leral.net | S'informer en temps réel

Procès de Karim Wade ou mort politique de Macky Sall - Par Ansoumana Dione

Depuis l’ouverture, ce jeudi 31 juillet 2014, du Procès de Monsieur Karim WADE, accusé d’enrichissement illicite, le peuple sénégalais retient totalement son souffle en suivant avec autant d’intérêts, les activités s’opérant du côté du Palais de Justice de Dakar, devenu un haut lieu d’attraction, notamment pour la presse, dans son ensemble.


Rédigé par leral.net le Mardi 5 Août 2014 à 16:00 | | 3 commentaire(s)|

Procès de Karim Wade ou mort politique de Macky Sall - Par Ansoumana Dione
Aujourd’hui, malheureusement, pour de simples règlements de comptes pour ne pas dire acharnements contre le fils d’un ancien Chef d’Etat, Maître Abdoulaye WADE, le régime du Président Macky SALL veut inutilement faire de cette personnalité, un problème des populations qui s’attendent plutôt impatiemment encore à des solutions, à leurs problèmes surtout dans les domaines de l’agriculture, l’élevage, la pêche, sans oublier l’éducation et le chômage des jeunes, en particulier.

En vérité, c’est sur ces questions essentielles que les autorités actuelles devaient mieux s’appesantir quand bien même nous sommes dans un système de séparation des pouvoirs, avec une justice apparemment libre et indépendante. D’ailleurs, même si par extraordinaire, ce procès aboutissait ou parvenait à faire rapatrier les fonds supposés détournés par le tout puissant ex-Ministre Karim WADE, les sénégalais ne seront pas satisfaits du Président Macky SALL qui ne sera jugé que par rapport aux réponses qu’il devra apporter à nos préoccupations qui, faut-il le préciser, sont trop loin de ces biens dits mal acquis.

Justement, combien sont-ils les dignitaires qui se sont enrichis de façon illicite sur le dos du pauvre contribuable, de Léopold Sédar SENGHOR jusqu’à Macky SALL, en passant par Abdou DIOUF et Abdoulaye WADE ? Où sont passés les autres grands pilleurs de la République dont l’ex-Ministre Madame Awa N’DIAYE, devenue tristement célèbre à cause de ses surfacturations, décriées à l’époque par l’ensemble des forces vives de la Nation ?

Malheureusement, avec ce procès de Karim WADE, c’est la volonté du Gouvernement du Premier Ministre Mouhamed DIONNE, de mettre les sénégalais au travail, qui en prend un sacré coup, puisque tout le monde reste suspendu depuis lors aux informations relatives aux plaidoiries et autres batailles juridiques auxquelles s’offrent, sans merci, les nombreux Avocats de chacun des deux parties. En fait, même le Président Macky SALL n’est pas épargné de cette triste réalité, si l’on sait à quel point il s’intéresse au sort qui devra être réservé au fils de son prédécesseur, accusé, non pas de détournement de deniers publics mais, pour enrichissement illicite dont il ne serait pas le seul, si sa culpabilité est bien sûr avérée, puisqu’ils sont nombreux dans ce pays sans être pourtant inquiétés.

Et, c’est cela que le peuple ne pourra pas du tout accepter, une justice à plusieurs vitesses qui constitue une véritable source de désordres institutionnelles, d’instabilité au plan politique, auxquels notre cher pays risque de connaitre au détriment de son développement socio-économique. C’est pourquoi, les autorités actuelles ont surtout intérêt à se montrer beaucoup plus conséquentes avec elles mêmes en poursuivant, pourquoi pas en même temps, tous les présumés voleurs de milliards, comme cela se fait avec les autres associations de malfaiteurs, croupissant dans les prisons sénégalaises. De toutes les façons, le peuple, lui, reconnait déjà ceux ou celles là qui, dans un passé très récent n’avait même pas de compte bancaire, et aujourd’hui roulent avec des véhicules et vivent dans des villas excessivement chères.

Tout cela, pour dire, en quelque sorte, que le Chef de l’Etat Macky SALL, avec ce procès dont on ne dénigre pas la tenue, vu son importance car devant amener le régime en place à mettre tout le monde sur les mêmes pieds, concernant notre justice, est parti pour creuser sa propre tombe, en signant inévitablement ainsi sa mort politique et je pense qu’il doit en être très conscient. Quelque soit le verdict qui y sera prononcé, il ne s’en sortira pas victorieux et gars également à son Gouvernement au cas où ce procès accouche d’une sourie, ce que les sénégalais n’admettront jamais non plus, au vu de tout ce qui aurait été dit sur cette affaire. Néanmoins, ce sera dame justice et le peuple qui y gagneront évidemment si les carottes parvenait à être cuites pour Karim WADE.

Enfin, soyons précis, nous ne sommes pas contre l’organisation de ce procès, seulement nous regrettons énormément le fait qu’il soit le seul présentement à être attrait à la barre au moment ou les autres présumés vaquent librement à leurs occupations. Aussi, nous exigeons une justice équitable, dans le respect total des droits de chaque partie, ce que la Cours de répression d’enrichissement illicite (Crei) ne garantit pas malheureusement, vu les dispositions qui ne permettent pas aux accusés de faire appel en cas de condamnations, contrairement à l’Etat du Sénégalais. En voici des irrégularités que notre justice devait d’abord réparer avant de s’élancer dans ce marathon qui, en tout cas, est parti pour perdurer selon certains spécialistes du droit.

Rufisque, le 05 août 2014

Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)






Hebergeur d'image