leral.net | S'informer en temps réel

Quand notre opposition nous déçoit dans ses postures ! - Par Mohamed Ly


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Février 2016 à 13:41 | | 12 commentaire(s)|

Dans une démocratie mature, les opposants doivent répondre à l'appel du pouvoir. Ce n'est pas une demande c'est une "obligation" ! Ne me dites pas que Macky Sall et Oumar Sarr ou que Macky Sall et Idrissa Seck, Diop Decroix ou un autre chef de parti de l'opposition ont plus de différends qu'en ont par exemple en France François Hollande et Marine le Pen ! Ou Hollande et Sarkozy dont l'animosité est connue !

Je suis plus à l'aise de pousser ce cri d’indignation, de réitérer cette demande de dialogue dans notre pays que j'ai fait partie de ceux qui ont demandé de façon audible dans des articles que les opposants soient consultés par le pouvoir à d’autres occasions:
- sur l'envoi des troupes hors du Sénégal
- sur la réforme des institutions (depuis plus d'un an je n’arrête pas de faire la demande de ce dialogue par tous les canaux qui me sont offerts)
- sur les réformes: éducation, enseignement supérieur etc.

En social-démocrate assumé, je ne trouve pas normal qu'une opposition refuse d'aller répondre à l'autorité qu'est le Président de la République ! C'est une faute politique de dire "Non" à cet appel. Ils peuvent et doivent y aller même si c'est pour dire « Non à la tenue du référendum » ou « Non au contenu du référendum » et faire avancer le débat. Surtout nous attendons de ce camp du « Non » d’y aller avec des propositions pertinentes et consolidantes. Je nourris toujours un espoir qu’ils puissent être entendus sur certaines questions. S'ils ont "leur vérité" le Président est l’autorité la plus habilitée à les entendre. Ce qu’ils oublient, c’est qu’en face de cette situation favorable, le peuple attend de l’opposition que celle-ci joue son rôle de proposition, de persuasion. Un rôle républicain auquel ils ne peuvent se dérober. Le temps de la radicalisation n’est jamais trop tard.

Notre pays n'a jamais été en guerre pour que ses fils refusent de se parler formellement, dans les cadres adéquats de la République. Le Sénégal ne mérite pas ce sabotage organisé en règle. De l'étranger où on regarde ce qui se passe chez nous, c'est à se demander si nos leaders politiques sont responsables et sérieux !

Autant je n'ai pas été tendre avec le pouvoir quand l'opposition n'est pas associée à certaine question primordiale de la vie de la Nation et j'en ai fait maintes fois l'appel solennel, autant je me désole quand celle-ci refuse l'appel de notre Chef d’État ! Et cela quel que soit le contexte et les enjeux politiciens! En ce qui me concerne chers compatriotes, cette position n'est pas un jeu d’équilibre, mais une conviction forte !

Nous avons hérité d'un pays où le dialogue et la compétition politique ont réglé toutes les crises majeures et on reste une exception en Afrique par l'absence de guerre civile et de conflits majeurs qui auraient rendu le pays ingouvernable. On a l'obligation de sauvegarder cet acquis chers compatriotes !

C'est mieux que d'entendre dire un ancien Premier Ministre «Ce que je veux, c'est que Macky quitte la tête de mon pays» toujours et encore la fameuse « idéologie majoritaire » de nos oppositions qui se succèdent, le " Ôtes toi de là que je m'y mette ! ".

Est-il besoin, par esprit républicain, de rappeler que l’arrivée du Président au pouvoir n’a jamais été une usurpation chez nous pour que de telles déclarations agressant notre choix souverain nous soient proférées effrontément à longueur de mandat par des leaders politiques pressés ? Quel que soit nos différends et nos différences politiques l’esprit républicain ne devrait pas nous quitter.

Le Sénégal mérite mieux, il arrive qu'on pense que ce sont nos politiciens qui ne nous méritent pas hélas !

Mohamed Ly, Président Ipode








Hebergeur d'image