leral.net | S'informer en temps réel

Pour une indemnisation des victimes de l’esclavage et de la Traite négrière

Les Etats africains doivent déclarer l’esclavage et la Traite négrière crimes contre l’humanité tout en exigeant des réparations pour les victimes de ces deux tragédies de l’histoire humaine, a plaidé ce mardi 2 mars à Dakar, Karfa Diallo, responsable de DiverCités, la Fondation européenne du Mémorial de la traite des Noirs basée à Bordeaux (France).


Rédigé par leral.net le Mardi 2 Mars 2010 à 20:20 | | 1 commentaire(s)|

Pour une indemnisation des victimes de l’esclavage et de la Traite négrière
« La traite des Noirs et l’esclavage sont les seuls crimes pour lesquels, on n’ose pas parler de réparations. Dès que nous (en) parlons, nous avons des chefs d’Etat qui, la plupart du temps, tournent la tête en trouvant des prétextes», s’offusque karfa Diallo, président de DiversCitées.
«Il faut parler des réparations. La traite des Noirs est un crime contre l’humanité et lorsqu’il y a crime, il y a des réparations», a-t–il insisté lors d’un point de presse tenu à Dakar, dans le cadre de la campagne africaine pour la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité.

«Les formes de réparations peuvent varier d’un pays à un autre. Les canaux de distribution de ces réparations peuvent (également) varier», ajoute M. Diallo, selon qui la traite des Noirs et l’esclavage représentent «l’histoire des pulsions de vie contre les programmes de morts ».

De son point de vue, ces crimes méritent réparations d’autant qu’ils ne sont aucunement «un accident de l’histoire mais prémédités, justifiés et codifiés» par des puissances occidentales en complicité avec des chefferies traditionnelles africaines de l’époque.

Selon le responsable de DiversCités, la reconnaissance de ces tragédies comme «crimes contre l’humanité » présente des enjeux d’ordre moral, humanitaire, éducationnel et patrimonial pour l’Afrique et sa diaspora.

C’est aussi un argument que l’Afrique peut «mettre en avant dans les relations internationales», a indiqué Karfa Diallo. Mieux, a-t-il poursuivi, cela pourrait «avoir un effet dissuasif et (permettrait) de combattre davantage et mieux les autres formes d’esclavage qui continuent d’exister aujourd’hui» selon Diallo.

Cela étant, la campagne de DiversCités ne s’inscrit pas, selon son président, dans une victimisation ni des Blancs négriers, ni des Noirs faits esclaves. Mais plutôt de maintenir la mémoire vive contre « l’amnésie et l’oubli ».

«Il faut (réparer l’esclavage) parce que le passé (correspondant) est éternel, il resurgit encore et toujours», a affirmé Diallo évoquant le séisme qui a secoué le 12 janvier dernier Haïti, première république noire.

La fondation a lancé sa campagne de reconîssance pour le moment dans trois pays : Bénin, le Mali et le Sénégal où elle a réussi à convaincre le président Wade de déclarer ces deux faits de l’histoire (l’esclavage et la Traite négrière) crimes contre l’humanité.

M. Diallo a dit que Me Wade a promis de déposer un projet de loi au Parlement allant dans ce sens. Si ce projet aboutissait, le Sénégal serait le premier pays africain et le deuxième pays au monde, après la France en 2001, à légiférer dans ce sens afin de lutter contre «l’amnésie et l’oubli dans lequel ces crimes sont maintenus en Afrique», a rappelé Karfa Diallo.

kanal150.com



1.Posté par Sutura le 03/03/2010 07:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si ma mémoire m'est fidèle, il y avait dans un passé récent, un riche et consciencieux Nigérian dont le nom m'échappe, qui se promenait de capitale européenne et capitale, enchainés et presque nu, pour illustrer l'esclavage.

Ce brave fils d'Afrique, en son temps ,n'avait pas été compris comme à chaque fois que des gens sincères initient quoi que ce soit, dans la marre aux magouilles que constitue notre continent. A chaque fois, ce sont d'autres Africains qui torpillent de telles initiatives pourtant salutaires et je crois que ça a dû être le cas pour ce grand Africain natif du Nigeria

Pourtant, cet homme n'avait que raison. Tôt ou tard, la vérité finira par triompher: La vérité? C'est qu'on a vendu nos ancêtres comme de vils objets et aucun peuple ne peut tolérer un tel crime.

Si vous doutez un seul instant de ce que je dis, allez donc demander au peuple juif, ce qu'il ressent . Quand on voit et sait comment le monde entier est d'accord cet autre crime odieux du martyre du peuple juif, comment et pourquoi ne pas comprendre le nôtre, pour soutenir comme il faut, des initiatives comme celle de M. Diallo, de tous nos cœurs et de tous nos moyens matériaux et spirituels ?

J'ai simplement peur, que des opportunistes comme Wade, lui qui cherche désespérément en ce moment précis où son ère tire à sa fin n'importe quel prétexte pour se faire voir, ne confisque l'honnête combat de cet homme.

Il ne faudra surtout, laisser à personne d'en faire un vil objet de politique exhibitionniste, devant finir comme l'autre initiative de Waqe avec Tambo Béki et Obasssanjo, pour je ne sais plus quelle renaissance africaine encore.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image