leral.net | S'informer en temps réel

Pour une meilleure gouvernance des clubs

En lisant un dossier de mon confrère de Walf Sports Cheikh Tidiane Gomis faisant état du subterfuge des clubs de la Ligue Professionnelle pour bluffer cette dernière, je me suis rendu compte de la grave erreur commisse par les dirigeants qui se sont précipités de mettre la charrue avant les bœufs sans pour autant maîtriser tous les mécanismes et paramètres qui militent pour un football professionnel de qualité avec des dirigeants intègres et conscients de l'enjeu. Ce qui m'a obligé à de publier quelques extraits de mon livre « CAFOUILLAGE DU SPORT SENEGALAIS » qui sera bientôt publié pour apporter ma modeste contribution sur la gestion financière des clubs sénégalais.

Par Mbaye Jacques DIOP


Rédigé par leral.net le Dimanche 15 Novembre 2009 à 21:38 | | 0 commentaire(s)|

Parler du football national aujourd'hui, c'est inévitablement soulever en premier lieu ses multiples entraves qui persistent et créent davantage des situations difficiles à notre sport roi, et qui l'empêchent en effet d'atteindre ses objectifs tant attendus et en second lieu, ses immenses potentialités à pouvoir faire beaucoup de choses pour assurer son autofinancement et son indépendance financière. C'est un aspect déterminant auquel on se doit d'apporter des solutions durables à cette problématique de financement du sport de performance qui, ne semble-t-il pas, encore avancées. Il est désormais temps de passer de la gestion d'un championnat à une autre qui est celle de la gestion de création de valeurs ajoutées qui pourrait asseoir le développement de la jeune génération et en faire de grands joueurs dignes d'une équipe nationale au grand bonheur de notre pays. C'est effectivement la bonne démarche autour de laquelle les clubs de performance doivent s'organiser pour s'autofinancer et se développer, car l'argent du sport n'est pas encore utilisé dans un esprit d'entreprise voire avec une culture économique comme la solution possible pour asseoir les capacités d'autonomie de gestion et d'indépendance financière. Là, il faut le dire, le financement ne peut se limiter à une fonction de caisse, sinon c'est comme arroser du sable.

Voilà à notre sens ce qui explique et dénote la situation d'une sous-gouvernance de nos clubs d'élite nationale aux regards des réformes économiques et politiques du pays et qui demeurent ainsi marqués par un vide organisationnel et d'une politique de gestion financière et de développement, une des causes principales de la crise financière et environnementale de nos clubs d'élite. Cette réalité ne peut échapper dans ce cas précis ni aux clubs, ni aux pouvoirs publics, ni même au grand public que nous considérons aussi partie prenante dans tout ce qui touche l'essentiel d'un club de performance, dans la mesure où il est indispensable que les citoyens sachent comment ceux-ci sont gérés et dirigés voire leur coût de fonctionnement en plus des résultats des matches et ce, dans le cadre de l'exercice d'une réelle démocratie plurielle à laquelle s'ajoutent le contrôle et la transparence dans la gestion. Dans le cadre de cette nouvelle approche, l'assemblée générale d'un club confie un mandat non seulement limité à un championnat, mais également de gestion et d'administration des capitaux du club, soumis désormais à des résultats économiques, financiers et au contrôle légal. En effet, notre pays a fait le choix de l'économie de marché.

