leral.net | S'informer en temps réel

Procédure de divorce et plainte contre son épouse : Emmanuel Sanchez avait rendez-vous, hier, avec Me Ousmane Sèye à 10 heures

Emmanuel Sanchez avait rendez-vous, hier matin, avec l’avocat Me Ousmane Sèye pour entamer une procédure de divorce avec sa femme et porter plainte contre cette dernière, renseigne Libération.


Rédigé par leral.net le Vendredi 14 Août 2015 à 09:13 | | 18 commentaire(s)|

Emmanuel Sanchez, milliardaire détenteur d’un permis de recherche d’or à Kédougou, était le dernier client reçu par l’avocat Me Ousmane Sèye. Il était allé le voir pour deux raisons : entamer une procédure de divorce avec son épouse et déposer une plainte contre elle. D’ailleurs, un huissier a été commis, à cet effet, et les deux parties devaient se retrouver, hier, à 10 heures pour tout finaliser, indique le journal.

Me Sèye appellera au téléphone Emmanuel Sanchez pour s’enquérir de leur rendez-vous. Le téléphone sonnera dans le vide jusqu’à ce que l’avocat apprenne la terrible nouvelle : Emmanuel a mis fin à la vie de son épouse avant de se donner la mort. En effet, lorsqu’il est rentré chez lui, après une séance de travail avec l’avocat, Emmanuel Sanchez a eu une altercation avec son épouse. Selon Emmanuel Sanchez qui a joint une confidente vers les coups de 23 heures, après cette dispute, il n’a pas trouvé ses habits lorsqu’il est rentré chez lui. Et quand il a questionné son épouse, Fama Diop, elle lui a répondu qu’elle les avait donnés à quelqu’un. Ce qui a irrité Sanchez.

A la suite de cette dispute, Fama est allée passer la nuit chez ses parents avant de revenir dans le domicile conjugal, hier matin, en compagnie de ses parents. Ces derniers ont fini par la convaincre de rester chez son mari. Mais ils ne savaient pas que l’irréparable allait se produire. A noter qu’Emmanuel avait deux enfants issus d’un précèdent mariage et qui vivent en Suisse.

Dans tous les cas, écrivent nos confrères, on retiendra qu’Emmanuel Sanchez ne cessait de gâter son épouse : terrains aux Almadies, voiture… S’il est passé à l’acte, c’est parce qu’au retour d’un de ses nombreux voyages, on lui aurait fait part de certaines visites qui n’étaient pas de son goût. Par respect pour la mémoire des défunts, le journal s’est refusé d’entrer dans les détails.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image