leral.net | S'informer en temps réel

Procès Hissein Habré, Mallah Ngabouli témoigne : "On m'a ligoté avant de m'attacher sur un Pick-up pour me traîner dans la rue".

Les séquelles des tortures subies sous le régime de l’ancien Président tchadien, Hissein Habré, sont toujours visibles sur son corps. Mallah Ngabouli, témoin et victime, a retracé l’histoire des sévices corporels qu’il a subi dans les camps de détention.


Rédigé par leral.net le Mercredi 28 Octobre 2015 à 12:38 | | 3 commentaire(s)|

Procès Hissein Habré, Mallah Ngabouli témoigne : "On m'a ligoté avant de m'attacher sur un Pick-up pour me traîner dans la rue".
Le chef de service de la société sucrière du Tchad (Sonasut), Mallah Ngagouli, n’a pas été épargné par des exactions commis sous le régime de l’ancien homme fort de N’Djamena, informe Libération.

A en croire le témoin, les faits ont eu lieux il y a 10 ans mais il s’en rappelle comme s’ils s'étaient déroulés hier. Il était en convalescence : « L’équipe du commissaire composée, entre autres, par Khalil Djibrinne, Idriss, Ganda, était venue, en tenue civile, m’arrêter sous prétexte de me demander des renseignements. On me soupçonnait de financer la rébellion », déclare le témoin.

Devant le prétoire, il a fait savoir qu’il a été conduit à la maison présidentielle « Tombal Baye » transformée en cellule. Mallah Ngabouli soutient aussi avoir toujours les séquelles de ces tortures. Sur le motif de son arrestation, il renseigne : « Je suis soupçonné de financer la rébellion. Ce que je ne reconnais pas ».

Toujours par rapport aux sévices subis dans les centres de détention, il a soutenu que les détenus ne mangeaient jamais à leur faim. Pis, d’après ses propos, on leur servait de la pourriture. « Lorsqu’un détenu mourrait, on tournait le dos pour en faire un oreiller. Les cadavres n’étaient pas remis à leur famille. Ils pourrissaient et se sont les vautours qui étaient servis », renseigne-t-il.







Hebergeur d'image





Hebergeur d'image