leral.net | S'informer en temps réel

Pour avoir livré cette fausse information sur Bougane Guèye Daniel : Actusen.com présente ses plates excuses à l’intéressé, sa famille, aux internautes, à toute la presse

Le 28 novembre 2014, Actusen.com publiait, dans sa rubrique « People », un article intitulé, ce patron de presse épouse une troisième femme et fracasse le bras de sa deuxième. Et ce, après s’être récemment tapé une troisième femme, fraîchement revenue des Etats-Unis avec un mignon nouveau-né, et qui travaillait dans un média de service public.


Rédigé par leral.net le Dimanche 28 Décembre 2014 à 19:57 | | 2 commentaire(s)|

Pour avoir livré cette fausse information sur Bougane Guèye Daniel : Actusen.com présente ses plates excuses à l’intéressé, sa famille, aux internautes, à toute la presse
A cet effet, nous avions donné des initiales qui ont amené, deux semaines plus tard, Bougane Guèye Daniel, patron de D Média, à nous servir une citation directe. Dans la mesure où les initiales renvoient à des personnes de sa belle-famille.

Faisant de la livraison d’informations justes et vraies notre principale tasse de thé, nous avons été, naturellement, très embarrassé par la cascade de démentis dans divers médias de la place et qui portent les empreintes dudit patron de presse.

Durant les premiers jours, barricadé dans nos certitudes, nous avions continué de croire à la fiabilité de nos sources. Et nous mettions même à rire sous cape, quand les démentis pleuvaient.

Mais plus les jours avancent, plus nous étions envahi par d’intenses moments de doute. Et ce, bien avant même la citation directe que nous a été servie Bougane Guèye Daniel, le 12 décembre 2014.

On a été maladivement abusé par cette source “A”, mais ça ne nous dédouane pas de notre faute

Pour en avoir le cœur net, nous n’avons cessé d’entrer en contact avec nos sources à la base de l’information que nous avons livrée, en les questionnant à n’en plus finir sur la véracité de celle-ci.

Mais un mois plus tard, jour pour jour, la vérité est plus prosaïque ! Car nous nous sommes, finalement, rendu-compte que nous avons été maladivement abusé par ces mêmes sources.

Notamment par l’une d’elles qui, depuis plusieurs années, n’a jamais pourtant filé la moindre fausse information à l’auteur de l’article incriminé.

Cela ne dédouane pas, pour autant, Actusen.com de la légèreté dont il a fait montre dans le traitement de cette information.

C’est pourquoi Actusen.com tient, d’abord, à présenter, ses plus plates excuses au patron de presse en question, à sa seconde épouse faussement créditée d’une fracture, ainsi qu’à sa belle-famille.

Nous présentons ces excuses, au nom de Dieu, Maître des jours et des nuits. Pour avoir relayé, de bonne foi, une information qui, en réalité, n’en était pas une. Mais plutôt une simple rumeur ; donc, non-fondée.

Pourquoi nous ne saurions jamais leur en tenir rigueur, si Bougane et Cie refusaient d’accepter les excuses de votre site

Toutefois, nous ne saurions jamais leur en tenir rigueur, si toutes les personnes citées dans le corps de l’article refusaient d’accepter nos excuses.

Car le tort que nous leur avons causé est inestimable. Et Actusen.com s’est montré assez léger, pour une fois, en termes de recoupement.

Ainsi, nous restons convaincus que nous devrons payer pour la faute professionnelle commise et pour l’immensité des dommages collatéraux causés au patron de presse, à son épouse, ainsi qu’à sa belle-famille, auxquels nous avons fait allusion dans l’article incriminé.

C’est tout le sens, d’ailleurs, à donner au procès qui oppose Actusen.com au patron de presse en question.

Pour une faute aussi lourde, Actusen.com doit payer

Ensuite, les mêmes excuses vont à l’endroit de toute la presse en ligne, objet très souvent de toutes sortes de procès.

Nous tenons d’autant plus à solliciter le pardon de toute la toile sénégalaise, qu’Actusen.com fait partie de ceux qui croient dur comme fer que l’exercice du journalisme en ligne doit être assaini et certaines pratiques bannies. Afin que celui-ci retrouve toutes ses lettres de noblesse.

A tous ces doyens de la presse, ces confrères de la toile en ligne et internautes, nous implorons le pardon

Nous présentons également nos plates excuses à l’endroit de toutes celles et tous ceux qui, depuis on ne sait pas encore combien de temps, ne cessent de déployer toutes sortes d’efforts pour faire adopter le nouveau Code de la presse.

Nous leur devons les excuses les plus sincères que ce sont souvent certains manquements comme celui dont Actusen.com vient de faire preuve, qui sont de nature à conforter certains députés à s’enfoncer davantage dans leur résistance-tout-terrain, quand il s’agit d’adopter le nouveau Code de la presse.

Enfin, nous nous inclinons devant tous les internautes d’ici et d’ailleurs, pour leur avoir livré, de bonne foi, une fausse information. Actusen.com leur a habitué à tout sauf à ce genre de manquement ô combien impardonnable.

Certes, c’est une tautologie de dire que de simples excuses ne sauraient réparer le tort inestimable fait à tout ce beau monde. Mais nous ne désespérons pas de compter sur la clémence des uns et des autres pour aider Actusen.com à se racheter.

C’est la première forfaiture de Actusen.com, depuis son avènement sur la toile

En effet, l’acte que votre site a posé à beau être lourd, mais celui-ci a, d’une part, comme marque de fabrique, la livraison d’informations justes et vraies, et souvent, la livraison d’infos de première main.

D’autre part, c’est la première fois, depuis son avènement sur la toile, qu’Actusen.com soit coupable d’une pareille forfaiture. Votre site n’a jamais livré une information susceptible d’être démentie. Jamais !

Encore une fois, la confiance aveugle faite à une source «A» du fait de sa fiabilité d’antan pour paraphraser les «flics», ainsi qu’à des personnes proches du couple, malheureusement nourries au simple lait de la rumeur nous ont conduit à commettre une faute professionnelle aussi lourde.

Ces plates excuses faites, peut-être que certains esprits tordus pourraient être amenés à penser que notre mea culpa est dicté par le procès en vue. Erreur ! Il n’en est absolument rien. Elles sont plutôt faites au nom de la vérité. Et rien que la vérité.

A cela, s’ajoute le fait que, composée de journalistes professionnels, avec à la clé un Directeur de Publication issu du Centre d’Etudes des Sciences et Techniques de l’Information (CESTI) et qui, depuis plus d’une décennie, n’a jamais été pris en faute dans les médias respectifs où il est respectivement passé, la Rédaction de Actusen.com n’éprouve aucune gêne à solliciter la clémence des internautes.

Encore une fois, mille excuses à toutes celles et à tous ceux qui ont lu nos écrits, notamment à Bougane Guèye Daniel, à tous ses proches.

Daouda Thiam, Administrateur et Directeur de Publication de Actusen.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image