leral.net | S'informer en temps réel

Projet Sen Huile Sen Ethanol dans la Communauté rurale de GNITH, un deuxième Fanaye en gestation

Les jeunes de la Communauté rurale de Gnith qui travaillent comme ouvriers au niveau du projet Sen huile Sen Ethanol, vivent un calvaire extrême qui risque de déboucher sur une situation dramatique, pire que celle de Fayane.


Rédigé par leral.net le Samedi 1 Juin 2013 à 23:46 | | 0 commentaire(s)|

Projet Sen Huile Sen Ethanol dans la Communauté rurale de GNITH, un deuxième Fanaye en gestation
Selon des sources proches du camp des jeunes ouvriers walo-walo qui promettent de mettre à notre disposition des vidéos hallucinantes sur leurs conditions inhumaines de travail, leur calvaire coïncide avec la prise de service de monsieur Ibrahima Sow qui fait office d’organisateur du chantier et de sergent recruteur.
Monsieur Sow, ex-agent de la CSS et responsable des jeunes cadres APR du Département de Dagana est un protégé de l’homme d’affaires Arona Dia très proche du Président Macky Sall.
Depuis sa prise de service, les recrutements sont orientés et les recrutés qui viennent en majorité de Richard Toll occupent les meilleurs postes. Présentement, selon nos mêmes sources, une dizaine de pointeurs issus de cette localité sont en formation sur les lieux !

Selon un ouvrier trouvé sur les lieux, les autochtones ne sont commis que pour des tâches de cultivateurs, pour de longues journées de dure labeur qui débutent à 08 Heures pour se terminer à 17 Heures avec une pause d’une heure sous le soleil ardent pour un maigre salaire de 3000 F Cfa par jour. Et gare à celui qui vient travailler sans son ravitaillement en eau en bandoulière. Et pire, le traitement des terres par les appareils volants se passent très souvent au moment ou les ouvriers sont en œuvre sur le terrain. Ce qui peut engendrer des conséquences néfastes pour leur santé.

Par ailleurs, les journaliers restent trois à quatre semaines sans être payés et le site est très souvent sous haute surveillance de la gendarmerie pour veiller comme du lait sur le feu ce volcan dormant qu’est ce projet qui tarde à vraiment à décoller.

Les jeunes ouvriers regroupés au sein d’un collectif très organisés ont décidé de prendre leurs responsabilités pour faire face, comme disent-ils, les autorités locales semblent de désintéresser royalement de leur combat de vie ou de mort.

Cette situation catastrophique mérite d’être portée à la connaissance des plus hautes autorités du pays, pour éviter à notre cher Sénégal un deuxième Fanaye.

Tamsir Thiafour GUEYE
Correspondant permanent du site Actu24 dans le Département de Dagana






Hebergeur d'image