leral.net | S'informer en temps réel

Procès Karim Wade : Bibo Bourgi assure ne pas être un prête-nom

La Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) a auditionné, à nouveau, ce mercredi, l’un des principaux prévenus, avec Karim Wade dans le cadre de la traque des biens présumés mal acquis portant sur un patrimoine de 117 milliards de francs CFA.


Rédigé par leral.net le Mercredi 28 Janvier 2015 à 21:42 | | 1 commentaire(s)|

Procès Karim Wade : Bibo Bourgi assure ne pas être un prête-nom
Ibrahima Khalil Bourgi dit Bibo a assuré à la barre de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) ne pas être un prête-nom de l'ancien ministre Karim Wade, dont il est l'un des principaux co-inculpés dans le cadre de la traque des biens présumés mal acquis.

"Je ne suis le prête-nom de personne", a déclaré M. Bourgi, auditionné de 9 à 18 heures par la CREI avec plusieurs pauses de dix minutes à sa demande, en l'absence de ses avocats.

Le prévenu s'est expliqué sur la constitution du capital des différentes sociétés dont il a assuré qu'elles lui appartiennent, avec son frère Karim Abdou khalil, aujourd'hui en fuite.

Les questions de la CREI ont porté sur la constitution du capital et la gestion de sociétés versées dans son patrimoine, telles qu’Aviation Handling Services (AHS), Harstand et Dahilia, spécialisées dans l'immobilier.

''Je n'ai jamais aidé ou assisté Karim Wade à s'enrichir", a-t-il dit, affirmant vouloir défendre son honneur et son patrimoine. Son audition portait également sur l'actionnariat de Daport et Afriport, spécialisées dans les services aéroportuaires.

Bibo Bourgi a été interrogé sur Airport Bus Services (ABS), une société versée dans le patrimoine d’Alioune Samba Diassé, un des co-inculpés du ministre et fils de l'ancien président Abdoulaye Wade.

"Ce que je trouve désolant, c'est que quand je dis que les sociétés m'appartiennent, on dit qu'elles ne m'appartiennent pas et quand je dis qu'elles ne m'appartiennent pas, on veut me les attribuer à tout prix", a-t-déclaré.

Il dit être avec son frère, les actionnaires majoritaires de la société immobilière Harstand, démentant "toute complicité". Bourgi a de même assuré en être l'actionnaire majoritaire et avoir cédé 33% des actions à l'entrepreneur Bara Tall, en contrepartie de la réalisation de travaux de terrassement des terrains destinés à accueillir des immeubles.

Le prévenu a expliqué que la société AHS également lui appartient, en tant qu'actionnaire majoritaire, avec son frère et Pape Mamadou Pouye, niant toute implication de Karim Wade dans les transactions liées à cette société de droit sénégalais, filiale de Menzies Middle West Africa.

Pour ce qui est de BMC Capital, Bibo Bourgi a précisé être actionnaire d'une société qui est actionnaire de BMC Capital.

S'agissant d’ABS, le prévenu a dit qu'il n'avait pas participé à la constitution du capital de cette société dont il n'est pas non plus actionnaire. Selon lui, cette société appartiendrait à Alioune Samba Diassé, un de ses anciens employés à Bourgi Transit et à Power Gym.

L’interrogatoire d'Ibrahima Khalil Bourgi va se poursuivre jeudi avec les questions des avocats de la défense et des procureurs spéciaux.

Karim Wade, le principal prévenu, de même que l'ensemble des avocats de la défense, continuent de boycotter la salle d'audience, dénonçant "une parodie de justice".

Les administrateurs provisoires désignés pour gérer les sociétés mises en cause dans le cadre de la traque des biens présumés mal acquis seront également auditionnés le même jour par la CREI.

Karim Wade, Pape Mamadou Pouye et Alioune Samba Diassé sont poursuivis pour enrichissement illicite présumé portant sur 117 milliards de francs CFA.

Sont aussi poursuivis dans cette même affaire Ibrahima Khalil Bourgi, Pierre Agbobga, Mbaye Ndiaye et Vieux Aïdara. Ce dernier est en fuite.

APS






Hebergeur d'image