leral.net | S'informer en temps réel

Portrait Ibra Ndiaye : La trajectoire exceptionnelle d’un self made man

L’ordre règne dans ce bureau bien aménagé. Le visiteur y est accueilli avec beaucoup d’égards. Le maitre des lieux est un jeune cadre dont la seule et unique ambition consiste à traduire en actes concrets la vision du président de la République, M. Macky Sall. Ibra Ndiaye est le directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement de l’artisanat (APDA).


Rédigé par leral.net le Mercredi 19 Février 2014 à 12:38 | | 7 commentaire(s)|

Portrait Ibra Ndiaye : La trajectoire exceptionnelle d’un self made man
La rupture a ses prix : « les maîtres chanteurs et autres artisans qui ont toujours pris en otage les anciens DG de cette agence empêchant ainsi le secteur de sortir de l’ornière, ne sont pas les biens venus au siège de L APDA ». Ceci est l avis de Ibra Ndiaye qui vient de boucler un an à la tête de cet outil de promotion de l artisanat. Le secteur de l’artisanat sous l’impulsion du ministère de l’artisanat et de la formation professionnelle, Mamadou Talla avec son bras technique l’APDA, compte jouer un rôle de premier plan dans l’ambitieux programme de développement économique et social du Sénégal, décliné par M. Macky Sall, président de la République. Ibra Ndiaye a appris sa nomination à la tête de l’APDA dans la circulation après la diffusion du communiqué du conseil des ministres à travers un coup de fil.

Et ce jour la, la personne qui l’appela pour l’informer lui a demandé de passer le prendre pour la déposer chez lui. Mais son accoutrement relaxe, tee-shirt, culotte et sandale et sa sérénité ont surpris cet ami, qui s’attendait de voir Ibra Ndiaye dans une jovialité sans commune mesure avec une mise bien soignée. Preuve que l’homme prend tout avec philosophie et n’aime pas les excès. Sportif dans l’âme, Ibra Ndiaye ne fume pas et n’a jamais consommé de l’alcool.

Il a une personnalité complexe, plus difficile à cerner qu’il n’y paraît. En effet, autant il est à l’aise dans le social et le relationnel, autant il se protège et ne permet qu’à des personnes triées sur le volet d’entrer dans le secret de sa nature. Il a des qualités cérébrales qui lui permettent d’avoir des ambitions élevées. Ibra Ndiaye est une bête au travail. Il aspire à l’autonomie, a besoin d’évasion, de grands espaces, de contact avec la nature : en un mot d’indépendance.

C’est la liberté et le mouvement qui l’inspirent le plus. Il est généreux, disponible et a le sens de l’amitié vraie tout en refusant les relations superficielles. Il a le sens du contact et du conseil mais rares sont ceux qu’il considère comme ses amis même s’il a beaucoup de connaissances. Il lui est difficile de se livrer et c’est à son rythme qu’il fait tomber les barrières de la distance. Il a un certain humour avec ses proches, et dans un groupe, ne s’impose jamais avec force. Il le fait graduellement.

L’APDA a des projets innovants s’articulant autour des activités de financement. A cet égard l’agence a initié un mécanisme favorable à l’accès des artisanats à un financement adapté. Il s’agit du Fonds de garantie des projets artisanaux (FGPA) qui fournit du crédit à l’insertion des apprentis ainsi que des financements pour l’extension et la modernisation des entreprises artisanales. «Nous sommes fiers d’être au service d’un secteur important de notre économie», lance M. Ndiaye.

La formalisation des acteurs du secteur de l’artisanat passe nécessairement par la labellisation avec la mise en place des guichets uniques aux services artisanaux. A signaler que le Chef de l’Etat a prévu de mettre une enveloppe de 28 milliards de francs CFA pour relancer l’Artisanat, sur financement de la BAD, de la BIS, entre autres partenaires financiers. «Nous sommes fiers de constater que le Gouvernement s’est résolument engagé à faire de l’artisanat un secteur prioritaire après l’agriculture», rappelle Ibra Ndiaye.

