leral.net | S'informer en temps réel

Pour mettre Ko Me Wade, Macky agite le "scandale expresso"

A la guerre comme à la guerre, tous les coups sont permis, et le duel se passe au sommet. A la suite de la contre offensive de Me Abdoulaye Wade pour obtenir la main levée sur les biens saisis par la justice et supposés appartenir à Karim, le camp du président de la République réplique en agitant le ‘scandale expresso’.


Rédigé par leral.net le Mercredi 30 Mars 2016 à 10:56 | | 146 commentaire(s)|

L’ancien chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, et l’actuel occupant du palais de la République, Macky Sall, se livrent, depuis quelques années, à une bataille de gladiateur où tous les coups sont permis. En effet, hier nous informions que l’ancien Président n’a toujours pas baissé les bras. Lui, qui accuse l’Etat d’avoir spolié ses biens, annonçait l’ouverture d’une procédure judiciaire dans tous les pays où l’Etat avait fait geler les biens attribués à Karim Wade. Mais comme si le régime en place voulait l’achever, il agite un autre ‘scandale’ en riposte. En effet, le journal Libération, cité par buzz.sn, informe que l’Etat est en train de dépoussiérer un dossier portant sur une créance de 8 milliards de FCfa accordée par l’Agence de régulation des Télécommunications et des postes (Artp) à l’opérateur de téléphonie Expresso. Ce dossier impliquerait directement Me Abdoulaye Wade qui aurait demandé l’abandon de la procédure. Selon le journal, le chef de l’Etat, Macky Sall, a transmis au ministre de la Justice et Garde des Sceaux le rapport de la Cour des comptes relatif à la gestion de l’Artp. Dans le dit rapport figure une délibération du 9 janvier 2012 dans lequel le collège des délégués de l’Artp a autorisé l’abandon par l’organe de créance sur Expresso Sénégal concernant les factures de 2009, 2010 et 2011 relatives aux redevances de faisceaux hertziens (Fh) arrêtées à 8 milliards 12 millions et l’exonération du paiement des redevances de Fh dues au titre des années 2012 et 2013. Selon toujours le journal, Wade serait derrière cette faveur car une lettre de l’ancien ministre de la Communication et des Télécommunications, Moustapha Guirassy, en atteste. Cette nouvelle affaire risque d’être à nouveau une épine dans le pied de Wade qui peine déjà à supporter l’emprisonnement et la saisie des biens de son fils.







Hebergeur d'image