leral.net | S'informer en temps réel

Politique politicienne : Retour de flamme, après la marche de Macky à Paris


Rédigé par leral.net le Vendredi 23 Janvier 2015 à 08:50 | | 2 commentaire(s)|

Politique politicienne : Retour de flamme, après la marche de Macky à Paris
Lors de l’émission radiotélévisée ‘’Diiné ak jamono’’(la religion et l’actualité), du vendredi 16 janvier courant, des intervenants, suivis par d’autres, ailleurs (par ce que le Président de la République a participé à une manifestation contre le terrorisme à Paris, le 11 janvier 2015), ont demandé à ce que ce dernier présente ses excuses publiques, à la nation, à sa descente d’avion à l’aéroport. Nous croyons que cela est fort de café, pour tous les militants de la démocratie, en défense de la République. En tout cas les propos de ces crypto-politiciens, confirment ce que nous disions récemment. Les politiciens profitent d’une situation, pour se faire voir et faire passer leurs projets. D’ailleurs un nos doyen avait l’habitude de nous dire, dans un wolof limpide : ‘’Kaay ma yan la ; yanu la, lici sa ndapp la bëga yër’’ (la bonne volonté qui dit t’aider à porter ta charge est tout faux. Il ruse simplement pour voir le contenu de ton récipient).

Le projet disons-le, c’est une ‘’constitution charia tique’’. Alors, pourquoi nos amis ne devraient-ils pas prendre leur courage à deux mains pour proposer cela aux sénégalais, par le biais d’ un ‘’Parti de le la démocratie Islamique’’, à l’instar des italiens avec la démocratie chrétienne ? Nos ‘’politiciens en eau trouble’’ savent bien que les peuples n’acceptent plus d’être manipulés. Surtout le peuple sénégalais. Néanmoins, ils s’engouffrent à toutes les ‘’bèches démocratiques’’ pour s’attaquer insidieusement aux fondements de la démocratie et la laïcité. Le peuple sait que si la République, la laïcité n’existaient pas chez-nous, nous devrions l’inventer. Pas plus d’une fois, la preuve en été donnée.

Comment, dans une République, peut-on demander à celui qui incarne l’institution, ‘’Le Président de la République’’ à (s’auto humilier) publiquement. Pour une ‘’faute’’, que tout toit le monde ne considère pas comme telle ? Ne se rendent-ils pas compte que ‘’Le Président de la République appartient à tous les nationaux du pays constitués de (musulmans, chrétiens, animistes et autres) ? Pour le moins, ce tour de passe-passe ne va pas prospérer auprès des démocrates convaincus.

Mais quand nous parlons de démocrates, nous n’y incluons pas les pseudos démocrates de l’Etablissement (gauche - droite), atteints de ‘’strabisme politicien’’ et militant par ‘’le silence, la compromission tactique’’, à une démocratie et à une justice à deux vitesses. Parmi ceux-là, nous rangeons Macky Sall, Président de l’Apr. Car pourquoi tout ce bruit ?

Parce que, tout simplement Macky de par son comportement de tous les jours est regardé comme un chef religieux d’une communauté et non comme un ‘’président de tous les sénégalais’’. N’a-t-on pas vu une ‘’notabilité religieuse’’ parader lors de la cérémonie de la pose de la première pierre de l’autoroute Thies-Touba, alors que ce dernier n’est pas encore net avec la justice, dans une affaire de complicité de meurtre ? Nous passons sur les arbitrages budgétaires politiciens, parce économiquement discutables. Car favorisant des investissements, tout aussi discutables au détriment d’autres secteurs, d’autres localités aux potentialités économiques plus solides.

Revêtu souvent de ses habits du religieux partisans, nos politiciens n’ont pas hésité, un instant à manœuvrer pour faire glisser le débat sur le terrain religieux. Mais disons que peu ou prou, toute la classe politique a assisté sans mot dire, à ‘’ la République couchée’’ que dénonçait notre compatriote le Pr. Ousseynou Kane dans un texte retentissant, il y a plus de 10 ans. Par ailleurs, n’a-t-on pas vu un chef de Parti politique, faire d’un chef de parti politique ; de surcroit ‘’Marabout, son ‘’Wassila’’ (guide religieux), au vu et au su du Ministre de l’intérieur? Ce dernier n’a-t-il pas fait le mort lorsque les domiciles et biens d’un député de son bord politique ont été saccagés à Touba ? Les déboires actuels que connait, Idy , appelé ‘’Mara’’, sont dus à quoi ?

