leral.net | S'informer en temps réel

Procès de Karim Wade, le Juge n'est pas sage !


Rédigé par leral.net le Mercredi 21 Janvier 2015 à 07:13 | | 22 commentaire(s)|

Procès de Karim Wade, le Juge n'est pas sage !
Nous doutons que l'on puisse n' importe où sur cette terre protéger un être humain si ceux d'entre nous qui, désignés Présidents d'une Cour de Justice, se permettent de prendre des décisions basées sur leur propre opinion bien avant même l'entame du procès.

Encore une fois, Henry Grégoire Diop, le Président de la CREI, vient de démontrer son désir absolu de condamner Karim Wade sans preuve aucune car Macky SALL veut l’écarter de la scène politique pour avoir la possibilité d'un second mandat.

Rappelons-le, l'incarcération ne se limite pas seulement à priver seulement un individu de sa liberté et à le limiter dans ses actes et mouvements. Hormis la pression psychologique, la stigmatisation et la tentative d'humiliation, la détention a aussi pour objet de tenir l'individu à l'écart de la société. En plus de la société, de la vie politique en ce qui concerne Karim Wade.

Nous avons tous vu la façon dont le Président de la CREI vole au secours des témoins à charge, bafouant ainsi d'un revers de main la sagesse, l'éthique, la morale et la déontologie que requière sa profession.

Sans élégance aucune, sans gêne non plus, en carence d'éloquence, nous sommes tous surpris de constater que Henry Grégoire DIOP, dans son auguste Cour, manque également de savoir. De savoir être. De savoir faire. De savoir vivre. Bref, les fondamentaux requis de son métier pour être, ou ne pas être un bon Juge. C'est selon...

Pour se donner la peine d'exister et se donner la légitimité d'une Cour qui est elle-même illégale, Henry Grégoire Diop n'hésite pas à faire expulser de brillants avocats de la défense en pleine audience. Des avocat qu'il titille tous les jours. Le Président de la Cour ne les considère que très peu. Il leur parle très souvent sur un ton déplacé, celui d'un donneur de leçon, tout en les soumettant à une série de restrictions dans l'exercice de leur fonction.

Le Juge n'est pas sage !

Pire, dans ses grands airs déconvenus, l'homme n'hésite pas à s'en prendre à un prisonnier politique isolé il y a un bon moment, qu'il fait brutaliser, tout en jubilant et en jouissant de la grandeur de sa forfaiture. Il se croit fort. Il croit pouvoir et avoir réussi à humilier Karim WADE. Que nenni !

Karim Meissa Wade est bien plus fort et solide que toute cette Cour réunie. Il est innocent et reste très serein.


Karim Wade est fort de son expérience, y compris celle qu'il vit aujourd'hui. Karim est riche de l'injustice qu'il vit et de la façon violente et flagrante dont il la subit. Le pire est de la vivre. Le meilleur sera ce qu'il en fera.


Karim a raison de refuser de se présenter devant une Cour qui n'en est pas une. Il a eu tord de croire, dès le départ, que cette affaire était et resterait judiciaire, même avec un soubassement politique, et qu'il devait répondre à la CREI.

Continuer à prendre part à ce procès et à répondre à une Cour tyrannique qui tente de le malmener et qui l'a déjà condamné sans verdict, revient à donner du sens à l'existence même de la CREI et à cette farce judiciaire qui n'a que trop duré.

Le Président de la Cour est le premier à biaiser toute les conditions minimales requises au bon déroulement d'un procès équitable et au respect des droits de la défense.

Henry Grégoire Diop est un perturbateur, un troubleur d'audience !

La CREI ne peut pas continuer à détenir arbitrairement un innocent, en bafouant ses droits les plus élémentaires, sous prétexte qu'il a des millions de Sénégalais
qui le soutiennent et qu'il constitue à lui tout seul un trouble à l'ordre public, un trouble qui ne fera que persister, compte tenu de la sympathie que Karim continue de susciter tous les jours chez les Sénégalais.

Le Président de la Cour feint d'oublier que même en étant prisonnier politique, détenu de façon illégale et arbitraire, Karim Wade a des droits inhérents à sa personne, le droit au respect, à son intégrité physique et psychique, à la liberté idéologique et le droit d'accès à une justice équitable, ce que la Cour elle-même ne peut pas lui garantir.

Karim Wade que l'on tente d'humilier, qu'on a menotté et plaqué à terre pour le conduire à Henry Grégoire Diop est devenu un prisonnier politique très encombrant.

Continuer à le détenir en prison dans ces conditions fera mal. Très mal. Tenter de l'écraser fera encore beaucoup plus mal. Le mieux c'est de le juger et le réhabiliter. Faute de preuves, le laisser sortir. Pour le bien de la CREI. Pour le bien du Sénégal. Pour notre bien à nous tous.

La Cellule de Communication ASS-KaW






Hebergeur d'image