leral.net | S'informer en temps réel

Pour l’abolition de l’esclavage moderne des travailleuses domestiques au Sénégal (Par Abdou Tall)

Au Sénégal nous aimons pointer du doigt la Mauritanie où, malgré l’abolition officielle de l’esclavage, les haratines continue de subir le tâcheronnat, terme politiquement correct pour désigner leur servitude. Mais si on regarde chez nous, dans nos maisons, on se rend vite compte que le traitement réservé à nos Mbindaan, s’apparente à une forme d’esclavage moderne qu’il urge d’abolir.


Rédigé par leral.net le Jeudi 30 Mai 2013 à 22:00 | | 4 commentaire(s)|

Pour l’abolition de l’esclavage moderne des travailleuses domestiques au Sénégal (Par Abdou Tall)
Le faux choc de l’affaire des Mbindaan de Mame Fatim Guèye, ambassadrice déléguée du Sénégal auprès de l’Unesco

La supposée affaire d’esclavage moderne concernant Mme Mame Fatim Guèye, fille de Mme Aminata Tall (Présidente du Conseil Economique, social et environnement du Sénégal) et ambassadrice déléguée du Sénégal auprès de l’Unesco, appelle à plaider la cause de nos sœurs sénégalaises qui travaillent en tant que Mbindaan (Bonne : employée domestique bonne à tout faire). Si les faits reprochés à Mame Fatim Guèye sont avérés (ce qui mériterait des sanctions en France comme au Sénégal), les sénégalais ne devraient pourtant pas s’alarmer de leur gravité. Tous les jours, dans nos villes, nous voyons des pires traitements infligés à des femmes domestiques mal payées et mal aimées. Elles sont quotidiennement chargées comme des mules par des employeurs profiteurs, traitées comme des esclaves par les plus impétueux. Leur supplice n’alarme personne.

Au Rond-point Liberté 6 à Dakar, du côté gauche des deux voies qui mènent à la Vdn, elles sont recrutées en plein jour, à deux mètres des excréments laissés par les chevaux parqués derrière la station d’essence, au vu et au su de tous, sans aucune formalité garantissant leurs droits, ni leur sécurité. Quant on passe devant elles, on peut lire dans leurs yeux la tristesse et l’angoisse qui hantent leur attente.

Comme disait Montesquieu, « C’est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. Il va jusqu’à ce qu’il trouve des limites » (De l’Esprit des Lois). Pour un juste équilibre, il faut que le pouvoir arrête le pouvoir. Cela est vrai pour le respect des citoyens dans une démocratie ; c’est aussi vrai pour le respect des travailleuses domestiques par leurs employeurs. Il faut donc que l’Etat encadre et contrôle le pouvoir des employeurs sur leurs domestiques. Il ne s’agit pas de remettre en cause la flexibilité contractuelle qui caractérise ce domaine. On ne saurait appréhender ces rapports de travail avec les dispositions classiques du code du travail. Il s’agit de poser des règles minima à respecter et des bornes à ne pas franchir, pour préserver la dignité de ces sœurs qui ont fui la dèche dans leurs villages pour trouver en ville des moyens de survie. Encore que, une partie d’entre elles, est bien citadine.

Une servitude à peine voilée

Les Bonnes au Sénégal sont souvent victimes de maltraitance et de mépris. Quant elles débarquent de leurs villages, on les regarde comme des pestiférées. Quand on les recrute comme domestiques, elles sont souvent mal nourries et mal logées. Quand on les fréquente dans le quartier, on les considère comme des has been. Quant on veut se débarrasser d’elles, on les accuse à tort de tous les torts.

Parmi elles, certaines sont moins bien traitées que les esclaves domestiques issues de la traite négrière en Amérique. Celles-là, on les nourrissait, on les habillait, et on leur donnait le temps de se reposer. Il existe des similitudes entre les clichés dont souffraient celles-là il a y trois siècles, et ceux dont souffrent celles-ci au 21ème siècle : Quand la Bonne est trop noire, c’est parce qu’elle est salle ; quand la Bonne est trop belle, elle détournera le mari de la maîtresse ; quand la Bonne est trop « bonne », on peut abuser sexuellement d’elle ; quand la Bonne est violée par le maître de la maison, c’est elle qui l’a provoqué ; quand la Bonne est bien payée, elle aspirera à la liberté ; quand la Bonne est enceinte, elle devient improductive et il faut immédiatement la licencier ; quand un bijou de la maîtresse disparaît, c’est la Bonne qui l’a volé ; quand la Bonne s’habille d’elle-même, c’est la ringardise personnifiée ; quand la Bonne exige son salaire, elle fait de la rébellion. Au final, à part bonne à tout faire, la Bonne est tout sauf bonne.