Faut-il dans ce cadre préciser que la gestion et le développement du sport de performance ne peuvent continuer à être isolés de l'économie du pays qui s'inscrit et se met au diapason des tendances de l'économie mondiale, d'où l'urgence d'identifier rapidement les implications dans ce nouveau contexte économique et financier. Ainsi, c'est mettre fin à l'amateurisme dans les clubs de performance et ne peuvent donc plus utiliser de l'argent surtout provenant des subventions de l'Etat et des entreprises publiques dans les dépenses à caractère de fonctionnement (salaires, primes…). Mais cette forme d'argent nécessite d'être exploitée et valorisée dans la création d'activités économiques comme source de refinancement, d'emplois et de richesses. Cela dit, loin d'être seulement une distraction, le sport de performance constitue, de nos jours, un support non négligeable dans le développement global d'un pays, surtout lorsque la matière existe, c'est le cas de notre pays dont la proportion de jeunes est dominante. C'est là que les pouvoirs publics devraient intervenir par mettre en place une stratégie appropriée visant l'assainissement, la promotion du sport performance et asseoir les réformes économiques en cours aux clubs des Ligues 1 et 2 afin de préparer les clubs à cette nouvelle étape qui est leur insertion au professionnalisme et par conséquent se soumettre aux règles et mécanismes du marché afin d'apporter leur part de contribution dans le développement économique et social national, cela ne pourra être que le fruit de la concrétisation d'un partenariat sérieusement organisé entre pouvoirs publics et clubs sportifs pour un projet d'insertion économique, sportif et social.

Face à cette situation qui résulte à notre avis d'un problème structurel que conjoncturel qui doit être pris en charge par les pouvoirs publics dans cette phase de transition au professionnalisme, il est temps de s'interroger sur la vie des clubs d'élite dans leurs modes de gestion, de financement et de contrôle car ils sont comptables devant l'Etat et les contribuables à travers l'argent public accordé et le patrimoine mis à leur disposition. A vrai dire, les choses apparemment ne donnent pas l'impression de plaider pour un véritable changement dans le sens des nouveaux concepts économique et politique du pays et ce, depuis que ceux-ci ont été lâchés par les entreprises publiques dans le cadre de leur autonomie de gestion, d'où on constate, saison après saison, que peu de clubs connaissent une trésorerie équilibrée pour répondre aux besoins de leur standing de performance. Dans ce cas, peut-on alors dire que nos clubs n'ont pu suivre l'évolution qu'ont connue les clubs étrangers en matière de leur organisation et de leur financement.

On peut aussi s'interroger par ailleurs, il y a effectivement de grandes questions qu'on doit se poser, quand il s'agit d'aller vers le professionnalisme.

Y a-t-il des clubs qui comptent améliorer d'une façon stratégique leur gestion financière et leur situation comptable conformément à leur statut de clubs civils qui s'insère dans le professionnalisme ?
Y a-t-il des clubs qui comptent renforcer ou améliorer leur management conformément aux nouvelles réalités économiques et financières du pays ?

Y a-t-il des clubs qui réalisent un quelconque projet d'investissement socio-économique sur leurs fonds propres ou effectuent des placement financiers (épargne) ?

Peut-on connaître les comptes financiers et comptables de chaque club dont dépend l'obligation de transparence et de résultats, surtout lorsqu'on sait que ces clubs utilisent l'argent public, subvention de l'Etat ou les sponsors des entreprises publiques ?

Existe-il une politique financière dans une approche managériale entre la Fédération sénégalaise du football (FSF) et les clubs de performance ?

Toutes ces questions sont d'une haute teneur et qui constituent toute l'architecture dans l'instauration du professionnalisme au Sénégal, donc une base objective de la situation du sport de performance au Sénégal et consistent à indiquer que le nouveau contexte dans lequel les clubs de première division doivent s'inscrire et évoluer au sens d'une culture et d'une vision économique et financière. Mais, il se pose alors la grande question de savoir n'est-il pas temps de réformer le secteur du sport pour instaurer le professionnalisme et relancer la discipline sur des bases plus saines et plus solides autrement dit de faire prévaloir le fond sur la forme, à savoir les structures et les hommes. Un nouveau rapport dans la gouvernance des clubs d'élite qui s'impose de toute urgence au regard du nouveau contexte politico-économique ainsi, du nouveau statut juridique des clubs sportifs. C'est à ce niveau donc que doit s'instaurer à notre avis le débat du financement sport de performance et comment gérer rationnellement les clubs sportifs de performance à l'ère du professionnalisme dont l'enjeu engage le devenir du sport d'élite.

