Leral.net | S'informer en temps réel

Politique/ immigration : Le Gabon se dote d’un centre de rétention pour les étrangers en situation irrégulière

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 9 Décembre 2010 à 21:41 | Lu 1585 fois

Libreville, 9 décembre (GABONEWS) - La Direction générale de la Documentation et de l’Immigration (DGDI) a officiellement présenté, mercredi, aux Ambassadeurs et Consuls accrédités au Gabon, le centre de rétention pour les étrangers en situation irrégulière situé dans ses locaux, au 5ème arrondissement de Libreville, rapporte, ce jeudi, le quotidien l’Union.


Politique/ immigration : Le Gabon se dote d’un centre de rétention pour les étrangers en situation irrégulière
Devant les diplomates, le patron de la DGDI, le général de corps d’Armée Michel Andjembe, a indiqué que le « bâtiment est divisé en trois compartiments. Le premier qui compte 48 lits est celui des femmes. Le second de 52 lits est destiné aux hommes et le troisième est une salle commune qui sert à la fois de réfectoire, de salle de jeux et de loisirs ».

Il s’agit, ici, a précisé, le premier responsable de la DGDI , d’une structure qui « répond tout de même aux exigences les plus élémentaires des droits de l’homme » même si, a-t-il reconnu, « ce centre (…) n’est pas peut-être celui que nous souhaitons ».

APPLIQUER LA POLITIQUE ET LES DECISIONS DU GOUVERNEMENT EN MATIERE D’IMMIGRATION

Aussi, a-t-il assuré : « un grand centre de rétention répondant aux normes internationales est prévu dans la zone portuaire d’Owendo », dans la commune voisine de Libreville, en soulignant : « la DGDI dispose déjà du terrain devant accueillir l’édifice et une partie des fonds nécessaires à la construction avait été déjà inscrite au budget de l’Etat ».

Ces actions aussi multiples que variées visent à améliorer les conditions de rapatriement des étrangers en situation irrégulière dans leurs pays d’origine après leur arrivée (par milliers, par an) sur le territoire gabonais en pirogue, bateau ou en camion, parfois dissimulés dans des endroits les plus insolites et, le plus souvent, au péril de leurs vies.

Les chiffres avancés en 2008 par le ministère de l'Intérieur faisaient apparaître environ "400.000 clandestins" pour une population de 1,3 millions d'habitants au Gabon.

Aussi, la rencontre avec les ambassadeurs et consuls a-t-elle permis aux services de l’Immigration de fournir les dernières données sur le niveau de renouvellement ou l’établissement d’une carte de séjour.

Il en est ressorti que « 14859 cartes de séjour » ont été délivrées aux béninois qui figurent parmi les plus nombreux dans le fichier de la DGDI, suivis par les maliens (13676) ; Camerounais (11576 ; Nigérians (10445) ; Sénégalais (8923) et Togolais (6288).

La DGDI a pour mission d’appliquer « la politique et les décisions du Gouvernement en matière d’immigration », tenait à rappeler le général M.Andjembé, devant ses interlocuteurs.

GN/RA/10


1.Posté par le 10/12/2010 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Beaucoup d'immigrés ont fait fortune au Gabon à une certaine époque, mais les temps ont changé.

2.Posté par Ndeysanne le 10/12/2010 19:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gabon n'est plus comme il était avant.
Certains y périssent pour attendre ls jours meilleurs
Rentrez au Senegal fi amna soutara ak yeurmeundé
Rien ne vaut de rester au Gabon sans carte de Séjour ou sans travail
Je vous parle en connaissance de cause pour y avoir passé plus de 6 ans

3.Posté par MISS JESS, alias PRINCESSE 12 le 16/10/2013 23:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis gabonaise, c'est vrai qu'aujourd'hui je suis en fin de cycle master, mais pouvez vous imaginer par quoi suis je passée comme beaucoup d'autres personnes?mais je n'ai jamais eu envie de quitter mon pays définitivement, d'aller tenter ma chance ailleurs, immigrer ce n'est pas une affaire de jeu, moi je préfère galérer dans mon pays, parce que j'ai des repères, ces repères ce sont mes parents (famille élargie) mes amis, mes copines, le boutiquier du quartier chez qui on prend une boite de sardine à crédit, ma voisine ou mon voisin qui peut me prêter dix milles,ma camarade de classe avec qui je partage un bout de pain....ce sont des faits anodins mais tellement importants...que les Sénégalais aiment d'abord le Sénégal malgré les maux qui minent nos Etats africains et qui découragent les jeunes, moi c'est seulement la guerre que je redoute...car quand y a les coups de feu on ne peut rien faire...

4.Posté par MISS JESS, alias PRINCESSE 12 le 17/10/2013 00:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

en plus, immigrer sans moyens financiers en empruntant des embarcations de fortunes, immigrer sans se renseigner sur les politiques d'immigration du pays d'accueil, non pardon...je préfère souffrir et me résigner chez moi au lieu d'aller mourir aux côtes italiennes ou me faire malmener par un Blanc et encore plus répugnant, par mon frère Africain.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage