leral.net | S'informer en temps réel

Procès Hissein Habré : Un témoin dit avoir accouché dans une cellule des « Locaux » sans assistance médicale

Ginette Ngarbaye a fait face, ce jeudi, aux juges des Chambres africaines extraordinaires (Cae) afin d’apporter son témoignage sur la situation qu’elle a vécue dans les prisons du Tchad. Elle est revenue sur son arrestation et son accouchement dans une cellule de la prison des « Locaux » sans assistance médicale, dit-elle.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Novembre 2015 à 23:05 | | 2 commentaire(s)|

Vêtue en noire, Ginette Ngarbaye s’est souvenue devant les Chambres africaines extraordinaires (Cae), des moments douloureux passés à l’intérieur des prisons tchadiennes. Elle est revenue très largement sur son interpellation par les éléments de la Direction de la documentation et de la sécurité (Dds). « En 1986, deux individus se sont présentés chez moi, ils ont demandé à voir Ginette. Je leur ai demandé l’objet de leur visite, ils m’ont dit qu’ils sont de passage pour aller voir leur tante au village. Ils m’ont alors demandé de les suivre. Je leur ai demandé pour aller où. Ils ont insisté, et c’est comme ça qu’ils m’ont amenée avec eux dans le bureau de la Dds », informe-t-elle avant d’ajouter qu’un homme de grande taille (Ndlr : Saleh Younouss) est sorti pour demander qui elle était. « Mais, lorsqu’il est revenu, il a commencé à me toucher, en me disant que tu es grosse. Je lui ai dit que j’attends un enfant. C’est alors qu’ils ont commencé à m’enquêter en me disant que je suis allée voir les opposants. Ils ont lu devant moi un procès-verbal d’un témoin. « Oui, j’ai reconnu que Ginette Ngarbaye a travaillé pour moi », lit-on dans ce document. C’est alors qu’il m’a demandé de dire la vérité. Lorsque j’ai dit que je ne savais pas ce qui se passe, ils m’ont fait entrer dans une autre salle pour me torturer pendant deux heures. Ils ont porté de l’électricité sur mon corps et sur mes seins », explique-t-elle jurant qu'elle ne connaît pas Kamougué

Ginette Ngarbaye est également revenue sur son accouchement à l’intérieur de la cellule des Locaux. « J’ai accouché dans la cellule. Il n’y avait pas d’assistance dans cette cellule. Les infirmiers qui étaient là-bas, c'était pour la forme », précise-t-elle avant de rapporter qu’une de ses codétenues de l’ethnie Goran a été amenée à l’hôpital pour accoucher.

M. Ngarbaye a aussi évoqué le cas de sa codétenue, Rose Lokassine, qu’elle a trouvée dans la prison des « Locaux ». La partie civile, à travers Me Jacquelines Moudeina, a introduit une requête en déposant un document d’enquête de l’audition de Rose Lokissine par la Dds. La robe noire a émis le souhait de le verser dans le dossier comme pièce à conviction.

Fara Mendy






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image