Dans nos foyers sénégalais, cela ne choque pratiquement personne que la Bonne soit tenue d’accepter les surplus de travail sans surplus de salaire ; que la maîtresse de maison puisse diminuer arbitrairement son salaire ; qu’elle n’ait pas de pause de travail, qu’elle n’ait pas le droit de tomber malade et qu’elle doive, si ça lui arrive, venir quand même travailler au risque d’’être licenciée et remplacée le jour même sans aucun avertissement ; qu’elle puisse être remerciée parce qu’elle aura fait une sieste en même temps que le reste de la famille. On entend souvent dire : « ana mbindaan ak sieste ? ki fouyy na dé ! » (Pour dire qu’une Bonne qui fait une sieste est effrontée)

La Bonne est la bonne à tout et la Bonne pour tous. Chaque membre de la famille, même les bambins, peut lui donner des ordres. Et ces ordres sont parfois contradictoires. Elle devient alors le souffre-douleur de la famille et le bouc-émissaire de leurs crises d’humeur. Certains couples, respectables vus de l’extérieur, n’ont aucun scrupule à demander à leur Bonne de laver leur linge intime : le caleçon de monsieur ou la culotte de madame. C’est dégradant !

Il arrive souvent que la Bonne retourne au village, non pas avec le pactole rêvé en venant travailler en ville, mais avec un bébé issu d’une grossesse non désirée. Soit parce qu’elle a été victime d’un viol domestique ou victime d’un maître Tartufte qui a profité de sa naïveté, soit elle a succombé à la tentation de l’argent facile pour améliorer son sort et celui des siens. Parfois ce bébé n’arrivera jamais au village, parce que la Bonne aura avorté ou jeté le nouveau-né dans une benne à poubelle, pour éviter de perdre son boulot ou de subir le déshonneur qui l’attend au village. Et quand cela arrive, la population sénégalaise, avide de faits divers et adepte du voyeurisme, va crier au scandale et à l’infamie. Alors qu’elle est la complice indirecte de cet acte abominable.

Avec leurs modiques salaires, les Bonnes sont obligées de vivre dans des taudis insalubres et précaires que des dakarois nomment ironiquement des Senzala, en référence aux hangars réservés au logement collectif des esclaves qui travaillaient dans les fabriques et plantations de canne à sucre au Brésil. Là aussi, elles sont condamnées au pilori, par des marchands de sommeil qui leur louent au prix fort des immeubles en chantier ou des baraquements pourris, infestés de rats et autres bestioles. Pour manger le soir, elles sont souvent obligées d’attendre les restes données par les familles d’à côté.

Pour payer le loyer avec leurs maigres revenus, elles sont obligées de se mettre à plusieurs dans une chambre, avec les méfaits de l’insalubrité et de la promiscuité. Le paradoxe est que ce sont ces mêmes dakarois qui les incitent à la débauche, en leur proposant d’arrondir leurs fins de mois avec des relations sexuelles tarifées. Dans certains quartiers de Medina, Grand Dakar, Khar Yalla, Grand Yoff, Rebeuss, Thiaroye, ou Yeumbeul, ce n’est plus un tabou.
Une particularité sénégalaise qui requiert une solution sénégalaise.

Si la question des Mbindaan demeure entière, ce n’est pas par manque de cadre légal relatif au travail domestique. Nous avons un code du travail qui fait partie des meilleurs dans la sous-région. Qui plus est, le Sénégal est membre de l’Organisation internationale du travail depuis son accession à l’indépendance, et a ratifié plusieurs conventions internationales garantissant les droits des travailleurs.

C’est plus l’application que l’existence de la loi qui fait défaut. Parfois ces textes internationaux ne sont pas adaptés à nos réalités sociétales. Nous devons avoir le courage de ne pas les ratifier si tél est le cas, ou du moins, d’émettre des réserves sur les matières et les champs régis par ces accords. Il en est ainsi de la Convention n° 189 et la Recommandation n° 201 sur le travail décent pour les travailleuses et travailleurs domestiques, adoptées le 16 juin 2011 à la Conférence internationale du Travail de l’OIT.

