leral.net | S'informer en temps réel

Prière Tabaski : Wade fait passer aux détecteurs de métaux ses proches collaborateurs

Lu dans le journal Le Quotidien : Pour commencer, toutes les issues menant à la mosquée ont été bouclées. A chaque coin de rue, des éléments de la Police et de la Gendarmerie, armés jusqu’aux dents, avaient pris position. Sur la route menant à la porte principale, des barrières sont érigés. Sur les toits des immeubles environnants, des tireurs d’élites appartenant au Gign, reconnaissables par leur camouflage qui fait penser aux célèbres Ninja, vulgarisés par les films de karaté, ont pris position. Du haut de leur observatoire, ils ont ainsi une belle vision des mouvements des personnes et des véhicules, grâce à leurs lentilles de haute précision, qui leur permettent de déceler les comportements suspects.


Rédigé par leral.net le Vendredi 19 Novembre 2010 à 20:18 | | 0 commentaire(s)|

Prière Tabaski : Wade fait passer aux détecteurs de métaux ses proches collaborateurs
La porte d’entrée de l’énorme domaine est elle-même divisée en deux parties. Celle de gauche est réservée à la grande masse. Accéder à l’intérieur via cette porte ne pose aucun problème, seuls deux policiers en assurent la garde. Mais le décor est tout autre sur celle de droite. Sur cette entrée, pas moins d’une dizaine d’éléments de la sécurité présidentielle veille au grain. L’un d’entre eux a entre les mains un détecteur de métal. Il se distingue des autres, habillés en noir, par son costume gris. Cette allée de la porte d’entrée est réservée aux officiels et mène directement à la loge officielle. C’est ici que les consignes de sécurité sont les plus strictes. Et gare à ceux qui s’aventurent à défier les ordres.
Pour emprunter ce chemin, il faut soit être une personnalité ou à tout le moins disposer d’une invitation en bonne et due forme. Ce qui n’est pas à la portée de chacun. En plus, cela ne met pas les usagers de cette voie à l’abri de la fouille. Tout le monde pour ainsi dire, est passé à la loupe. Et même des personnalités très en vue, telles que Cheikh Amar, Abdoulaye Faye, Madické Niang, Pape Diop, Ousmane Masseck Ndiaye, pour ne citer que ceux-là n’ont pas été épargnées de la corvée. Preuve si besoin en était, que la sérénité n’était pas au rendez-vous.
Mais ce n’était pas la seule épreuve que les officiels ont subi. Car, une fois la porte d’entrée franchie il fallait, pour rejoindre sa place, tourner à gauche, longer un long couloir, s’arrêter devant les éternelles barrières, se faire passer sous rayons X, subir le regard inquisiteur des éléments de la sécurité toujours sur le qui vive.
Aux côtés des rangées qui commençaient à se resserrer, alors qu’il était 9h, policiers et gendarmes prennent position. De dos, de face de profil, ils surveillaient les fideles et ne les quittaient pas des yeux. Même la zone non occupée du domaine, où se chevauchent les engins, machines, amas de pierres, de briques et de détritus, a été investi. C’était vraiment un état de siège qui ne disait pas son nom.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image