leral.net | S'informer en temps réel

Question citoyenne à M. le Ministre de l’Intérieur, M. Abdoulaye Daouda Diallo (Par Dr. Pape Chérif Bertrand Bassène)


Rédigé par leral.net le Mardi 20 Juin 2017 à 10:11 | | 0 commentaire(s)|


M. Le Ministre de l'intérieur,

Le 04 Juin 2017, le Président de l'Alliance Citoyenne pour le Travail et leader de la coalition JOYYANTI M. Abdoul Mbaye, avait communiqué autour d’un de ses engagements politiques pour le Sénégal dans une réflexion intitulée "ELECTIONS : CE QU’IL FAUDRA CHANGER".

Dans ledit texte qui s’intéressait aux services publics et le Ministère de l’Intérieur en particulier, il rendait "compte à quel point notre administration se mettait parfois en retard de son propre progrès".

Vraisemblablement, son message n'a pas été entièrement saisi par vos services qui viennent, M. le Ministre de l’Intérieur, d’enfreindre la loi n° 2008-12 du 25 janvier 2008 portant sur la Protection des données à caractère personnel.

En effet, Monsieur le Ministre, le 14 juin 2017, nombreux sont les Sénégalais qui ont constaté que sur la plateforme de la Direction Générale des Elections (http://www.dge.sn/document.html ), vos agents ont divulgué les données personnelles des citoyens, dont la seule erreur serait peut-être d'avoir accepté d'être fiché par l'Etat dans le cadre précis du renouvellement du fichier électoral et de la confection des nouvelles cartes biométriques de la CEDEAO.

Mais les Sénégalais s'imaginaient moins que les renseignements relatifs à leurs nouvelles cartes d’électeurs et d’identités, allaient être distribués gratuitement sur le net.

Monsieur le Ministre, les électeurs sénégalais doutaient de votre capacité à organiser des élections législatives claires et transparentes, voici que cette violation de la loi vient démontrer que vous faites preuve de manque de vigilance à leur égard.

Ainsi, n'importe quel individu peut accéder à une quantité non-négligeable d'informations identitaires des Sénégalais alors même qu’il est toujours question de lutte contre la criminalité et qu'il faut s'identifier pour obtenir un numéro de téléphone portable par exemple.

Désormais, n'importe quel individu malintentionné peut facilement usurper l'identité de millions de Sénégalais sur le net pour franchir cette mesure sécuritaire.
Monsieur le Ministre, le Sénégal s’est doté depuis 2009, d’une Commission des Données Personnelles (CDP).

Tandis que SEM le Président Macky Sall promettait d'encourager activement la sensibilisation sur les problèmes de la confidentialité en ligne, de la protection de la vie privée et plus généralement, de celle des données personnelles des consommateurs. Ainsi, de cette promesse, voilà où nous en sommes arrivés !

Alors nous voudrions savoir si, en raison de la spécificité de la matière, vous avez respecté les mesures d’application de la loi n° 2008-12 à la loi instituant la carte nationale d’identité numérisée de la CEDEAO et carte d’électeur ? Quelles sont ces mesures M. le Ministre ?

Avez-vous travaillé avec la CDP et quelle est la place du Plan Sénégal Numérique dans votre ministère, relativement aux mesures de sécurité disponibles et les mieux adaptées pour assurer le respect des renseignements confidentiels obtenus dans l'exercice de vos activités d’organisateur des élections ?

Monsieur le Ministre, nous persistons, il y a violation de la loi. Par souci de transparence, pouvez-vous dire aux Sénégalais où se situe la responsabilité dans la divulgation de ces données confidentielles sur le net, quelles en sont les conséquences, si vous voulez que les électeurs vous fassent confiance ?
Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le MINT, notre plus profonde considération.
 
Dr. Pape Chérif Bertrand Bassène, Akandijack
Cellule des Cadres de l'Alliance Citoyenne pour le Travail  










Hebergeur d'image