Leral.net | S'informer en temps réel



Pour avoir adressé une lettre au Hcr, quatre jeunes menacés de mort en Gambie

le 1 Juin 2013 à 09:41 | Lu 782 fois

C’est dur d’être un refugié en Gambie. Les quatre jeunes qui se sont confiés au quotidien L’As ne le démentiront pas. Ils ont révélé à nos confrères les tracasseries que le régime de Yaya Jammeh les a fait subir avant de tout simplement les déporter.


Pour avoir adressé une lettre au Hcr, quatre jeunes menacés de mort en Gambie
Les jeunes hommes, deux ivoiriens, un Libérien, un Togolais et un Sénégalais de Casamance, ont commis le crime d’avoir adressé une lettre au Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, basé à Genève et à sa représentation à Dakar, pour se plaindre de leur situation au pays du Président Jammeh. Les autorités gambiennes leur ont retiré leur statut de réfugiés. Elles les ont jetés en prison sans ménagement pendant 6 mois.

Pour rappel, ils étaient à Banjul depuis plusieurs années avec un statut de réfugiés politiques. Les autorités, qui considèrent leur geste comme une mauvaise publicité, ont décidé de sévir contre eux. A Dakar, ils disent passer actuellement la nuit à la belle étoile avec leurs familles, à quelques mètres de la mosquée de Sacré-Cœur.

Le bureau dakarois du Hcr a expliqué, selon nos confrères, dans une lettre que les deux ivoiriens, le Sénégalais et le Togolais peuvent retourner en Gambie en tant que citoyens de la Cedeao. Quant au Libérien, son nom a été effacé de la base des données du Haut-commissariat des Nations Unies pour le réfugié. Actuellement, avec leurs familles, ils croupissent dans la misère et n’ont même pas de quoi se mettre sous la dent. Le hic c’est qu’ils ne veulent pas retourner en Gambie