Dans ce cas, on ne peut continuer à concevoir ceux-ci seulement au vu de titres ou de places honorables décrochés à coups de millions en l'absence d'un développement et d'une gestion rationnelle et moderne. Car aujourd'hui, plus que jamais subventionner ou sponsoriser un club, c'est lui exiger la rentabilité comme une source de financement et de développement. Cela nécessite de rassembler le maximum de compétences managériales notamment en économie, en finances, en comptabilité, marketing, en communication et enfin, en droit des affaires, sachant que l'encadrement actuel des clubs reste pour la plupart dominé par la présence d'un bénévolat sans formation dans le domaine voire sans conviction et sans vision. C'est ainsi, que nos clubs de performance ont besoin d'un mouvement organisationnel surtout structurel qui peut être l'expression d'une tutelle de compétences spécialisées, à savoir pourquoi pas une structure forte en vue de :

Développer un mode de gestion garantissant une meilleure gouvernance ;

Valoriser et développer les finances dans la gestion et le développement ;

L'audit et le contrôle en faveur d'une mission d'intérêt public ;

Enfin, où on peut voir se développer le sport dans le mental et le corps. Cela étant dit, le sport de performance et l'argent sont indissociables dans un esprit d'entreprise au service de la formation de grands joueurs pour l'équipe nationale d'un Sénégal moderne, et prospère et par voie de conséquence, contribuer au développement notamment à la réalisation d'investissements socio-économiques en rapport avec le sport au service de la jeunesse en matière de création d'emplois, physique, moral et culture. A ce titre, nos clubs doivent compter sur leur propres initiatives de se créer des ressources financières et ne plus compter seulement sur les quotes-parts des matches, des subventions de l'Etat, dont lui-même est marqué, comme tout le monde le sait, par l'équilibre ou la réduction de son déficit budgétaire conditionné par la nouvelle économie de marché, ainsi, le manque à gagner face à l'actuelle crise financière mondiale et la chute des prix du pétrole qui rend la situation économique et financière du pays difficile à maîtriser. Alors, sans le moindre retard, les clubs passent à la conquête du marché basé sur l'innovation financière devant jouer un rôle stratégique pour améliorer leur source de financement et assurer en même temps leur autofinancement et cela, bien sûr, en plus de leurs ressources classiques (la billetterie des stades, les subventions de l'Etat, sponsoring…

En ce sens, le nouveau contexte exige d'eux beaucoup d'adaptation et d'initiatives entrepreneuriales pour devenir une source de valeurs ajoutées, notamment en s'employant à instaurer objectivement l'économie du sport qui puisse pérenniser les clubs sportifs professionnels. C'est pourquoi, il apparaît sans tarder et plus que jamais nécessaire que l'organisation et la gestion des clubs des Ligues Professionnelles 1 et 2 s'adaptent aux nouvelles réformes économiques du pays pour un nouveau centre d'intérêt, celui d'un projet d'entreprise. Cependant, la capacité de s'insérer correctement dans cette nouvelle approche dépend également dans une large mesure de la qualité et de la crédibilité des dirigeants à élire par l'assemblée générale représentative ou des actionnaires qui revêt un caractère capital, ce qui implique l'introduction de nouveaux profils qui doivent cibler un potentiel de compétences adéquat à cette nouvelle étape. C'est dire l'urgence d'un nécessaire changement et d'une mise à niveau adaptée au nouveau concept économique et financier du pays car il n'est point étonnant que nos clubs soient confrontés aux règles d'une économie de marché en exerçant bien sûr , le rôle d'agent économique pour élever le niveau d'autofinancement.