Parmi les grands projets de l’Etat pour ce secteur, il y a la réalisation d’un grand centre d’exposition et de promotion des produits artisanaux à Diamniadio. Et c’est pourquoi, le Sénégal vient de s’engager résolument dans la voie de la labellisation des produits artisanaux. Le « MADE IN SENEGAL », sera bientôt un rêve-réalité, et ce pour permettre aux créateurs sénégalais d’exporter vers d’autres marchés internationaux.

Pour rappel, M. Ndiaye a été nommé à la tête d’une agence en faillite. L’IPM ne marchait plus, les cotisations de l’IPRES non versées depuis plusieurs mois. C’était le découvert dans tous les comptes bancaires de l’APDA. Le parc automobile vétuste et dysfonctionnel. Selon son assistante Mme Diallo, Ibra Ndiaye est un homme très entreprenant. Il a assuré le paiement des salaires pendant 4 mois, alors que l’agence n’avait pas un centime dans ses comptes.

« C’est un homme de parole qui respecte ses collaborateurs. Sa porte est ouverte à tous les agents de l’APDA. Ibra Ndiaye est un manageur épris de justice et d’équité. Il émarge comme tous les agents sur la liste pour prouver sa présence au bureau. Il arrive le 1er et rentre le dernier. Mieux, il travaille pendant toute une journée sans répit. Il est correct et ne se fatigue pas au travail. Dieu merci, il a de bons rapports avec tous les agents», rapporte son assistante.

Enfance mouvementée
Ibra Ndiaye est un battant, un entreprenant ayant l’esprit de lutte. Il a le sens des opportunités et du contact et peut rapidement devenir un homme de réseaux. Il a de nombreux projets et centres d’intérêt. Il a le sens des affaires, l’intuition qui va avec et une excellente capacité de spéculation. C’est ce qui facilite sa vision et sa capacité à voir toujours très loin en matière de stratégie et de planification. Toutefois, M. Ndiaye a eu une enfance mouvementée.

Il a perdu son père alors qu’il n’avait que 5 ans. Il vivait avec sa mère et le petit frère de son père. Ce dernier a bien occupé la place de son père biologique. Il l’entourait d’affection et l’encourageait et le soutenait dans ses études. Ibra Ndiaye ne peut pas parler de cet homme sans verser des larmes. «J’étais choyé par cet homme qui est parti avant ma «réussite». Dans ma vie, c’est le seul épisode que je ne peux pas raconter sans pleurer», dit-il. Et ce fut le cas. Ibra Ndiaye verse des larmes. L’émotion s’empare du bureau. L’entretien est suspendu pour quelques minutes. Il prend un verre d’eau. C’est émouvant.

Il se rappelle encore le joli boubou que lui a offert ce père adoptif après l’obtention du CEPE. Marié et père de trois garçons, le dernier porte le nom de Mandiaye Ndiaye, ce «père qu’il n’oubliera jamais». Ibra Ndiaye a fait son entrée en 6ème à Sinthiou Malem dans le département de Tamba. Il a fréquenté le collège Thierno Souleymane Agne et le Lycée Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda où il a obtenu, en 1998, le BAC D. Soit un an avant la réforme.

A l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, il s’est inscrit en Science physique. Après le DUES 2, il est allé dans l’enseignement comme professeur de math-physique à Yoff pendant 4 ans. Il reconnait avoir beaucoup appris dans l’enseignement où il s’est perfectionné au plan personnel. Toujours à la quête du savoir, M. Ndiaye a fait le concours de l’ASECNA. Auparavant, on lui a fait croire que seuls les fils des hauts cadres de cette institution peuvent réussir à ce prestigieux concours. Il est sorti 2ème lors de ce concours.

En plus, il s’est marié dans la même période avant la publication des résultats. Nouveau marié, il est confronté à une situation délicate : continuer sa lune de miel ou aller chercher le savoir au Cameroun. Il a pris son mal en patience pour partir à l’Ecole régionale de la sécurité incendie de Douala. De retour au Sénégal, il s’est inscrit au second cycle pour obtenir une licence en Transport logistique à ISCOM et puis en Master I (Management des projets ) , en Master II (management des compagnies aériennes) et Master II en ( management des aéroports ) . À l’ASECNA il était affecté à l’exploitation de la navigation aérienne.

