leral.net | S'informer en temps réel

Procès Karim Wade : La Lsdh dénonce les "maladresses" de la Crei

La Ligue sénégalaise des droits de l’Homme (LSDH) s’est érigée hier contre ce qu’elle appelle les “maladresses” de la CREI.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Février 2015 à 14:05 | | 10 commentaire(s)|

Procès Karim Wade : La Lsdh dénonce les "maladresses" de la Crei
Les propos tenus par le substitut du Procureur Antoine Diome soulignant l’abondance d’éléments à charge suffisants pour condamner Karim Wade est une maladresse, selon la Ligue sénégalaise des droits de l’Homme (LSDH).
Le secrétaire exécutif de l’organisation a regretté hier que de tels propos soient tenus avant que le verdict ne soit prononcé dans cette affaire.

“C’est une bourde dont on pouvait se passer dans ce procès car Antoine Diome présume de l’issue du procès. Un procureur ne dit pas ça. De manière générale, la CREI a été traversée par de telles maladresses et la Cour suprême a même eu à dénoncer cela lors de la rentrée des Cours et Tribunaux”, déclare le secrétaire exécutif de la LSDH, Alassane Seck.

Même son de cloche du côté de Me Assane Dioma Ndiaye qui souligne une constitution de partie civile de l’Etat du Sénégal et l’existence en même temps de la confiscation du montant supposé constituer l’enrichissement illicite au profit de la société. Le président de la LSDH décèle une confusion entre enrichissement illicite et détournement de denier public. Tout ceci suscite bien des interrogations de la part des Sénégalais.

La procédure pose problème, selon l’avocat défenseur des droits humains. Le souci ici, dit-il, n’est pas la culpabilité ou non. Il explique : “Nous aurions souhaité, du point de vue des règles de procédure et surtout en l’intérêt de la loi, qu’on ne déstructure pas notre système judiciaire et qu’on ne discrédite pas le système judiciaire sénégalais de façon générale.

”
Pour rappel, Antoine Diome a soutenu mardi dernier qu’il n’y “avait pas de possibilité que Karim Wade échappe à une condamnation”. Le substitut du Procureur spécial a évoqué des éléments à charge, suffisants pour faire condamner à une peine de prison ferme Wade-fils.

“Rien que les biens déclarés au nom de Karim Wade sont largement suffisants pour le déclarer coupable du délit d’enrichissement illicite. Il n’y a absolument pas de possibilité que Karim Wade échappe à une condamnation”, avait déclaré M. Diome.

“En termes d’éléments de preuves, nous avons même l’embarras du choix”, déclarait le substitut du Procureur.

EnQuête






Hebergeur d'image