leral.net | S'informer en temps réel

Que l’on ne pointe pas un pistolet sur la tempe du peuple sénégalais ! - Par Alioune Badara Niang


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Février 2015 à 16:10 | | 0 commentaire(s)|

Que l’on ne pointe pas un pistolet sur la tempe du peuple sénégalais ! - Par Alioune Badara Niang
On le constate déjà. Certains jours font vivre en accéléré ce qui jusque-là semblait serpenter mollement. Et sans surprise, toute la scène est dominée par les ringards opposants au régime du Président Sall qui se partagent le ministère du verbe, dépassés qu’ils sont par les évolutions du Sénégal qui n’est plus le leur. Ils ont un autre passeport en poche. Tous !

On a bien vu que leur salmigondis de chantage benoît depuis que le parquet spécial de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a décidé de condamner le fils de l’ancien Président de la République et de ses co-accusés à 7 ans de prison et une amende de 250 milliards FCFA, ressemble à un minestrone où l'on aurait jeté plein d’éléments hétéroclites ou bien même à une bouillie glauque qui nous est instillée comme un gavage sans fin depuis des semaines. En langage clair, le verdict de la Crei sera le phénomène déclencheur pour que le volcan se déchaîne. Quelle délicatesse !

Le ton est donné ! Il est assez puéril d'entendre le Parti Démocratique Sénégalais et ses Alliés de ce piètre machin pour la défense de la « rue publique », pousser des cris d'orfraie avec des inepties du genre : « Si on condamne Karim Wade, on verra au Sénégal ce qu’on n’a jamais vu ». Aussi qu’Abdoulaye Wade, qui n’a pas besoin de se grimer pour être un clown, traite son successeur en des termes blessants : « Macky Sall est un descendant d’esclaves… ses parents mangeaient de la chair humaine». Quelle hauteur ! Incroyables propos ! Il faut avoir des oreilles en acier doublé de plomb, pour supporter une pareille invective. Il devrait répondre du pourquoi du comment de ses propos, même s'il est déjà trop tard et que le mal est déjà fait ! On ne peut bien évidemment tolérer, et ceci pour la pérennité d'une démocratie, qu'une attitude partisane, affective (le sort de son fils), serve à justifier ses attaques, agressions ou abus !

Peut-être que les Sénégalais avaient oublié le caractère, avaient oublié l'homme, ce qui est sa violence, sa brutalité, son culot inouï. Ça leur rappelle aujourd'hui. Il ne lutte pas contre la politique de Macky Sall, en tout cas dans les mots, il lutte contre Macky Sall lui-même. Il faut d'urgence qu’Abdoulaye Wade se regarde dans un miroir. Dans un miroir, il verra le seul responsable de son échec, de l'échec d'hier, et probablement de demain.

J’ai toujours soutenu que le pire des arguments est celui qui prétend qu’on peut évoquer le respect de la vieillesse et s'en servir comme une excuse à des absurdités définitives comme celles que nous sert depuis un moment Abdoulaye Wade. Cet olibrius ne mérite ni respect, ni considération. Ce qui m'inquiète, c'est cette utilisation du terme « anthropophage », qui fait penser furieusement à « stigmatisation » qui est inconnu de notre culture, de nos traditions. Lamentable !

C’est à croire que ces aigris de tout poil, éblouis par on ne sait quelle obsession morbide, ont perdu toute lucidité et sont soudainement devenus des sujets dépressifs ayant un mauvais rapport avec la réalité. A vrai dire même, ils ont leur place, non pas au sein de la société, mais plutôt dans un asile psychiatrique où échouent des sujets présentant de telles pathologies, c'est-à-dire un désordre psychique. Et leur menace de faire vivre au Sénégal une situation qu'il n'a jamais vécue si le « fils de » venait à être condamné, sonne en substance comme un affrontement frontal avec le pouvoir en place mais aussi comme un pistolet mis sur la tempe du peuple.

Tous les cons et leurs conneries sont lâchés mais la justice n’est pas un théâtre, encore moins une pantomime même si le théâtre de ces cons n’est pas comique. Après quinze (15) mois d’enquête et sept (7) mois de procès, la Crei rendra son verdict en toute liberté et surtout en toute indépendance. Celui-ci peut être pour la relaxe du prévenu ou tout simplement pour sa condamnation. Voilà qui est suffisant pour que ces pourfendeurs comparables à des bêtes sauvages dépouillées de toute raison et donc prêts au suicide suprême, comprennent enfin qu’aucune pression politique ne peut s’exercer sur des juges, que seule la règle de droit les lie.

