Leral.net | S'informer en temps réel



Quatre soldats français tués en Afghanistan

le 11 Juin 2012 à 10:31 | Lu 894 fois

Il y a en outre cinq blessés, dont trois graves, dans les rangs français. Les talibans ont revendiqué l'opération. Le ministre de la Défense se rend sur place dès dimanche.


Quatre soldats français tués en Afghanistan
Quatre soldats français ont été tués ce samedi matin dans la province afghane de la Kapissa (est de l'Afghanistan) lors d'une attaque d'insurgés, ont indiqué dans un premier temps l'Otan et la police afghane. L'information a ensuite été confirmée par l'Élysée qui a précisé qu'il y avait également cinq blessés, dont trois graves. Les victimes appartiennent «au 40e régiment d'artillerie de Suippes (Marne) et du 1er Groupement inter-armées des actions civilo-militaires de Lyon», a ajouté la présidence de la République.

«À travers ce drame c'est toute la France qui est touchée aujourd'hui», a déclaré François Hollande, qui s'associe «avec la plus vive émotion à la douleur des familles». Le chef de l'État a demandé au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de se rendre sur place dès dimanche.

Selon le porte-parole de la police en Kapissa, Ahmad Ahmadzaï, l'attaque s'est produite «contre un convoi de troupes françaises» dans le district de Nijrab. Ce dernier indique qu'en outre trois civils afghans ont été blessés.

Selon les éléments communiqués par les autorités afghanes, l'attaque a été perpétrée par un homme, «déguisé en femme portant la burqa», qui s'est «approché des troupes françaises qui patrouillaient». Il aurait alors déclenché un engin explosif qu'il portait sur lui. Selon l'agence Reuters, l'attaque a été revendiquée par les talibans.

» Le constat d'échec de dix ans de stratégies successives


La dernière attaque en date contre des soldats français avait eu lieu à Taqab, non loin de Nijrab, lieu de l'attaque de ce samedi 9 juin.
Fin mai, François Hollande s'était rendu en Afghanistan visiter les troupes françaises présentes dans le pays et expliquer le retrait. Il avait indiqué que ce retrait des troupes françaises se ferait de manière «ordonnée» et «coordonnée» avec les alliés de la coalition de l'Otan d'ici à la fin de l'année.

La dernière attaque meurtrière contre des troupes françaises en Afghanistan remonte au mois de janvier dernier où là encore quatre soldats avaient été tués dans la Kapissa. L'ex-chef de l'État, Nicolas Sarkozy, avait alors annoncé la suspension des opérations de formation et d'aide au combat de l'armée française. Un soldat afghan étant impliqué dans cette attaque: il avait tiré sur les Français alors que ceux-ci étaient désarmés et en train de courir.

Quatre-vingt-sept soldats français sont morts en Afghanistan depuis le début du déploiement de la force multinationale fin 2001. Fin janvier, la France comptait 3600 soldats sur place, principalement à Kaboul et dans l'est du pays.

L'UMP a condamné cet attentat le qualifiant «d'acte de barbarisme». «L'UMP condamne cet acte de barbarisme sans nom: rien n'est plus odieux et plus lâche qu'un attentat kamikaze», déclare dans un communiqué le secrétaire général du parti, Jean-François Copé. L'attentat a été revendiqué par les talibans.

Pour Martine Aubry, première secrétaire du PS, «c'est une nouvelle tragédie qui endeuille toute la France. Le président de la République a su trouver les mots justes pour exprimer le soutien du peuple français aux familles des victimes et à leurs proches et pour dire toute notre admiration devant le courage de notre armée.(...) La France doit se rassembler dans l'hommage national décidé par le président de la République».

«La France vient de perdre quatre nouveaux fils dans l'absurde guerre d'Afghanistan. (...) La guerre d'Afghanistan aura taché de sang le drapeau français. Il n'est pas admissible que l'UMP et le PS depuis des années refusent le retrait que nous réclamons, et François Hollande ne tient pas sa promesse de campagne, ne prévoyant qu'un départ partiel de nos troupes fin 2012. C'est dans les semaines et les mois qui viennent qu'il faut agir, en nous retirant intégralement de cette guerre sans but ni stratégie», a déclaré Marine Le Pen, présidente du Front national.


Par lefigaro.fr


Plus de Télé
< >