leral.net | S'informer en temps réel

Pour avoir acheté des billets d’avion fictifs: De nombreux « modou-modou » laissés en rade à l’aéroport de Dakar

L’escroquerie dite à la « nigériane » a déjà fait le tour du monde ! Seulement, elle finit là où commence l’escroquerie à la « sénégalaise », histoire de prouver que nos compatriotes excellent dans l’art de l’escroquerie et de l’arnaque. Hélas, les Sénégalais ont fini par exporter cet art de la tromperie en Europe au même titre que les « djembés ». Les nommés Ab. Guèye, Ib. Sall et M.O. Mbodj ne nous démentiront pas puisqu’ils ont tous été victimes d’un réseau international de vente de billets d’avion dont les coupons retours sont fictifs. Un réseau dont les racoleurs, vendeurs et rabatteurs s’activent sous couvert d’une agence dénommée « Belal Voyages » basée en Italie avec une succursale « ambulante » à Niary-Tally, ici à Dakar.


Rédigé par leral.net le Mercredi 12 Février 2014 à 14:56 | | 3 commentaire(s)|

Pour avoir acheté des billets d’avion fictifs: De nombreux « modou-modou » laissés en rade à l’aéroport de Dakar
Ce réseau à la mécanique bien huilée est doté de plusieurs arcs à la fois simples et machiavéliques. Et quiconque était à la place de ces victimes n’y aurait vu que du feu ! Du feu, Ib. Guèye et consorts l’ont vu à l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar lorsqu’on leur a notifié que le système informatique de la compagnie aérienne rejetait systématiquement leur coupon de retour pour l’Italie. Autrement dit, ce n’est qu’une fois à l’aéroport qu’ils se sont rendus compte de l’escroquerie dont ils ont été victimes. Et pourtant, ils ne ne s’en seraient jamais doutés du fait qu’ils sont venus à Dakar avec ce même document à bord de la compagnie Eurofly ou Meridiana Fly.

Tout a commencé en Italie, précisément dans la ville de Milan où les plaignants soutiennent avoir acheté leur billet d’avion chez un certain Lakhat Fall se disant voyagiste et propriétaire d’une agence dénommée « Belal-Voyages » basée en Italie. Munis de leurs billets aller/retour, ils ont pu embarquer sans problème dans le vol « Eurofly » à l’aéroport de Malpensa, en Italie, pour Dakar. C’est au retour, le 30 janvier 2014, que les choses se sont compliquées. Une fois à l’aéroport de Dakar et alors qu’ils s’apprêtaient à faire enregistrer leurs bagages, les opérateurs de la compagnie italienne Eurofly ou Méridiana Fly leur ont fait comprendre le rejet de leur coupon retour par le système informatique.

Pourquoi leurs noms ne figurent-ils pas sur la liste alors qu’ils n’ont jamais utilisé leur billet retour ? C’est la question que se sont posée les nombreux passagers laissés en rade parmi lesquels la plupart ont acheté leur billet d’avion chez « Belal Voyages » dont ils ne connaissent même pas les locaux. « En effet, en Italie comme partout en Europe, les « modou-modous » ne se rendent presque jamais dans les agences de voyage à cause des longues distances. C’est à travers des connaissances ou des courtiers que l’on achète des billets d’avion et fait des réservations par téléphone ou Internet. Et la remise de l’argent se fait en général par le système des transferts électroniques… » nous explique l’une des victimes, histoire de se justifier.

En tout cas, ils se sont tous rendus compte que leur billet retour n’était que du toc ! A preuve, tous les membres du réseau aussi bien ceux qui sont établis à Niary Tally qu’à Milan, sont restés injoignables. Ce qui est également déplorable dans cette mésaventure, c’est que trois parmi ces passagers-victimes ont perdu leur emploi pour n’avoir pas quitté Dakar à temps après y avoir passé leurs congés de fin d’année.

En poussant nos investigations, « Le Témoin » a eu le privilège de joindre le chef d’escale de la compagnie Eurofly à Dakar, M. Sébastien. Face aux difficultés auxquelles sont confrontés les clients de « Belal-Voyages », M. Sébastien tient d’abord à déplorer cette situation malheureuse avant de confirmer que les passagers en question sont bel et bien victimes de billets fictifs. « Si vous regardez bien ces coupons retours incriminés, vous constaterez, vous-mêmes, qu’il n’y a pas de code ! Or, c’est le code qui nous permet d’identifier le passager. Le billet n'est valable que s'il est utilisé intégralement et dans l'ordre séquentiel des coupons de vol par le biais d’un code » nous explique le chef d’escale de Eurofly à Dakar avant de lâcher : « Dommage ! Ils se sont fait avoir ! C’est leur faute parce qu’on leur a toujours conseillé d’aller acheter leur billet d’avion chez les agences de voyages dites « Sénégambie ».

Ces agences « Sénégambie » sont agrées par Eurofly ou Médiana Fly et implantées dans beaucoup de villes italiennes. Mais les passagers sénégalais sont têtus ! Finalement, ils se sont fait avoir… » se désole M. Sébastien. Lui aussi regrette cette situation « parce que beaucoup de passagers ont perdu leur boulot, faute d’avoir embarqué à temps pour rejoindre leur lieu de travail en Italie. C’est regrettable ! » dit le chef d’escale de Eurofly avec amertume.

Nous sommes convaincus que l’intraitable procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, va s’autosaisir de cette affaire pour faire ouvrir une enquête visant à démanteler ce réseau international de trafic de billets d’avion fictifs.

Pape NDIAYE

ARTICLE PARU DANS « LE TEMOIN » N°1152 - HEBDOMADAIRE SENEGALAIS / FEVRIER 2014








Hebergeur d'image



Hebergeur d'image