leral.net | S'informer en temps réel

Procès Hissein Habré : Un ancien militaire affirme avoir échappé à la mort de justesse

L’ancien militaire devenu gendarme au Tchad, M. Service Brahim, a fait face aux Chambres africaines extraordinaires (Cae) afin d’expliquer le film de son arrestation. Rescapé des exactions supposées commises par les hommes de mains de l’ancien homme fort de N’djaména, Hissein Habré, M. Brahim s’en remet à Dieu en évoquant son cas.


Rédigé par leral.net le Mardi 6 Octobre 2015 à 21:46 | | 2 commentaire(s)|

A la barre, ce matin, l’ancien militaire, M. Service Brahim, qui a rejoint la gendarmerie nationale tchadienne, est revenu très largement sur son arrestation lors de son face-à-face avec les Chambres africaines extraordinaires (Cae). « Le jour de mon arrestation, j’ai terminé mon service et je suis rentré chez moi. Mais, à mon arrivée, un agent m’a trouvé pour me demander de venir répondre au commandant. À mon arrivée à la gendarmerie, le commandant m’a informé qu’il a reçu l’ordre de m’arrêter », dit-il.

Après son arrestation, il a été embarqué dans une voiture Toyota avec cinq (5) camarades d'infortune. « On a pris la route de Bokoro, où il y avait une montagne entre Gama et Bokoro. De là, ils nous ont alignés et le commandant nous a demandé, si on connaissait l’endroit où on était. On lui a dit que non. Il nous a dit que si quelqu’un sait, il va nous libérer. Mais, après un entretien avec le commandant de la brigade, il est revenu vers nous pour nous interroger encore avant de donner l’ordre de tirer sur nous. La balle m’a touché, et j’ai fait semblant d’être mort. Je suis resté pendant un temps avant de me lever. J’ai vu que je saignais. C’était vers 1 heure du matin », raconte-il, à la barre. Ainsi, ajoute-t-il, « je me suis échappé, tout en rampant. J’ai rencontré un berger vers 4 heures du matin qui m’a raccompagné dans leur village. Le chef de village m’a pris et m’a nettoyé le pied avant de contacter le chef de la Dds de la localité.
D’ailleurs, le commandant de la brigade où on m’a amené, avait peur pour sa situation. Il a, alors, contacté le représentant de la Dds de la zone. Ce dernier m’a amené à l’hôpital avant de me conduire à la Brigade spéciale d’intervention rapide (Bsir) ».

Fara Mendy






Hebergeur d'image