leral.net | S'informer en temps réel

Qui protégera votre famille après vous ?


Rédigé par leral.net le Dimanche 8 Mars 2015 à 17:07 | | 36 commentaire(s)|

Qui protégera votre famille après vous ?
Monsieur le Président de la République,

Depuis votre élection à la tête du Sénégal, des membres de votre propre famille biologique sont bien installés au cœur des affaires de la République. Votre frère est maire de Guédiawaye, la deuxième plus grande agglomération du Sénégal, et président de l’Association des maires du Sénégal ; il est cité dans la découverte et l’exploration de notre pétrole ; l’un de vos beaux-frères est maire de Saint-Louis et ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement tandis que l’autre bénéficie de juteux marchés gré à gré; le ministre de la Culture a avoué publiquement qu’il a été nommé grâce à votre épouse ; l’Agent judiciaire de l’Etat est de votre famille ; d’autres parents sont aussi dans les sphères du pouvoir ; même votre griot, ne sachant ni lire ni écrire, est député à l’Assemblée nationale.

L’implication des membres de sa famille dans la gestion étatique peut s’avérer être un couteau à double tranchant. Elle satisfait des pressions familiales du moment mais constitue un boulet car on ne peut les sanctionner en cas de manquement. Or, aucune gestion ne peut être efficace si la dimension « sanction » est écartée d’office et si les critères de nomination ont comme centre de gravité l’appartenance familiale.

L’histoire nous montre qu’impliquer sa famille dans la gestion de l’Etat ne génère qu’amertume et regrets à l’heure des comptes. Les exemples sont légion mais celui de votre prédécesseur immédiat est amplement illustratif. Ses enfants étaient au cœur du pouvoir : aujourd’hui, le fils est en prison et la fille en exil. Y avez-vous pensé : qui protégera votre famille, que vous avez placée au cœur du pouvoir, après vous ?

L’affection et la protection sont deux grands cadeaux à offrir à sa famille, quelle que soit sa position. Ce principe est violé lorsque la famille est portée au pouvoir par simple népotisme qui les expose indûment car le pouvoir est une succulente mère nourricière dont le sevrage est très amer.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de nos sentiments patriotiques.

Mamadou Sy Tounkara, Présentateur de « Senegaal ca kanam »






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image