Leral.net | S'informer en temps réel

Présidentielle guinéenne : Trois commissaires de la CEI sur le terrain

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 27 Juin 2010 à 16:05 | Lu 409 fois

En vue de s’approprier les expériences électorales en cours dans les autres pays et surtout dans les pays africains, une délégation de la Commission Electorale Indépendante (C.E.I.), forte de trois Commissaires, composée de Messieurs BAMBA Yacouba, Porte-parole de la C.E.I; MOHAMED Charles, Conseiller spécial du Président de la C.E.I. et KROMEL Milidji, Trésorier adjoint, séjourne depuis le mercredi 23 juin 2010 en Guinée Conakry.


Présidentielle guinéenne : Trois commissaires de la CEI sur le terrain
Ces Commissaires de la C.E.I. vont suivre avec intérêt le déroulement des élections guinéennes dans le but de s’inspirer des succès glanés par la Commission Electorale de ce pays frère et réduire le plus possible les erreurs qui pourraient éventuellement se glisser dans l’organisation de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, élection qui est très attendue et qui sera suivie par le monde entier pour la certification des résultats qui ne doivent souffrir d’aucune contestation.
Monsieur Youssouf BAKAYOKO, Président de la C.E.I, par cette action entend s’entourer de toutes les précautions possibles pour organiser une élection exemplaire, car pour lui, l’organisation d’une élection véritablement démocratique en Afrique doit prendre sa source en Côte d’Ivoire, à partir de l’Institution qu’il dirige. Pour gagner ce pari, il n’entend pas s’arrêter au seul modèle guinéen. Il envisage poursuivre ce genre d’expérience.
L’objectif du Président de la C.E.I est d’obtenir par un travail méthodique, qui exclut tout bavardage, un résultat consensuel. Le Président Youssouf BAKAYOKO, en homme d’expérience sait que la panthère à l’affût ne s’agite pas et ne crie pas tant qu’elle n’a pas le gibier entre ses griffes. La C.E.I., sans tapage inutile, travaille en toute sérénité pour d’abord élaborer une liste électorale définitive et ensuite fixer la date du scrutin une bonne fois pour toute. Cela nécessite une bonne dose de compréhension et le soutien de toute la nation ivoirienne.
Source : Service Communication de la C.E.I.