La meute s’acharne contre ce tribunal, tout cela parce que l’accusé porte le nom de « Wade », donc ne peut être coupable ! Aussi un procès « politique » car Macky Sall chercherait à écarter un sérieux concurrent de la présidentielle de 2017 ? Mon œil ! Bien maigres arguments tout ça. Faut arrêter d’halluciner à un moment car ces amalgames grossiers ne correspondent pas à la réalité. Le prévenu a eu sous le magistère de son voyoucrate de père, à occuper des postes de responsabilités au cœur de l’Etat, contrôlant le ciel et la terre par moment et j’en laisse. Lorsque l’on accepte de grandes responsabilités, il faut les assumer. Quelque soit le verdict de la Crei, ce procès garantit aux Sénégalais la fin de l’impunité dans ce pays. Et c’est le plus important.

Maintenant, faute d’arguments plausibles, il ne reste plus à Abdoulaye Wade et Cie, que la provocation et à faire le clown pour exister auprès des médias qui les utilisent pour le spectacle. A leur âge ! C’est d’autant plus exact que l’essentiel de ce qu’ils disent est devenu inaudible. De discours en discours, de dérapage en dérapage, finiront-ils par oublier les valeurs de la République dans lesquelles ils sont si prompts à se draper ?

Dans le même temps, ne demandons pas à ces petites gens de se souvenir de leurs propres sottises. Durant leur règne, les Sénégalais ont subi suffisamment de maux qu’ils n’ont pas besoin de mots qui les desservent et qui ne font pas avancer le «schmilblick ». Quant aux invectives et aux insultes, elles sont inacceptables car non seulement elles ne représentent en rien des arguments mais en plus elles donnent le signal que tout est permis alors qu’il s’agit d’une forme d’intimidation, d’harcèlement dans un pur registre populiste. Mais c’est sans frais car leur rhétorique emprunte les réflexes de la société du zapping : conserver l'attention mais pas plus de sept minutes.

D’ailleurs, ils constatent que leurs bavardages convenus derrière le petit écran ou devant le micro ont moins de prise sur l’opinion que le moindre solo du Président Macky Sall. En quelque sorte, il les néantise. Totalement ! Il a fallu attendre son arrivée au pouvoir pour que ce qui aurait dû être réalisé en plus de quarante ans connaisse une matérialisation bien qu’avec des fortunes diverses. C’est donc dire qu’en trois (3) ans de magistère, Macky Sall, qu’on n’aime pas sa tronche ou pas, a fait du chemin. Ne pas le reconnaitre serait faire preuve d’une malhonnêteté intellectuelle. Sa présente tournée économique dans le sud du Pays montre bien qu’il a une longueur d’avance et surtout émerge du lot. N’en déplaise à ceux-là qui voient la politique partout et en tout.

Pour ses détracteurs du Président Sall, il est clair que l’irresponsabilité, l’inculture et l’amateurisme sont leurs principaux traits de caractère, mais nous étions loin d’imaginer qu’ils pourraient aller jusqu’à menacer ce pays de chaos social, d’anarchie, voire même d’ingouvernabilité tout bonnement, au nom de leurs projets nombrilistes. Il est vrai que la fin justifie les moyens mais de là à prédire l’apocalypse, c’est à mon sens impensable pour des gens qui caressent le rêve de (re)diriger ce pays. Mais peut–on attendre mieux d'une horde de roublards qui n'a d'autres desseins que de voir ce pays brûler ? Assurément non.

C’est honteux de penser à remettre autant en doute une décision de justice pour la simple raison que le prévenu s’appelle Karim Wade. D’ailleurs, n’a-t-il pas finalement fait le lit de ce qui lui arrive aujourd'hui? Karim pire qu’Ali baba ? Espérons que ce triste Sire ne sera jamais élu président. Après son père, ça ferait beaucoup. Les voleurs de pommes qui vont en taule pour des peccadilles apprécieront Le 23 Mars prochain !

aliounebadaraniangjunior@gmail.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image