leral.net | S'informer en temps réel

Prolongement de la guégerre parlementaire : Abdou Mbow accuse, Aida Mbodj récuse

Après les contestations, place aux accusations. Le porte-parole adjoint de l’Alliance pour la République (Apr), Abdou Mbow, a accusé son collègue Aïda Mbodj du Pds de tentative de transhumance. Répliquant, la présidente de l’autre groupe parlementaire, non reconnu, des libéraux dément et dénonce la main invisible de la mouvance présidentielle.


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Octobre 2015 à 10:06 | | 7 commentaire(s)|

La bataille entre l’opposition et le pouvoir semble prendre une autre tournure, selon nos confrères de Grand-Place. Après des attaques sur fond d’agression physique entre parlementaires, cette fois-ci, d’autres accusations, très graves, ont été lancées à l’égard du député du Pds, Aïda Mbodj, évincée par le frondeur en chef, Modou Diagne Fada au poste de président de Groupe parlementaire des « Libéraux et Démocrates ». Devant une Aïda Mbodj qui a opté pour un radicalisme bouleversant face au régime du Président Macky Sall, le porte-parole adjoint de l’Alliance pour la République (Apr), Abdou Mbow, n’a pas hésité à révéler que la présidente du Conseil départemental de Bambey a tenté de transhumer vers la majorité avant de buter sur le refus catégorique du chef de l’Etat.

« Elle a fait le pied de grue devant les portes de l’Apr. Mais, le président de la République n’a pas voulu d’elle », a révélé Abdou Mbow dans une déclaration. Une manière pour le député « apériste » d’expliquer les raisons de la radicalisation de la candidate déchue de Me Wade à la présidence du Groupe parlementaire des « Libéraux et Démocrates ».

Réagissant aux accusations faites par le porte-parole adjoint de l’Apr, la responsable libérale de Bambey n’y est pas allée par quatre chemins pour démentir en bloc de telles allégations qu’elle juge mensongères avant d’indexer le pouvoir comme étant l’instigateur. « Abdou Mbow ne mérite pas son mandat de député car un représentant du peuple ne peut pas se permettre de mentir de la sorte », a démenti Aïda Mbodji, accusant la majorité accusant présidentielle de chercher, selon elle, à décrédibiliser l’opposition. « Cela ne m’étonne pas parce que venant du pouvoir qui ne sait plus avec quel pied danser. Tout ce qui reste, c’est de mentir au sujet des opposants », rétorque-t-elle.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image