à engager de larges concertations avec toutes les franges de la société afin de les amener à faire bloc autour de nos blocs pétroliers pour que la malédiction tant redoutée, qui frappe d'autres pays producteurs de pétrole, épargne le Sénégal.

Malheureusement, il semble que des deux côtés, on n'est pas dans cette disposition, alors que pour l'intérêt du pays et la préservation des intérêts des générations futures, les deux parties devraient faire montre d'un esprit d'apaisement et de dépassement.

Cette situation délétère qui prévaut actuellement pourrait être transcendée si le chef de l'Etat demandait au nom de l'intérêt supérieur de la nation à ceux qui "savent", de parler.

si on n'y prend garde, c'est le peuple qui risque de faire les frais de cette ruée vers le pétrole dont seul un cercle de privilégiés va bénéficier des retombées certaines.

source: la tribune










Hebergeur d'image