leral.net | S'informer en temps réel

Procès Habré : Idriss Déby Itnou cité dans les massacres de Sarh en 1984

L’ancien responsable d’Amnesty International, Mike Dottridge, dont l’audition s’est terminée, hier, a été reproché, par les avocats de la défense, de faire main basse sur la chaîne de commandement dirigée par Idriss Déby Itnou, lors des massacres de Sarh en 1984.


Rédigé par leral.net le Mardi 15 Septembre 2015 à 09:15 | | 1 commentaire(s)|

Procès Habré : Idriss Déby Itnou cité dans les massacres de Sarh en 1984
Mike Dottridge, ancien responsable d’Amnesty International, a terminé son audition, lundi, devant les Chambres Africaines Extraordinaires (CAE). Les avocats de la défense reprochent au Britannique de ne pas évoquer le sort réservé aux commanditaires des massacres de Sarh en 1985, dont Idriss Déby Itnou était le commandant en tant que chef des armées du Tchad. « Les Forces armées nationales et des membres de la Garde présidentielle dirigés par le commandant Déby, l’actuel Président du Tchad, qui se sont déployés dans le sud au début du mois de septembre 1984, auraient été en grande partie responsables de l’exécution des Codos et les cadres du Sud », explique l’avocat commis d’office Me Mounir Ballal. La robe noire explique que « les officiers de l’Etat étaient au courant de ce massacre de septembre 1984 et ces massacres étaient, en fait, perpétrés sous leurs ordres ».

Par ailleurs, la défense de Hissein Habré rappelle à l'ancien responsable d’Amnesty International le sort qui doit être réservé aux responsables de ces massacres et l’absence de l'ancien homme fort de N’Djamena sur le territoire tchadien au moment des faits. En fait, renseignent les avocats, Habré se trouvait sur les Lieux Saints de l'Islam. Mike Dottridge affirme qu’il n’était pas au courant de la sanction prise par le Président Habré à son retour de la Mecque. « Les deux officiers Mahamat Fadil et Mahamat Bidon, responsables de ces massacres des civils et Codos auraient été exécutés », dit-il.

Après l’audition du témoin Mike Dottridge, place au témoin Mahamat Assane Abakar, président de la Commission nationale d'enquête sur les crimes économiques et crimes de guerre, mise en place par Idriss Déby Itnou après la chute de Hissein Habré. Ce dernier, dont l’audition a démarré, hier après-midi, va se poursuivre aujourd’hui.

Fara Mendy







Hebergeur d'image