leral.net | S'informer en temps réel

Pour interdire la politique aux fonctionnaires – Moustapha Diakhaté propose une révision de la loi


Rédigé par leral.net le Dimanche 15 Mai 2016 à 14:41 | | 28 commentaire(s)|

Pour interdire la politique aux fonctionnaires – Moustapha Diakhaté propose une révision de la loi
Moustapha Diakhaté ne digère toujours pas les déclarations de l’Inspecteur des Impôts Ousmane Sonko qui dénonçait l’absence de patriotisme fiscal dans notre pays et, surtout, le non reversement par l’Assemblée nationale des impôts défalqués du salaire des députés. Furieux, Moustapha Diakhaté avait fustigé dans une déclaration sur sa page facebook la déloyauté de M. Sonko qu’il appelait à démissionner tout en demandant à l’Etat de le virer ou de prendre des sanctions exemplaires contre lui.

Manifestement toujours courroucé, le président du groupe parlementaire de la majorité revient à la charge en proposant une révision de la loi portant statut des fonctionnaires, afin que ceux-ci n’interviennent plus publiquement sur les questions politiques. Voici ses arguments.

«Pour une République irréprochable : préservons la neutralité de la haute fonction publique.
Aux fins de prévenir et punir les inacceptables manquements à la rectitude déontologique par de hauts fonctionnaires, il urge de modifier la loi 61-33 du 15 juin 1961 relative au statut général des fonctionnaires. Pour l’observation stricte des obligations de discrétion professionnelle, de réserves, de neutralité, il faut désormais interdire aux hauts fonctionnaires de s’impliquer dans les activités politiques conformément à la Charte de bonne Gouvernance démocratique des Assises nationales. Il s’agi de sanctuariser la neutralité de la fonction publique qui constitue l’un des piliers de la République, au service de la continuité de l’action publique et du renforcement de la cohésion nationale.
Dans cet ordre d’idée, tout haut fonctionnaire, pour militer dans un parti politique doit alors donner sa démission ou être démis de la fonction publique pour toujours, et donc ne jamais y retourner».






Hebergeur d'image