Dès lors les clubs de performance ayant aujourd'hui la personnalité juridique de statut civil et qui sont à notre sens le meilleur guide à envisager d'ores et déjà pour trouver les bonnes solutions à leur indépendance financière et à leur développement. Ceci dit, un lien économique et financier à développer dans l'organisation des clubs de performance. Mais, comme nous l'avons souligné, il reste bien un élément de réflexion et de débats d'idées qui pourrait éclairer et arrêter les bonnes orientations ou les bonnes solutions en vue de créer et d'assurer les meilleures conditions du professionnalisme rendu nécessaire par les réformes engagées. Pour cela, un travail de réflexion doit être engagé pour l'introduction d'une approche intégrée en matière de gestion financière et comptable des clubs est indispensable notamment, la tenue obligatoire d'une comptabilité, bien établie et bien introduite fondée sur l'économie et le contrôle des finances à savoir d'où vient l'argent ? Où va l'argent ? En effet une comptabilité de cette forme, ne pourrait que bien clarifier la gestion et la transparence des clubs ou du sport de performance en général.

Cette nouvelle impulsion d'une culture économique essentiellement basée sur une nouvelle économie de l'argent du sport de performance et l'exercice d'un réel esprit d'entreprise renforcera d'une part la viabilité financière, et d'autre part la crédibilité et la promotion des clubs dans leur nouvel environnement qui pourrait de notre point de vue avoir un effet positif pour l'instauration de la relation de confiance notamment en suscitant un même intérêt sport / économie auprès des pouvoirs publics, les industriels, les investisseurs ou bailleurs de fonds, les entrepreneurs, les commerçants et enfin d'attirer les grandes foules dans les stades ou encore l'intérêt peut se manifester même avec les banquiers pour accéder notamment aux crédits. Pour cela, nous estimons qu'il n'y a pas d'obstacles à partir du moment où les clubs sont passés d'un statut de droit public à un statut de droit privé, et dans ce grand changement qu'il soit, aujourd'hui, bien cadré par des efforts particuliers et soutenus par l'implication de tous les acteurs de la discipline avec les réalités économiques et financières. Le mode d'organisation et de gestion des clubs d'élite ne peut être effectivement évalué, contrôlé ou apprécié que s'il existe au préalable une comptabilité régulière en la forme commerciale reconnue par le droit privé contrairement à ceux qui pensent à une comptabilité simple qui se résume à l'enregistrement des recettes et dépenses (bilan moral et financier).

Ainsi, la mise en place d'une organisation comptable s'impose pour une autre forme de présentation comptable et financière des comptes sociaux obéissant aux règles et méthodes prévues en matière de comptabilité et de contrôle des sociétés. Dans cette perspective, deux approches générales se dégagent en vue d'harmoniser les règles des comptes sociaux des clubs d'élite dans leur ouverture et leur insertion dans le professionnalisme et elles visent d'autre part à éclairer les dirigeants, les pouvoirs publics et les actionnaires. La première sera fondée sur le patrimoine :

a) La comptabilité et la gestion des actifs composés :

Des valeurs d'immobilisations et d'exploitation.

Des valeurs réalisables.

Des valeurs de trésorerie.

b) La comptabilité et la gestion des ressources composées :

Des capitaux propres (ressources internes)

Des capitaux permanents (ressources externes)

Des capitaux provisoires (ressources externes) La deuxième sera fondée, quant à elle, sur la gestion et les résultats de la saison ou de l'exercice composé de :

La comptabilité et la gestion des charges engagées dans son fonctionnement.

La comptabilité et la gestion des produits notamment tout revenu tiré des activités ou reçu de l'Etat ou des tiers.

