leral.net | S'informer en temps réel

Pour un Sénégal réconcilié avec lui-même - Par Pape Alioune Guéye

Comment relever tous les défis qui s’imposent à nous ? Nous vivons dans un pays riche en culture et en potentiel économique, basé sur notre population, qui ne demande qu’un rétablissement de notre Nation. Le monde entier bouge malgré la crise, mais notre pays peine à résoudre le rudiment d’une vie moderne.


Rédigé par leral.net le Vendredi 20 Février 2015 à 13:11 | | 0 commentaire(s)|

Pour un Sénégal réconcilié avec lui-même - Par Pape Alioune Guéye
N’est-’il pas malheureux de constater que la plupart de nos compatriotes souffre d’un manque d’eau, d’électricité, d’infrastructures routières adéquates, de puits d’eau et d’irrigation pour une réelle agriculture locale, de postes de santé équipés et accessibles à tous… ?

D’un développement durable de notre terre considérée comme suffisamment fertile pour nourrir notre population ? Bref, de simples besoins fondamentaux pour une vie que l’on pourrait qualifier de juste et acceptable : d’une organisation pragmatique pour la formation et l’accès au travail de nos jeunes, qui constituent l’avenir de notre Nation.

Mais là aussi, nous assistons à un échec patent d’une politique de l’emploi des jeunes, loin des 500.000 emplois promis par le candidat Macky Sall devenu, aujourd’hui, Président de la République. On serait même tenté de donner raison à ceux qui disent qu’il faut être de la dynastie Faye-Sall, un parent ou un ami du couple présidentiel pour être nommé ou promu à un poste de responsabilité, la compétence ou l’engagement militant n’étant plus suffisants.

Quel que soit le régime élu, les vieilles querelles individuelles polluent une gestion saine et pragmatique de notre pays.

Nous avons la conviction que toute la population se sent mobilisée par le combat politique, mais, malheureusement, se fragmente, sans pouvoir se réunir pour le bien commun.

Le Sénégal compte plus de 200 formations politiques. Une situation qui ne fait que renforcer les querelles et compromis de la caste dirigeante, qui s’enrichit le temps d’une élection.

Qu’en est-il de l’affaire Arcelor Mittal et Petro-Tim ? En tout cas, on aurait souhaité que le Gouvernement éclaircisse davantage la lanterne des Sénégalais en publiant même les contrats signés entre l’Etat et ces deux enseignes. Imaginez-vous la honte que nous éprouvons en voyant ces deux affaires être la Une de la plupart des journaux nationaux et internationaux ? Oui ! Nous éprouvons de la honte. Et d’autres, notamment nos dirigeants, devraient rougir de honte pour avoir été incapables de convaincre l’opinion.

Devons- nous accepter cet état de fait, ces scandales que nous vivons régime après régime ? Nous disons non frères et
sœurs car nous partageons tous le rêve d’un Sénégal prospère, généreux, accueillant vis-à-vis de toutes populations, toutes confessions et cultures confondues. Nous avons tant à offrir et à construire.

Devons nous courber l’échine devant ces puissances qui nous spolient ? Pourtant elles, comme nous, seraient bien plus riches en nous traitant en vrais alliés…Mais osons d’abord balayer devant notre porte.

Le pragmatisme et la transparence nous permettraient d’obtenir une vraie gouvernance, qui nous renforcerait vis-à-vis des puissances économiques étrangères et nous donnerait une confiance totale envers nos gouvernants.

L’implication totale de la population pour créer un mouvement en dehors de toute considération politico-politicienne pour le bien être du peuple, la concrétisation pratique d’un renouveau et de l’essor économique de notre pays sur base de ses ressources naturelles et ses forces vives, l’amélioration de nos structures sanitaires, une agriculture moderne, une gouvernance vertueuse et transparente, le renforcement de l’éducation de nos enfants, ainsi que la qualité de l’enseignement supérieur, condition sine qua non d’un avenir prometteur; voilà le pays que nous voulons céder aux générations futures. Idéal pour lequel nous restons résolument attachés et à la réalisation duquel on se battra. Sans armes. Avec la plus grande détermination.

Le monde est en pleine mutation, se métamorphose dans tous les sens, se cherche, mais le Sénégal dort. Nous sommes de ceux qui sont prêts à consacrer toute l’énergie nécessaire pour mieux construire notre Nation, mais surtout rassembler. Nous pensons, actuellement, que le dialogue est plus que nécessaire entre le gouvernement et ses alliés de «Benno Bokk Yaakaar», l’Opposition, les syndicats et même les chefs religieux et coutumiers.

Nous tenons à nous engager pour cela en profond respect de la démocratie interne. Mais nous ne pouvons pas agir sans le soutien des tenants du pouvoir. Si rien n’est fait le Président Macky Sall risque d’avoir une mauvaise surprise avant 2017. Ce qu’on ne souhaite guère !

Pape Alioune Guéye

Responsable politique à Toulouse






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image