Pour ratifier ces textes le Sénégal peut, et doit émettre des réserves concernant nos Mbindaan. Nous pouvons les exclure partiellement du champ de ces accords internationaux et poser des règles locales plus adaptées à leur situation. Par exemple, l’abolition effective du travail domestique des jeunes filles (les Djankh) sera difficile à mettre en œuvre dans notre pays. Souvent confiées à des familles par des parents qui n’ont pas les moyens de les entretenir, il serait inadapté d’assimiler leur travail aux contrats de la vie économique régis par le code du travail. Ces jeunes filles sont bien souvent accueillies dans des familles de proches, contrairement à ce que veux ces textes internationaux.

Pour améliorer le sort de nos Mbindaan les pistes suivantes sont envisageables :
- Il faut éviter de suivre les recommandations de certains syndicats qui souhaitent que le travail domestique soit soumis entièrement aux dispositions du code du travail, au même titre que tout autre contrat de travail. Une telle démarche pourrait être contre-productive. Les familles sénégalaises qui emploient des bonnes, dans leur grande majorité, n’ont pas les moyens de leur payer une sécurité sociale, une couverture maladie, une caisse de retraite, des congés payés, des congés maternité, etc., comme dans les pays développés.

Imposer de telles charges reviendrait à mettre fin à l’essentiel des contrats de travail domestique. Seuls les expatriés avec un bon pouvoir d’achat pourraient alors s’offrir ce luxe. La réglementation sénégalaise sur les bonnes, désuète parce que quasiment jamais appliquée, doit être dépoussiérée. Il faut un nouveau cadre simplifié, tenant compte de l’équité et de l’équilibre entre les intérêts des bonnes et les revenus des ménages sénégalais.

- La situation de dépendance économique et de subordination à domicile devrait être systématiquement considérée comme une circonstance aggravante, lorsque la bonne est victime de coups et blessures, d’harcèlement sexuel ou de viol commis sur sa personne par ses employeurs.

- Il serait bien de mettre en place dans chaque municipalité un comité de veille et de médiation composé d’élus locaux. Ce comité devrait être doté de la personnalité juridique et pouvoir ester en justice pour défendre les bonnes qui renoncent à le faire , faute de moyens et de connaissance de leurs droits.

- Il faut mettre un terme aux points de recrutement anarchique, tel que celui du Rond-point Liberté 6. A la place on pourrait créer des missions locales de conseil et de recrutement, sous la houlette des comités de veille et de médiation. La création d’agences privées de recrutement, sous contrôle de l’Etat, peut aussi être encouragée.

- il faudra proposer des contrats-cadres, disponibles dans les mairies. Ces contrats doivent mentionner les principales charges de la Bonne et la rémunération qui lui est due pour ces tâches ; le nombre maximal d’heures de travail journalier et hebdomadaire de la Bonne ; l’obligation par l’employeur de lui accorder un jour de repos hebdomadaire et des jours de congés non payés lors des grandes fêtes comme la Korité, la Tabaski, Pâques et Noël ; l’obligation de dresser un préavis de licenciement d’un mois, etc.

- L’Etat devrait mettre en place un fonds d’aide médicale pour les travailleuses domestiques. Elles remplissent une fonction sociale et économique pour notre pays et, à ce titre, méritent un traitement particulier. Sans elles, beaucoup de ménages sénégalais ne pourraient pas satisfaire convenablement à leurs besoins quotidiens.

Aliou TALL
Président du RADUCC (Réseau Africain de Défense des Usagers, des Consommateurs et du Citoyen)
Paris - Dakar.
Email : raducc@hotmail.fr



1.Posté par Wa lakhad karamna bani adama le 30/05/2013 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo et merci. Tout ce qui défend la dignité humaine est pour l'Islam un acte de foi.

2.Posté par COUCOU le 31/05/2013 01:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mc Tall dagua doff wala

3.Posté par suitchirtly le 31/05/2013 02:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

yaw je crois que tu veux une base politiq ou des filles a sauter mais pas sur notre dos, les bonnes bouffent com 2 sont logees et n achetent mm pas du savon el ont 40 mill et autres et puis kan encore .. en plus el sont tout sauf bonnes, mauvaises et aigries pffff revois ta copie et tu peux tjrs rever

4.Posté par Dom le 02/06/2013 17:50 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suitchirtly et Coucou vs venez d rater la meilleure occasion d votr vie pr la fermer. L''intensité du texte de M. Tall est trop forte pr vos petites cervelles remplies de thieb.si votr soeur était mbindaan esk vs parleriez ainsi? Félicition professeur

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image