La comptabilité des résultats réalisés sur les activités. C'est justement à travers ces deux approches pour une gestion comptable et financière beaucoup plus économique que simplifiée ou classique vers lesquelles les clubs professionnels doivent observer la régularité, la sincérité, la transparence, enfin un meilleur contrôle de leurs capitaux. Un élément de confiance important dans les relations entre les clubs sportifs, et les citoyens, les pouvoirs publics, les investisseurs, et de l'environnement en général. Aussi, il convient d'ajouter :

L'instrumentalisation des clubs sportifs de performance plus adaptée aux statuts de droit des sociétés en conformité des codes de commerce et civil

La désignation d'un professionnel en comptabilité au poste de directeur financier et comptable.
La nécessité de rendre obligatoire le contrôle légal, une exigence de rigueur à tous les clubs.
La nécessité de la publication des comptes sociaux.

L'introduction de certaines notions fondamentales notamment les notions techniques de budget ou business- plan et de coût. Cependant, il n'en demeure pas moins que la question de contrôle externe et interne aux clubs de performance s'impose car elle constitue une obligation légale et une mission d'intérêt public ainsi, on ne peut concevoir une gestion saine en l'absence du contrôle externe et interne où l'apport d'un commissaire aux comptes indépendant de rang d'expert comptable et désigné par les organes sociaux (assemblée générale représentative ou des actionnaires) et sans oublier l'Inspection générale des finances (IGF) qui peut intervenir car il y a les subventions accordées par l'Etat.

En ce qui concerne le contrôle de gestion ou l'audit interne, l'apport des compétences de la fédération suffit à notre avis. C'est un ainsi que les finances et d'une façon générale le patrimoine des clubs serait mieux utilisé, mieux contrôlé, mieux pérennisé non seulement dans le circuit de gestion mais mieux encore, dans les créneaux de rentabilité en tant que source de financement et de création de richesses. C'est pourquoi la gestion comptable est posée dans toute sa rigueur et sa dimension pour concevoir une gestion saine et en faire des clubs sportifs crédibles, transparents, enfin modernes devant épouser notamment la culture économique et citoyenne au service de la collectivité locale et nationale.

A ce titre, cette question de gouvernance est donc primordiale qui se veut une révolution dans l'organisation des clubs mérite d'être soulevée et mise en débats avec force puisque la conjoncture est à l'assainissement, à la mise à niveau, à la relance économique, à la transparence et à la rentabilité économique et financière. Il s'agit aussi, pour les clubs d'être en phase avec les règles universelles induites par la mondialisation.

Tout ceci nous amène à la conclusion. D'une part, que le ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs et la fédération avec la collaboration de tous les acteurs de la discipline doivent initier un programme révolutionnaire devant amorcer l'économie du sport et le professionnalisme dans les clubs de Ligue 1 et 2 aux nouvelles exigences économiques et financières du pays, l'une des contraintes à prendre en compte dans cette période de transition autour de la pratique du professionnalisme en perspective notamment dans les aspects suivants :

Leur mode managérial ou de gouvernance.

Leur valeur humaine, organisationnelle et patrimoniale.

Leur système de rémunération.

Leur système financier et comptable.

Leur système juridico-économique adapté au droit des sociétés. D'autre part, les dirigeants de notre sport roi, sont désormais appelés à s'organiser et à se prendre en charge sans compter sur le soutien de l'Etat qui ne vient qu'en complément. C'est dire avec force que les clubs de Ligue 1 et 2 doivent devenir rentables selon le modèle d'une économie d'entreprise.

En effet, avons-nous conscience de l'argent du contribuable qui persiste et constitue à ce jour en grande partie la source de financement dans leur fonctionnement, notamment les subventions accordées par l'Etat ou le sponsoring des entreprises publiques soient une source de création de valeur ajoutée qui s'ajoute au PIB (produit intérieur brut) du pays voire au service de la collectivité nationale ou locale. Pour terminer, nous souhaitons avec force à tous ceux qui vont être engagés dans cette œuvre d'intérêt national beaucoup de courage car, ce ne sont pas les contraintes et les problèmes qui manquent. Cela dit, c'est le grand défi à relever pour assurer un développement harmonieux du professionnalisme Au Sénégal.

*Journaliste sportif






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image