leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Prix Mo Ibrahim sans lauréat en 2016: la "bonne gouvernance" africaine est-elle en panne ?

La barre de la "bonne gouvernance" du prix Mo Ibrahim est-elle trop haut placée pour les dirigeants africains ? La question mérite d'être posée.


Rédigé par leral.net le Lundi 6 Mars 2017 à 14:18 | | 0 commentaire(s)|

Ici avec Macky Sall, Mohamed « Mo » Ibrahim, né en 1946, est un milliardaire anglo-soudanais et entrepreneur dans le domaine des télécommunications.
Ici avec Macky Sall, Mohamed « Mo » Ibrahim, né en 1946, est un milliardaire anglo-soudanais et entrepreneur dans le domaine des télécommunications.

Pour la sixième fois en dix ans, le jury du prix Mo Ibrahim n'a pas désigné de lauréat pour la « gouvernance exceptionnelle » qu'il appelle de ses vœux. Au-delà du prestige de la distinction, la récompense porte sur un montant de 5 millions de dollars versés sur 10 ans, puis une allocation à vie annuelle de 200 000 dollars, des sommes rondelettes. Pour l'année 2016 donc, au regard de ses critères, la Fondation Mo Ibrahim n'a pas trouvé de candidat digne, et de ce prestige, et de ce pécule. On peut penser que du côté de nombre de personnalités, sans que cela soit la soupe à la grimace, on doit s'interroger sur ce que d'aucuns pourraient qualifier d'« intégrisme de la gouvernance ».

En tout cas, la réalité est là: le prix Mo Ibrahim 2016 n'a pas été décerné. « La barre a été placée très haut quand le prix a été lancé en 2006, a ainsi rappelé Salim Ahmed Salim, président du comité d'attribution du prix». Et d'ajouter: « Après mûre réflexion, le comité a décidé de ne pas attribuer le prix 2016 ». Cela explique sans doute que le prix de la Fondation Mo Ibrahim, dont le siège est à Londres, n'avait déjà pas trouvé de lauréat en 2009, 2010, 2012, 2013 et 2015.

Un prix, un parcours 

Fondé par Mo Ibrahim, un riche entrepreneur anglo-soudanais des télécommunications, le prix Mo Ibrahim récompense un ancien chef d'État ou de gouvernement d'un pays d'Afrique subsaharienne. Celui-ci doit avoir quitté ses fonctions au cours des trois dernières années. Il pourra être récompensé pour son travail dans l'intérêt du public ou son action caritative. C'est le moment de rappeler que seuls quatre anciens présidents africains en ont été gratifiés depuis 2007, dont le dernier en 2014 n'est autre que l'ex-président namibien, Hifikepunye Pohamba. L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, icône de la lutte contre l'apartheid, avait également été fait lauréat honoraire du prix en 2007.

PAR JAMES BARMA  (Lepointafrique)











Hebergeur d'image