leral.net | S'informer en temps réel

Pour un discours de vérité et de priorités

Le peuple sénégalais dans son expression du 25 mars 2012 avait comme lancé les dix messages ci-dessous au nouveau régime du Président Macky Sall :


Rédigé par leral.net le Lundi 10 Septembre 2012 à 13:40 | | 1 commentaire(s)|

Pour un discours de vérité et de priorités
1- Le devoir de bilan.
2- la fin des pratiques communément appelé transhumance.
3- La fin des oligarchies et autres groupes de pression.
4- La fin de l’impunité (érigée en règle sous le régime précédent).
5- la fin de l’État-famille
6- la fin des amalgames politico-affairiste
7- La fin de la gabegie
8- la fin de l’altruisme étatique électoraliste pour une solidarité véritable
9- la fin des privilèges indus.
10- la fin de l’État obscure qui ne décline pas le projet global en terme claire et engageant pour tous

Le challenge de l’actuel Premier Ministre Abdoul Mbaye est d’être le chef d’orchestre de la vision du chef de l’État Macky Sall dans un contexte fortement dégradé par l’état actuel de la nation laissée par le président ancien qui avait fini de faire des trois biens ci-dessous une denrée rare :

1- la demande d’éthique
2- la demande sociale
3- la demande d’espoir


Le discours de politique générale du premier ministre doit d’abord, à mon avis, faire l’état des lieux sur notre niveau d’endettement et d’engagement. Ce discours doit dire sincèrement aux citoyens ce qu’il est possible de faire à court terme en articulation avec les urgences que le gouvernement a globalement bien géré jusqu’ici.

Hormis le point sur « le possible sous contraintes budgétaire objectives actuelles », le discours du Premier Ministre doit aborder aussi les sacrifices à faire par les uns et des autres (surtout par l’État dans son fonctionnement) pour permettre ce que j’appelle la traversée du désert ou phase creuse laissée par l’ancien régime avec un déficit des finances publiques hors norme. Cette période (qui n’est pas une demande de grâce) doit être clairement précisée en termes de pacte global social de pacification de l’espace notamment syndical.

Enfin le discours DU Premier Ministre doit s’articuler sur le projet du chef de l’État notamment sur les investissements structurants, sur l’emploi et sur la santé. il doit en préciser les contours notamment les questions du comment et du quand.

Un discours de politique général ne doit pas être un chapelet de promesses. Il est un pacte social et économique. Il est surtout vérité sur la situation actuelle du pays et sur ce qu‘il est possible de faire maintenant, demain et après-demain.

Maintenant est pour nous les sénégalais du moment.
Demain est pour nos enfants.
Après-demain est le vaste champ d’un Sénégal sur lequel chaque pouvoir exécutif n’aura qu’une portion à cultiver.

Qui trop embrasse, mal étreint. C’est cette sagesse là que je souhaite au discours du premier ministre. En somme, un discours que je veux de vérité et de priorités sous formât questions comme :

1- Comment sortir de l’étau de Dakar ?
2- Comment changer l’école pour le développement ?
3- Comment enfin maitriser l’énergie ?
4- Comment enfin apprivoiser l’eau qui est à la fois bien et problème ?
5- Comment décentraliser les infrastructures ?
6- Comment repenser notre rapport à l’emploi de masse ?
7- Comment assurer la santé populaire ?
8- Comment avoir une constitution stable et consensuelle ?
9- Comment faire une place sincère et pas démagogique à la femme ?
10- Comment avoir une vraie politique étrangère ?

Vivement un discours de vérité et de priorités dans un Sénégal qui a plus besoin d’un angle d’attaque des problèmes que d’actions éparses.
Tout dans la démarche actuelle du Président et du gouvernement donne l’impression d’une claire compréhension de l’angle d’attaque structurant ?

Le discours doit permettre la mise à niveau du peuple sur le projet global et la mission collective et individuelle de toutes et tous.
C’est en cela et seulement en cela que le discours sera engagé et engageant.




Mamadou NDIONE
Cadre APR Medina
Mandione15@gmail.com




1.Posté par c'est mort pour ces points-ci le 10/09/2012 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2- la fin des pratiques communément appelé transhumance.
3- La fin des oligarchies et autres groupes de pression.
4- La fin de l’impunité
5- la fin de l’État-famille
6- la fin des amalgames politico-affairiste
7- La fin de la gabegie
8- la fin de l’altruisme étatique électoraliste pour une solidarité véritable
9- la fin des privilèges indus.
10- la fin de l’État obscure qui ne décline pas le projet global en terme claire et engageant pour tous

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image