Tout simplement, par ce que son disciple, ses condisciples et beaucoup de ses compatriotes, le considèrent, de par ses faits et gestes, avant tout, comme un grand ‘’taalibé cheikh’’ (disciple de la confrerie du Cheikkh) et non comme un futur potentiel ‘’ président’’. Raison pour laquelle dès qu’il a été question (vrai ou faux. Faux, officiellement, car aucun communiqué n’a été publié par l’intéressé ou par son porte-parole), de ‘’Jebbelu’’(apostasie), la terre a commencé à trembler sous ces pieds. Cette façon opportunisme de faire pour gagner la sympathie des 95% des musulmans sénégalais en montrant qu’on est un érudit maitrisant le livre saint en bon musulman, ne marche pas à tout moment. Pour la bonne raison que les sénégalais ne sont pas à 95% de Rewmi.

Cela dit, nos politiciens sont vraiment des naïfs. Sans quoi après une lecture fine des statistiques des résultats électoraux de ces dernières décennies, ils auraient dû s’apercevoir que les sénégalais font la part des choses lorsqu’il est question de choix entre le politique et le ‘’ndigël’’ (consignes). A la veille du scrutin présidentiel du deuxième tour, en 2012, le notable dont nous parlions ci-dessus, ne s’est-il pas targué d’avoir un millions d’électeurs à ses ordres, au bénéfice du Président Wade ?

Ce qu’il y a lieu de dire dans tout ça, c’est que les politiciens doivent cesser de jouer avec le feu et considérer le citoyens pour des demeurés. Ils savent bien que depuis du temps de la Mésopotamie : musulmans, chrétiens, juifs ont vécu dans une coexistence pacifique pendant des siècles. Seuls les intérêts particuliers et stratégiques sont, pour l’essentiel de nos jours, à la base des contradictions à l’échelle mondiale. Soulignons que tout près de nous, au Maroc, on trouve d’innombrables quartiers dans les villes, où habitent des juifs qui vivent en harmonie avec les juifs marocains. Au plus fort des tensions (guerre des 6 jours, par exemple), entre Israël et le monde arabe, aucun juif marocain n’y a été inquiété.

Mais tout ceci, ils n’en ont cure. Ce qui importe pour eux, c’est tout faire pour endormir le peuple qui pense aux prix aux producteurs bien rémunérés, à l’écoulement de leurs productions et pistes de production pour les écouler sans dommage. Le peuple pense aussi aux dangereux abris provisoires en paille des écoles, aux salaires des milliers d’enseignants non réglés, aux milliers de chômeurs en errance en ville et en campagne.

Donc, président de la République, au premier chef, doit se préoccuper de ses problèmes et s’abstenir de prendre parti à médiatiser, de manière ostentatoire, ses faits et gestes, au plan religieux. Car cela relève du domaine privé. Sans quoi nous ne cesserons d’assister toujours et de façon dommageable, à ces genres de piques à fleuret moucheté, par presse interposée, du genre : ‘’Ici tu ne seras pas hué’’, suivis des mises au point autour du ‘’Hadiya’’.

Dans une République qui fonctionne normalement, le président de la République, au lieu de disputer le premier ‘’sappe’’ (rang), ou la proximité de l’Autel aux fidèles, devrait avoir ‘’sa mosquée privée’’ ou sa ‘’Chapelle privée’’.


Alors, si l’on observe les retours de flammes qui s’abattent sur ‘’Idy-Mara’’, après le ‘’Jebblu’’ et les agissements antérieurs, non-républicains, de Macky, on se rend compte que le principe de ‘’l’obligation de réserve’’ est ‘’inventée’’ pour tout le monde et pas pour nuire à autrui.

Maintenant, ils doivent constater amèrement qu’on ne récolte que ce l’on a semé.

Ababacar Fall-Barros
Ancien conseiller municipal







Hebergeur d'image





Hebergeur d'image