leral.net | S'informer en temps réel

Prière à la Grande mosquée de Dakar : L’imam sermone marabouts et politiciens

Si on en croit l’imam de la grande mosquée, ce sont les marabouts et les hommes politiques qui sapent la bonne marche du pays. El Hadji Alioune Samba a déploré leur manière de faire à l’occasion de la grande prière de la Tabaski qu’il a dirigée dimanche. Il a ainsi invité au civisme et au respect des valeurs religieuses.


Rédigé par leral.net le Mardi 7 Octobre 2014 à 12:15 | | 5 commentaire(s)|

Prière à la Grande mosquée de Dakar : L’imam sermone marabouts et politiciens
A l’instar de tous les musulmans du monde, la communauté musulmane du Sénégal a célébré l’Aïd el Kébir dimanche. Cette fête qui symbolise le sacrifice d'Abraham à Dieu est imitée par les musulmans pour témoigner aussi à Dieu leur amour. L’imam de la grande mosquée de Dakar, El Hadji Alioune Samba, a ainsi saisi cette opportunité pour s’en prendre aux marabouts et aux hommes politiques qui, selon lui, sont en train de détruire le pays. A titre d’exemple, l’imam Samba a cité ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Ma­rième Faye », déplorant les sorties médiatiques de certains marabouts qui ont tiré à boulets rouges sur la Première dame du Sénégal. « On entend du n’importe quoi dans l’espace public. Il y a des marabouts et des hommes politiques qui œuvrent pour détruire le pays », a-t-il martelé.
L’imam ratib de la grande mosquée de Dakar pense aussi que l’opposition et le pouvoir ne doivent pas vivre comme des ennemis. Ils ne sont que des adversaires, fait-il savoir avant d’appeler les Sénégalais à cultiver le sens du civisme. Car, pour lui, « un pays ne peut pas marcher sans le civisme ». Il a, à ce propos, cité des modèles comme les défunts chefs religieux qui accordaient beaucoup d’importance à l’éducation. L’imam Samba estime cependant qu’il revient aux autorités d’inculquer ces valeurs civiques aux Sénégalais et particulièrement aux jeunes. Une occasion pour lui d’inviter les gouvernés à respecter les gouvernants et vice-versa.

S’adressant aux gouvernants, l’imam les invite aussi à savoir se faire respecter. Toujours dans son sermon, il a demandé aux Sénégalais de rompre d’avec les tiraillements et d’apprendre à se respecter mutuellement. C’est en fait un imam très critique qui a dirigé la prière de la Tabaski. Puisque dans son sermon, il a fustigé les télévisions nationales qui rivalisent de médiocrité dans les programmes servis aux téléspectateurs. « Quand on informe, on doit montrer ce qui est utile à la société », a-t-il dit, même s’il consent à dire que « la télévision est un mal nécessaire ».






Hebergeur d'image