Carrière politique
Dans les sentiments, M. Ndiaye a besoin de respect mutuel et d’autonomie. Il est attaché aux valeurs du mariage et de la famille. C’est aussi ce qui explique son sens de l’équité et son respect des règles sociales. Il est mobile d’esprit et a une grande facilité d’assimilation : il comprend les choses complexes grâce à son sens de l’analyse et du diagnostic. Il est structuré et méthodique. Il a l’esprit critique et sait prendre en compte les détails les plus infimes. Il est réfléchi, a une vive intelligence et une réelle curiosité intellectuelle. Sa bonne mémoire le soutient et en fait une personne cultivée, capable de se mouvoir dans des milieux aussi divers que variés. Ce self made man inspire le respect.

Concernant sa carrière politique, avant l’Alliance pour la République (parti présidentiel), il n’a connu que deux partis. Le 1er, il l’a partagé avec le président Macky Sall, c’est l’AJ/PADS. Il n’y est resté que 2 ans, 1998-2000. Il se rappelle avoir accompagné le président Abdoulaye Wade à la conquête du pouvoir, alors responsable des élèves et étudiants ressortissants AJ de Tambacounda. Quelques mois après l’alternance de 2000, il quitte son mentor d’alors, M. Landing Savané, ancien Secrétaire général d’AJ/ PADS.

En avril 2000, il a participé activement à la création du parti Niaxx Jarinu où il a occupé le poste de responsable des jeunes pendant 5 ans, alors étudiant. Toutefois en 2005, lorsque le Secrétaire général de ce parti, M. Oumar Khassimou Dia a voulu fusionné avec le Pds (parti au pouvoir), Ibra Ndiaye a suspendu ses activités au sein du parti ; Fusion qui se réalisera en 2006. A partir de cette date, il est devenu un acteur politique libre qui se prononce toujours sur les affaires de la cité à travers les médias. En même temps, il était en train d’observer, à la recherche d’un leader charismatique, courageux, ambitieux et surtout sérieux, et qui a des idées fécondes pour l’émergence du Sénégal, capable de porter le combat de la rupture.

En 2008, lorsque Macky Sall a démissionné de tous ses postes électifs pour devenir un citoyen simple comme il aime le rappeler lui-même, Ibra Ndiaye a pris contact avec lui bien avant la naissance de l’APR. «C’est pourquoi, je ne revendique pas mon titre de membre fondateur de l’APR car j’ai cru d’abord à l’homme Macky Sall avant le parti. Et je me suis battu avec mes propres moyens parce que convaincu que cet homme apportera la rupture attendue par nos compatriotes. Il m’a copté dans le directoire. Je me rappelle encore ces après midis en tant que commissaire politique qui a installé tous les comités de la commune d’arrondissement de Ouakam», se souvient-il.

Faut-il rappeler qu’à l’époque, M. Ndiaye avait une situation financière acceptable. Il faisait partie de ces rares jeunes qui venaient assister aux réunions des instances de l’APR avec son propre véhicule. Ce qui fait qu’il n’a jamais pensé avoir un parrain dans le parti en dehors de Macky Sall. D’ailleurs, ses proches le considèrent comme «Mackyste» plutôt qu’ «apériste». Il aime soutenir : « Ce qui me différencie des autres, c’est que je suis avec Macky s’il est la ; je suis la ; s’il n’est pas la je ne suis pas la ».

Dans l’opposition, Il a toujours été aux côtés de Macky Sall lors des différentes visites effectuées dans sa région.
Depuis sa nomination à la tête de l’APDA, les actions menées par Ibra Ndiaye au profit des populations de cette communauté rurale sont nombreuses : dotation d’équipements sportifs aux Asc, électrification du collège, remise de lot d’équipements informatiques au CEM et à la Case de santé, appuis aux femmes, aux notables, location d’un appartement pour les étudiants ressortissants de sa localité à Dakar etc. !

A quelques mois des locales, Ibra Ndiaye rêve d’une victoire éclatante de l’APR dans toutes les collectivités locales à Tambacounda. Il est sur le terrain tous les 15 jours et souhaite jouer un rôle décisif dans le conseil départemental avec l’Acte 3 de la décentralisation. Avec sa taille 1, 85, Ibra Ndiaye reste un meneur d’hommes !






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image