leral.net | S'informer en temps réel

Pour éviter un “wax waxet” de Macky sur la durée de son mandat : Aïda Mbodj propose le couplage des Locales et d’un référendum

La proposition ne manque pas non seulement de pertinence, mais aussi elle est de nature à mettre définitivement un terme à la controvser autour de la durée du mandat du Président de la République.


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Mai 2014 à 09:00 | | 0 commentaire(s)|

En effet, invitée de l’émission “Pile ou Face” sur la 2S, animée avec tact par notre confrère Papa Alé Niang, la députée-mairesse de Bambey Aida Mbodj a invité Macky Sall à coupler les élections locales du 29 juin avec un referendum pour éviter un wax waxeet par rapport à la réduction de son mandat de 7 à 5 ans. D’autant que cela ne coûterait rien au contribuable sénégalais».

Et si Macky ne le fait pas, la présidente de la Commission “Communication et Culture” à l’Assemblée nationale considère qu’en cas de perte des Locales, « sa majorité mécanique va lui servir de bouclier pour faire 7 ans ».

De ce fait, dit la présidente du Mouvement “And Saxal Liguey” de dire : “les députés de la mouvance présidentielle, qui lui sont favorable, peuvent s’opposer à la réduction de son mandat en faisant un « simulacre de vote à l’Assemblée nationale pour maintenir le mandat du président à 7ans”.

Dans tous les cas, pour empêcher un “wax waxet” (se dédire ) de Macky Sall, Aïda Mbodj a lancé un appel pressant au Mouvement “Y en a marre” et au Mouvement des forces vives de la Nation du 23 juin (M23) pour qu’ils pèsent de tout leur poids, afin d’arriver à ce cumul des locales et du referendum.

Se prononçant sur la crise dans nos Universités, l’édile de Bambey n’a pas manqué le ministre de l’Enseignement supérieur, Mari TeuwNiane. Elle a montré toute sa déception à la suite de la sortie du ministre. Pour elle, « c’est décevant d’entendre le ministre faire une sa déclaration alors qu’il était au cœur du régime de Wade en tant que recteur de l’Ugb ». Dans le même ordre d’idée, elle a fustigé les reformes de l’Enseignement supérieur qui constituent pour elle un paradoxe.

Selon elle toujours, le ministre, qui connaissait bien la place que le président Wade avait donnée à l’enseignement devrait surseoir à ses fameuses reformes. Et cela, d’après elle, « à cause du paradoxe dans les reformes du fait qu’elles augmentent les frais inscriptions et la diminution du montant des bourses”. Aussi, a-t-elle exigé que l’Etat arrête la violence sur les étudiants et œuvre pour la « création de condition propice pour l’enseignement ».

Actusen.com






Hebergeur d'image