leral.net | S'informer en temps réel

Que mijotent les avocats de l'Etat du Sénégal dans l'affaire Karim Wade ?

Alors que Karim Wade est déjà condamné dans le cadre d’une affaire d’ « enrichissement illicite » et purge tranquillement ( ?) sa peine de six ans d’emprisonnement, les avocats de l’Etat du Sénégal ont encore visiblement un autre tour dans leur cartable.


Rédigé par leral.net le Dimanche 31 Janvier 2016 à 11:19 | | 1 commentaire(s)|

Que mijotent les avocats de l'Etat du Sénégal dans l'affaire Karim Wade ?
En effet, ils ont convoqué la presse internationale et sénégalaise à Paris, le mardi 8 mars à 11 heures, au 15 rue Beaujon (Salle Grande Armée NCI Wagram), dans le 8e arrondissement de la capitale française.

Signe que l’Etat du Sénégal a quelque chose de très important à dire dans ce dossier judiciaire qui tient le pays en haleine depuis quatre ans, c’est la cellule de communication en France du président du Sénégal, Macky Sall, qui est à la manœuvre pour cette contre-offensive médiatique internationale.

Sur l’invitation envoyée à la presse par le bureau dirigée par Patricia Balme, aucune indication sur la nature des éléments que le pool d’avocats va délivrer, encore moins le motif de cette conférence de presse. « L’enrichissement illicite de Karim Wade », précise tout simplement le document.

Toujours est-il que, pour l’occasion, les principales têtes brulées du pool d’avocats de l’Etat du Sénégal seront là pour répondre aux journalistes.

Il s’agit de Maître Simon NDIAYE, Maître William BOURDON, Monsieur le bâtonnier Félix SOW Monsieur Antoine DIOME, Agent judiciaire de l’Etat du Sénégal.

Coïncidence pour coïncidence, cette contre- offensive médiatique de l’Etat sur le dossier de Karim Wade intervient au moment où l’opposition et la société civile ont uni leurs forces pour battre campagne pour le « non » au référendum du 20 mars sur le projet constitutionnel de Macky Sall.

Alors, plusieurs questions se posent :

L’Etat du Sénégal veut-il réagir (une nouvelle fois) à la sortie de fin janvier des experts des Nations unis qui confirmaient le caractère « arbitraire » de la détention préventive de Karim Wade ? Si oui, pourquoi attendre plus d’un mois après pour le faire ? Sinon, quelle bombe médiatique les avocats de l’Etat du Sénégal s'apprêtent-ils à larguer sur le prisonnier Karim Wade ? Et si c’était tentative de diversion de l’opinion, à une période où Macky Sall fait objets de vives critiques suite à son renoncement à la réduction de son mandat en cours ? Quelles nouvelles informations Me Ndiaye et cie vont-ils apporter?

Avec afriqueconnection.com







Hebergeur d'image





Hebergeur d'image