leral.net | S'informer en temps réel

Pour une relance touristique de la destination Sénégal

L’activité touristique classée au Sénégal à la seconde place derrière la pêche est loin d’avoir atteint sa vitesse de croisière. Des bonds décisifs doivent être réalisés si le Sénégal tient à entrer dans les prévisions de l’Organisation Mondiale du Tourisme consacrant ce secteur à l’horizon 2015 comme la première activité devant les produits énergétiques et des biens de service.


Rédigé par leral.net le Mardi 15 Mai 2012 à 18:42 | | 0 commentaire(s)|

Les atouts sont considérables comme la position géographique du pays au carrefour des routes aériennes, la richesse de la faune et de la flore, la diversité artistique et culturelle. Ă cela, s’ajoute un environnement socio- politique très favorable qui place le Sénégal en Afrique Occidentale comme un îlot de paix, de liberté et de démocratie.

Une bonne relance du secteur devrait prendre en compte le temps et l’espace en s’appuyant sur des études de marchés et des observations sur place des goûts de la clientèle. La position de Dakar en tant que plaque tournante du tourisme d’affaires comme les réunions, congrès et salons, séminaires …doit être consolidée et renforcée par d’autres activités annexes sportives (golfe, pêche, équitation), culturelles (musique, danse, théâtre, galeries d’art, musées et monuments, mode…) de même que le tourisme de croisière s’adressant à tous les âges pour une durée plus ou moins longue (une semaine). La côte maritime s’étendant sur 700 kilomètres de plage sablonneuse offre un potentiel immense à l’essor du tourisme balnéaire tandis que l’intérieur du pays, en toute saison pourrait s’adonner au tourisme intégré. Cette dernière forme touristique faciliterait le rapprochement entre les peuples et l’émergence d’un tourisme de santé (thermalisme) liée à l’hospitalité ambiante des Sénégalais, un remède efficace pour les visiteurs afin de vaincre leur stress. Le maillage de l’ensemble du territoire implique une intégration de la Casamance par la signature urgente d’une paix définitive et durable.

Toute la filière en termes de compétitivité doit être prise en compte comme la concurrence du marché du travail, l’évolution des mentalités et des comportements, l’image du pays, le transport, l’hébergement, la sécurité, la préservation de l’environnement et des valeurs socio-culturelles, l’accès aux crédits et aux nouvelles technologiques de l’information et de la communication… L’impact du tourisme est déterminant sur le développement du pays surtout en termes de rentrée de devises étrangères, de recettes privées et publiques et de création d’emplois. Le tourisme apparait de ce fait comme une activité pluridisciplinaire et transversale dont la croissance requiert de la part du ministre de tutelle une grande capacité d’ouverture, de mobilisation et de coordination. La relance de la destination Sénégal relève d’une vision touristique démocratisée (de masse), responsable, équilibrée et bien maitrisée.


Gana Fall, Docteur en histoire, Proviseur du lycée Ahmadou Ndack Seck.
E- mail :fallgana@yahoo






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image