leral.net | S'informer en temps réel

Production pétrolière: en juin, l’OPEP a battu son record de l’année

En juin, la production pétrolière de l’Opep a battu son record de l’année. Selon une enquête réalisée par Reuters à partir de la contribution des sources secondaires, la production pétrolière de l’Opep, pour le mois de juin 2017, a atteint 32,72 millions de barils par jour.


Rédigé par leral.net le Mardi 4 Juillet 2017 à 11:48 | | 0 commentaire(s)|

Cette production est la plus grande quantité mise sur le marché par les pays membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) depuis le début de l’année en cours ; «son plus haut niveau depuis le début de l’année et cela représente une adhésion de 92%, à l’accord de Vienne. Le mois précédent, les pays membres du cartel y ont adhéré à 95%», explique le document repris par Ecofin.

Comme pour le mois de mai passé, les nouveaux chiffres de la production sont portés par une amélioration de l’approvisionnement nigérian et libyen, les deux membres de l’organisation ayant bénéficié d’une exemption de réduction de la production. Selon l’enquête, au terme du mois de juin, la plus forte hausse est venue du Nigéria qui devrait enregistrer une augmentation significative des volumes extraits pendant les prochaines semaines.

Ce qui fait que le Nigéria va retrouver sa place de plus grand exportateur de pétrole en Afrique, en juillet. En fait, le pays va exporter 1,84 million de barils chaque jour pendant le mois.

Prix toujours faible du baril

Outre, le Nigéria et la Libye, l’Arabie Saoudite a augmenté de 40 000 b/j le débit de ses robinets d’or noir. Le 21 juin, cette surabondance de l’offre a porté le baril de WTI à 43,23 dollars sur le NYSE, son plus bas niveau depuis août 2016.

Malheureusement, l’offre de l’Opep risque de franchir de nouveaux records en juillet, car la demande est pressentie pour augmenter pendant l’été et les producteurs voudront en profiter. De plus, aucune rencontre n’est prévue à ce jour pour appliquer un quota de réduction à ces deux pays.

Contrat pétrolier en Gambie 

Le gouvernement approuve l’acquisition par Far Ltd, de 80% des parts sur les blocs A2 et A5 adjacents aux périmètres sénégalais

Ce lundi, le gouvernement gambien a approuvé la cession par Erin Energy, de 80% de ses parts sur les blocs offshore A2 et A5, à Far Ltd. Ces blocs sont adjacents aux périmètres sénégalais détenus par la même société. Le contrat a été conclu, le 27 mars dernier, au terme d’un accord d’amodiation qui permet désormais à Erin, de conserver 20% sur ces licences.

Selon le communiqué, les deux blocs étant adjacents aux périmètres contrôlés par Far dans les eaux sénégalaises, l’opération élargit l’empreinte de la firme australienne dans le bassin sédimentaire MSGBC (Mauritanie, Sénégal, Gambie, Bissau, Guinée Conakry), et en fait l’un des acteurs principaux.

Logés à une profondeur d’eau allant de 50 à 1 200 m, A2 et A5 sont également situés le long de la tendance SNE du Sénégal qui a vu la découverte de nombreuses réserves de classe mondiale. En outre, selon les termes de l’accord, Far devra investir jusqu’à 8 millions de dollars soit plus de 4 milliards de francs Cfa dans le forage d’un puits d’exploration avant la fin de l’année prochaine. Cette année, des relevés sismiques 3D sont pour définir de nouveaux prospects.

Selon des études réalisées par Erin Energy, les ressources prospectives sur les deux sites qui couvrent 2 682 km², sont d’environ 1 milliard de barils d’huile. «Far est reconnaissant envers le gouvernement gambien, d’avoir reçu son approbation concernant l’amodiation avec Erin Energy. Nous envisageons désormais de travailler ensemble avec le gouvernement et notre partenaire Erin Energy pour réussir l’exploration de ces deux blocs hautement prospectifs», a affirmé Cath Norman, la patronne de Far.


Les Echos








Hebergeur d'image


Hebergeur d'image