leral.net | S'informer en temps réel

Prison de Tamba: Un criminel s'évade et attaque les gardes avec une barre de fer et un couteau

Quand le surpeuplement, la promiscuité, le trafic de chanvre et l'insécurité des gardes menacent
Le simple visiteur qui s'aventurerait à mettre les pieds à la MAC de Tambacounda pour une quelconque visite à un parent détenu serait tout simplement déçu et choqué. Cette vieille bâtisse construite en banco accueille plus de 600 personnes qui sont dans des cellules prévues pour accueillir 100 personnes. La surpopulation de cette vétuste prison, combinée à la forte canicule qui règne dans cette partie Est du pays, engendre des problèmes en son sein et y servir constitue un danger.


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Septembre 2008 à 06:44 | | 0 commentaire(s)|

Mamadou Abdourahmane Sow, alias Zacharia, arrêté le 17 mai 2007 par la gendarmerie au moment où il tentait de braquer deux individus sur l’axe routier Tambacounda-Bakel plus précisément à Kothiarinding armé de sa kalachnikov
Mamadou Abdourahmane Sow, alias Zacharia, arrêté le 17 mai 2007 par la gendarmerie au moment où il tentait de braquer deux individus sur l’axe routier Tambacounda-Bakel plus précisément à Kothiarinding armé de sa kalachnikov
Située au quartier Liberté, la maison d'arrêt et de correction de Tambacounda ne fait pas exception à la règle de la promiscuité et du surpeuplement des prisons de l'intérieur du pays. A Tambacounda, la situation est préoccupante. Selon nos sources, plus de 600 détenus sont actuellement dans les cellules d'une prison prévue pour accueillir 100 personnes. Pour dire qu'en ces temps de forte canicule, c'est un processus de dégradation qui s'est enclenché et fait craindre le pire avec l'étouffement subi dans les cellules. Et nos sources de mettre en évidence ces dures conditions qui pèsent sur les détenus, alors que le mur d’enceinte de la vieille bâtisse ne fait même pas deux mètres de haut.

En tout cas, face à cette situation qui témoigne de l’insouciance ou de l’ignorance des autorités, les organisations actives dans le domaine des droits l’homme doivent réagir pour sauver des vies, car nos sources craignent le pire pour la santé des détenus qui risquent d’être étouffés dans leurs cellules. A cela s’ajoute l’insécurité dans laquelle les gardes font leur boulot en sous effectif.

Le meurtrier de Doulo Bâ s’évade et attaque les gardes avec une barre de fer et un couteau

La pression engendrée par ces conditions a certainement favorisé l'évasion d'un malfaiteur qui a réussi à escalader le mur de détention. Il s’agit de Mamadou Abdourahmane Sow, alias Zacharia, bien connu dans le milieu de la pègre. Ce malfaiteur et ses acolytes étaient spécialisés dans les vols en réunion avec violence, à main armée, commis la nuit. Zacharia avait froidement abattu un jeune du nom de Doulo Bâ en 2005 à Saré Daga, à quelques encablures de la commune, avant de braquer quelques jours plus tard un véhicule « 7 places » en provenance de Kédougou. Ce malfaiteur avait blessé par balles les passagers Dioncounda Niakhasso à la nuque et Binta Mbodj au niveau des côtes. Abdourahmane Sow, alias Zacharia, avait été arrêté à Kothiary Ding avec une arme Kalachnikov et des fusils de chasse qui faisaient partie de son armada. L'arrestation de cette bande « froide et violente », qui n’a jamais laissé de chance aux nombreuses victimes qui avaient croisé son chemin, avait été considérée comme un des faits marquants de l’année 2006.

Son compagnon d’évasion est un voleur multirécidiviste, Kaly Boubane, qui en est à sa deuxième tentative d’évasion. La première tentative remonte au courant du mois de juin dernier alors qu’il effectuait une corvée. Interpellé, il a été jugé et condamné à une peine ferme de 6 mois. Du fond de leur cellule, Zacharia et Kaly n’ont pas tardé à mûrir un plan pour fausser compagnie à leurs camarades. C’est ainsi que mercredi dernier aux environs de 14 heures, le meurtrier de Doulo Bâ et Kaly Boubane ont escaladé le mur de détention avant de se retrouver sur le chemin de ronde pour ensuite escalader le mur de l’établissement. Si Kaly Boubane a été arrêté par les gardes pénitentiaires aux alentours de l’école élémentaire Batou Diarra, le sanguinaire Zacharia armé d'une barre de fer et d'un couteau a attaqué les gardes pénitentiaires qui étaient à ses trousses. Au bout de quelques manœuvres, le professionnalisme et la bravoure des gardes leur permettront de coincer le caïd qu’ils désarmeront. Après audition, les deux caïds ont été conduits au commissariat jeudi pour enquête.

Photos d'archives des accolytes de Zacharia arrêtés sur l'axe tamba-Kédougou
Photos d'archives des accolytes de Zacharia arrêtés sur l'axe tamba-Kédougou
La maison d’arrêt et de correction temple du chanvre indien

Alors que l’on a pas fini d’épiloguer sur le cas des deux détenus qui se livraient à des activités de trafic de chanvre indien dans l’enceinte de la maison d’arrêt et de correction de Tambacounda, leur fournisseur n’étant personne d’autre qu’un garde pénitentiaire, le nouveau dispositif mis en place par le régisseur a fait parler de lui. Le voleur Assane Ndiaye qui purgeait tranquillement sa peine de 6 mois fermes, s’est signalé de fort belle manière. C’est au moment où il se rendait dans les jardins de la maison d’arrêt, où il est détaché pour des corvées le mercredi matin, que le garde pénitentiaire Siga Diouf et ses hommes l’ont fouillé pour y voir clair. La fouille minutieusement opérée sur a permis aux gardes de découvrir 6 cornets de yamba dissimulés dans un paquet de cigarettes qu’il avait mis dans sa poche. Suffisant pour que le détenu dealer soit entendu et envoyé chez les limiers pour audition.

Par Ousseynou Diallo / tambacounda.info






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image