leral.net | S'informer en temps réel

Questions à Abdoul Mbaye - Par El Malick Seck


Rédigé par leral.net le Lundi 22 Août 2016 à 11:30 | | 45 commentaire(s)|

Questions à Abdoul Mbaye - Par El Malick Seck
Puisqu’il ne se fatigue pas de surfer sur Internet et d’envoyer des courriels et lettres partout pour dénoncer des scandales qui n’existent que dans sa tête, je reviens cette fois trouver monsieur l’ancien premier ministre sur son propre terrain et lui poser bien des questions sur des affaires où son nouveau manteau d’homme politique l’oblige à rendre compte ;

1-Monsieur Mbaye, sous le régime du président Wade, vous et votre frère, Cheikh Tidiane vous aviez écrit au président de la République pour lui demander l’octroi d’un terrain de près 4000M2 sur les bords de la Corniche à Dakar, près de la prison du Cap Manuel. Vous avez à l’époque stipulé dans la lettre que vous voulez édifier sur place le siège de la Fondation Kéba Mbaye. L’ancien président vous l’accorda et va instruire ses services à diligenter cette affaire. Le terrain vous fut accordé au nom de la Fondation Kéba Mbaye. Mais depuis 2014, vous avez contracté un prêt bancaire en votre nom personnel et vous êtes en train d’édifier sur place une projet immobilier grand standing pour vendre des appartements entre 200, 300 ou 400 millions. Un prix qui n’a rien de social et qui ne s’adresse qu’au Sénégal des riches. Pouvez-vous nous expliquer comment vous êtes parvenu à muter un terrain appartenant à une Fondation publique en un bien personnel ? N’avez-vous pas profité de votre poste de premier ministre pour procéder aux actes administratifs puisque vous avez déjà été inculpé pour faux et usage de faux à plusieurs reprises ? Et enfin nous dire à ce sujet, pourquoi un tel détournement d’objectif ? On comprend par ailleurs pourquoi vous avez fermé votre langue pendant le magistère du Pds car vous avez été servi et bien servi. Je vous informe au passage que ce patrimoine que vous avez pris aux sénégalais vaut au moins 4 milliards car le mètre carré en centre ville de Dakar équivaut à 1 million. Les spécialistes ne me démentiront pas. Ce patrimoine que vous avez arraché au peuple sénégalais, sans bourse délier, vous n'en parlez jamais.
2-Votre Fondation Kéba Mbaye existe depuis des années. Avant l’adoption du nouveau code général des Impôts vous étiez bénéficiaire d’exonérations fiscales. Pouvez garantir sur l’honneur que vous n’avez jamais utilisé cette possibilité à un usage personnel comme vous savez si bien le faire ? Pouvez-vous nous dire si votre Fondation déposait régulièrement son bilan annuel auprès des services du Ministère des Finances ? Lequel bilan d’après nos informations n’a jamais été publié. Si je me trompe, pouvez vous nous dire sur les cinq dernières années, ce que votre Fondation a fait ? Par ailleurs, nous aimerons bien savoir si des biens familiaux n’ont pas été mis dans le patrimoine de cette Fondation juste pour échapper à des contrôles fiscaux et favoriser un enrichissement sans cause ? Les sénégalais se souviennent très peu des actions de votre Fondation à part la remise de quelques cahiers et manuels scolaires ou des bourses d’étudiants si peu insignifiants.
3-J’ai vu que vous vous intéressez beaucoup au pétrole sénégalais. A juste titre d’ailleurs. Il nous est revenu que vous êtes régulièrement briefé par l’homme d’affaires Mbacké Seye sur la question. Pouvez-vous nous jurer sur l’honneur que vous n’êtes pas actionnaire dans la société de cette dernière Diprom qui vend du gaz comme d’autres sociétés sénégalaises ? Je vous signale au passage que nous sommes au courant que vous avez fait tout un raffut lorsque vous étiez premier ministre pour l’ouverture des importations. Une grosse méprise de votre part d’ailleurs, car les importations de gaz ont été toujours soumises à des appels d’offres en bonne et due forme. Nous savons les conditions dans lesquelles vous avez aidé votre ami Mbacké Seye à faire venir un navire de gaz, les quelques rares d’ailleurs à ce jour pour cet homme d’affaires, alors que le marché est bien ouvert depuis fort longtemps. Pouvez-vous jurer sur l’honneur n’avoir pas influencé depuis la Primature l’arrivée de ce premier tanker de votre ami et frère Mbacké Sèye ?
4-Monsieur Mbaye nous avons appris également que vous êtes actionnaire de la SORED, société de recherche d’or avec le bienveillant Ousmane Hanne. La dite société, comme celle que vous critiquez tant dans le pétrole et le gaz sénégalais, a bénéficié d’un permis de recherche. Pouvez-vous nous dire dans quelles conditions vous avez eu ce permis avec votre ami ? Pouvez-vous nous dire quelle est la contrepartie que vous reversez à l’Etat du Sénégal dans ce contrat de partage des résultats ? Pouvez-vous nous dire également combien vous avez misé dans cette société ? Je signale au public que cette société dort sur un patrimoine de 12 tonnes d’or soit l’équivalent dé près de 200 milliards. Vous devez des explications aux sénégalais puisque vous demandez à ce que tous les accords dans le domaine des concessions soient publiés.
5-Monsieur Mbaye, il nous revient également à l’esprit que vous étiez actionnaire de l’ex BST avant sa vente au groupe Attijari. Une information largement diffusée par la presse de l’époque indique que vous avez gagné 5 milliards lors de cette transaction. L’impôt étant déclaratif au Sénégal, avez vous signalé cette vente aux services fiscaux, si oui combien avez-vous payé dans les caisses de l’ Etat ? Par la même occasion, je vous demande si vous êtes à jour avec le fisc puisque que vous indiquez souvent en privé que vous avez un patrimoine. Lesquels biens étant soumis à l’imposition, acquittez-vous régulièrement de vos Impôts ?
6-Le Président Macky Sall a dès les premiers jours de son arrivée au pouvoir fait une déclaration de patrimoine. Vous étiez son plus proche collaborateur à cette période. Vous aviez promis d’en faire de même. Mais jusqu’ici nous n’avons vu nulle part cette déclaration ? Puisque vous aspirez à diriger les sénégalais, pouvez-vous faire cette déclaration pour que les citoyens se rendent compte que votre immense fortune est en parfait décalage avec vos revenus de salarié pendant trente ans. Puisque nous vous avons connu comme simple directeur de banque avec un traitement salarial n’ayant jamais dépassé 5 millions de francs mensuels.
7-Monsieur Mbaye, nous avons remarqué que toutes vos sorties sont centrées autour de questions financières, de marchés, de contrats et de concessions. Est-il vrai que vous êtes à la tête d’un groupuscule d’hommes d’affaires n’ayant plus accès à certaines faveurs ? Nous connaissons vos amis dont une bonne partie sont presque des affairistes exceptés quelques-uns. Votre agitation ne serait-elle pas liée aux intérêts de certains ?
8-Monsieur Mbaye, pour en revenir à l’affaire Habré, vous avez, vous même dit lors d’une conférence de presse à Dakar que vous avez bien eu à gérer plusieurs milliards provenant de cet ancien chef d’Etat. Journaliste au Cafard Libéré en 1999-2000, j’avais écrit dans un article que les Tchadiens réclamaient 17 milliards au Sénégal après l’exil du dictateur Habré en 1992. Je vous signale que cet argent été dérobé à la Banque centrale de Ndjaména au moment de la fuite du sieur Habré. Cet argent transporté dans l’avion présidentiel a fini par dormir quelques jours après dans les coffres de la BIAO alors que toute la presse internationale RFI, AFRICA N1 et autres avaient indiqué qu’Habré est parti en amenant plusieurs milliards. Donc vous étiez bien au courant que cet argent est le fruit d’un vol à ce pauvre peuple tchadien. Dès lors comment pouvez être le receleur d’un tel forfait en tant que directeur général de cet établissement au moment des faits ? Dites-nous pourquoi vous avez choisi de blanchir cet argent au sein de la banque, sans l’autorisation de la Banque centrale ? Dites nous exactement quel montant s’est retrouvé dans les coffres de la BIAO devenue quelque temps après CBAO ?

Pour finir, en attendant vos réponses, car nous reviendrons avec bien d’autres questions, je vous indique que vos élucubrations autour du pétrole sénégalais ne sont qu’une affirmation de votre méconnaissance des règles de l’Etat. Dans ces contrats tout a été clair, car toutes les informations ont été déjà rendues publiques et nous savons qui cherche du pétrole au Sénégal, combien ils ont investi, quelles sociétés sont impliquées et pour le compte de quels actionnaires le plus souvent d’ailleurs à la bourse. Vous savez très bien de quoi je parle puisque vous avez placé une bonne partie de vos revenus dans des bourses étrangères et vous passez toute la journée à suivre les séances de bourses internationales. Je me demande même si vous n’avez pas déjà acheté des actions à Cairn Energy à la bourse de Londres. Je ne peux terminer sans prendre la défense d’un parent thièssois, Abdoulaye DIAO de ITOC. Ce dernier s’est fait tout seul. Je le connais personnellement depuis plus de vingt ans donc je peux parler de lui en toute liberté. Il n’a pas besoin de monter une société pour s’enrichir sur le pétrole sénégalais. Il l’est déjà depuis plus de trente ans. C’est un ingénieur des pétroles. Il est passé par le Lycée Louis Le Grand, on peut compter le nombre de sénégalais à y avoir étudié. Ce thiessois émérite est bien impliqué dans le tissu social de son quartier, de sa ville et du pays. Il a les moyens de monter 1000 banques, 1000 sociétés pétrolières sans passer par le Sénégal puisque Dieu lui en a donner les moyens. Vous ne pouvez pas le jeter à la vindicte populaire puisque cet homme n’a jamais eu de passe-droits. C’est un sénégalais qui a travaillé dur pour être là où il est. Laissez-le tranquille.

El Malick SECK-Journaliste, homme politique et conseiller municipal à THIES






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image